Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 CHF
CD9,99 CHF

House - Paru le 29 mai 2020 | Record Makers

Hi-Res
Après son Aventura brésilienne en 2014, Sébastien Tellier revient avec un album de confiné, Domesticated, composé en grande partie chez lui et mettant en scène un père de famille “domestiqué”. L’auteur de La Ritournelle, qui explique “avoir découvert un bonheur caché dans la vie familiale et une plénitude dans le rangement de la maison”, s’engage sur un chemin plus intime avec cet album mixé par Nk.F, connu pour son travail sur les morceaux cloud rap de PNL.Et c’est d’ailleurs dans un nuage que démarre ce disque, avec le single A Ballet, conçu entre Auto-Tune, saxophone et New Age par Jam City, producteur anglais signé sur Night Slugs, et le Français Corentin Kerdraon alias Nit. Des mélodies pop langoureuses, de la ouate et du soleil, c’est un peu le programme de ce Domesticated qui défile à toute vitesse, entre Venezia, qui tire vers l’électro-funk des 80’s enregistré avec feu Philippe Zdar, l’hypnotique Domestic Tasks, autour d’une basse vrombissante et d’un beat house laid-back, ou le psychédélique Oui. Avec toujours ce mélange de sentiments évanescents, de joie et de mélancolie contenues, comme si on assistait à une fête sur la plage depuis la fenêtre de son appartement. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD4,49 CHF

House - Paru le 27 mai 2016 | Record Makers

HI-RES2,39 CHF
CD1,59 CHF

House - Paru le 29 janvier 2020 | Record Makers

Hi-Res
HI-RES11,24 CHF
CD7,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 14 octobre 2013 | Record Makers

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Les extra-terrestres existent bien et chaque nouvel album de Sébastien Tellier nous le rappelle un peu plus. Qu’il joue les Michel Polnareff du 3e millénaire, les néo-François de Roubais ou les bidouilleurs electro, le barbu bleu laisse rarement indifférent. Et c’est à nouveau le cas avec ce Confection sur lequel son lyrisme quasi christique se pose sur des compositions essentiellement instrumentales. Mais aussi chanté comme sur le single L’Amour naissant. Un album une fois de plus assez unique.
CD7,49 CHF

House - Paru le 9 avril 2010 | Record Makers

HI-RES3,29 CHF
CD2,19 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 24 septembre 2013 | Record Makers

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
CD10,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Record Makers

HI-RES16,49 CHF
CD10,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 février 2018 | Record Makers

Hi-Res
Gainsbourg et Birkin, Tellier et Von Teese. Osée, la comparaison gicle pourtant au visage dès Sparkling Rain, se révèle sur Rendez-vous puis l'excellent La Vie est en jeu où la belle miaule en français. Glamour arrosé d'érotisme, cette première collaboration mue par le plaisir drague le goût mystérieux de l'irréel. Le taulier de l'électro-pop à la française a sculpté à la Vénus du Michigan le piédestal idéal pour qu’elle monte le premier strip-tease qui l'ait vraiment déshabillé. C'est dans les coulisses du Crazy Horse, où elle l’a convié, que Tellier a rencontré Von Teese. Qui de plus iconique, d'inexpérimentée et d’étrangère pouvait-il trouver pour trébucher sur ses arrangements sur mesure ? Il reviendra à elle avec un album déjà fini où elle n'aura plus qu'à dire oui et déposer sa voix. Sous ses lunettes opaques de dandy faussement négligé, tout à l'opposé, Tellier avait vu clair. Pluie de synthés solaires pour chansons pop amoureuses et sensuelles écrites à quatre mains – avec sa femme Amandine de la Richardière, pièce angulaire de l'ombre plus que maîtresse –, Sparkling Rain forme les bulles légères du parfait comic strip. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES3,29 CHF
CD2,19 CHF

House - Paru le 19 mai 2020 | Record Makers

Hi-Res
HI-RES11,24 CHF
CD7,49 CHF

House - Paru le 23 avril 2012 | Record Makers

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Avant d’écouter My God Is Blue, il est de bon ton de se revenir sur le parcours, détonant et imprévisible, de Sébastien Tellier. En 2000, son premier album porte sur l’intime, l’introspectif, la famille. Très organique, L’Incroyable Vérité est dépourvu de rythmiques ou presque. Son successeur, le bien nommé Politics (2004), est porté avant tout vers le social, d’où un système générique bariolé, surfant de l’electro au rock en passant par le folk orchestral ou la ballade hispanique. Il offre également une chanson d’amour devenue culte, « La Ritournelle ». En 2008, c’est le choc : Sexuality est quasi exclusivement électronique, et, comme son nom l’indique, basé sur le plaisir des sens.La livraison 2012 de Sébastien Tellier n’aurait pas été la même sans son passé musical (et personnel, mais ceci est une autre histoire). En effet, il réussit un exploit : celui de se réinventer en puisant dans ses précédents travaux. L’orchestral est lié à l’électronique, et, après la notion de famille, les ambitions politiques et le désir sexuel de Tellier, c’est à son manifeste religieux qu’il faut aujourd’hui adhérer. Pour ce, il met les petits plats synthétiques dans les grandes effusions d’obédience liturgiques. Plus qu’une religion, c’est une secte (inoffensive) que propose Tellier. L’Alliance Bleue prône mieux encore que l’amour. Il s’agit de s’amuser, de pratiquer le carpe diem à outrance en s’aimant les uns les autres. My God Is Blue est l’idéale bande sonore de ces épanchements libérateurs. Au fil du disque, l’auditeur se retrouve croyant fervent avec les chœurs religieux de « Pepito bleu », hédoniste convaincu avec l’Italo-disco de « Cochon-Ville », fou amoureux avec la pop grandiose de « Russian Attractions » (l’incontestable point d’orgue de l’album) ou le slow ravageur de « My Poseidon », irrésistiblement optimiste avec « Yes It’s Possible », doux rêveur avec le folk pseudo-acoustique « Magical Hurricane »... La musique de Tellier vit aussi bien de l’auto-citation que d’une culture ouvertement référencée et, surtout, ne se sépare jamais d’un affect à fleur de peau. Premier ou dixième degré, quelle importance ? My God Is Blue est un passionnant album de pop, et à marquer parmi les meilleurs de cette année. Certains lui reprocheront des emprunts à la pop des années 1980, aux B.O. de films érotiques des années 1970, à Jean-Michel Jarre, etc. Mais quand il s’agit de construire un univers, d’y croire jusqu’au bout des cheveux (ou de la barbe), d’y transporter son public et, surtout, de communiquer son émotion, Tellier est roi. Voire le dieu... © ©Copyright Music Story Sophie Rosemont 2015
CD2,19 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 avril 2013 | Record Makers

CD7,49 CHF

Pop - Paru le 2 janvier 2001 | Record Makers

HI-RES14,99 CHF
CD9,99 CHF

Bandes originales de films - Paru le 13 octobre 2017 | Record Makers

Hi-Res
Matthieu Tonetti s’est fait connaître grâce à des clips pour les représentants les plus emblématiques de la French Touch : Phoenix, Air ainsi que celui qui est désormais également le compositeur de sa première série télé : Sébastien Tellier. Les deux hommes se ressemblent non seulement capillairement parlant, mais ils partagent aussi une même nostalgie pour un cinéma révolu (et sa musique), notamment les films de série B qui mettent en scène des femmes fortes et vengeresses. Diffusée en octobre 2017 sur la plateforme de streaming Blackpills et interprétée par l’héroïne de Starship Troopers de Paul Verhoeven (Denise Richards), A Girl Is A Gun est une mini-série de 10 fois 10 minutes, qui raconte l’histoire de trois guérilleras prêtes à en découdre avec les misogynes. Dès les premières mesures de cette musique, on reconnaît le style inimitable de Tellier, avec ces accords plaqués interprétés par le fameux synthétiseur Crumar, sur lesquels vient se greffer une rythmique efficace et ondoyante (Powered Girls). Le reste de la bande originale est du même acabit et ressemble à un inventaire exhaustif des synthétiseurs vintage les plus « cool » qui soient (Mellotron, Yamaha DX7…), dans des hommages appuyés à John Carpenter (la basse de Wings), au Sakamoto du Yellow Magic Orchestra (Cake News), et surtout à François de Roubaix (l’orgue débonnaire de Drunk On The Radio et la pop baroque d’A Gun On Your Head). Il faut signaler la présence d’une chanson interprétée par Denise Richards elle-même : Chrysalis surprend par sa couleur plutôt acoustique et dépouillée, Tellier ayant principalement utilisé ici une guitare flamenco pour soutenir la voix à la fois douce et déterminée de la comédienne. © NM/Qobuz
HI-RES14,99 CHF
CD9,99 CHF

House - Paru le 31 août 2018 | Record Makers

Hi-Res
CD7,49 CHF

Bandes originales de films - Paru le 9 novembre 2007 | Record Makers

HI-RES11,24 CHF
CD7,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 17 juillet 2014 | Record Makers

Hi-Res Livret
Il n'y a pas que pour le football que le Brésil est une terre fertile. C'est également le cas pour la musique, a fortiori depuis l'éclosion de la bossa nova qui est toujours à la mode et très prisée des compositeurs. C'est précisément là où est venu se ressourcer Sébastien Tellier après la parenthèse de l'album Confection paru seulement sept mois auparavant. Enregistré entre le studio de Jean-Michel Jarre, Paris et Rio de Janeiro avec le concours à la console du fidèle partenaire Philippe Zdar, L'Aventura se veut un retour à l'innocence musicale des débuts, quand le terrain de jeu était encore à défricher. Pour cela, la destination brésilienne semblait toute désignée car affichant, selon son auteur, optimisme et retour à l'enfance. C'est donc sous pochette art naïf que se présente cette huitième exploration (la quatrième d'importance, en fait) avant de s'enfoncer dans une jungle instrumentale luxuriante de perucssions tropicales, de flûtes joyeuses, d'accords de guitare complexes, de basse agile, de choeurs, de violons et de synthétiseurs de collection. Avec l'aide d'une éminence locale, l'arrangeur Arthur Verocai, le gourou de l'electro française compose une odyssée richement colorée, symbolisée par la densité harmonique de « Sous les rayons du soleil » ou la virtuosité maniaque de « Aller vers le soleil ». Sensuelle et envoûtante du début « Love » au finale « L'Enfant vert », l'excursion signe le retour à un style mélodique et poétique avec les réussites que sont « Ma Calypso » et « L'Adulte ». Cependant, la fête prend parfois un air trouble quand l'auteur de « Cochon Ville » se laisse aller à sa folie légère récurrente dans « Ricky l'adolescent » ou « Comment revoir Oursinet ? », mini-symphonie de quatorze minutes. Si ces titres peuvent laisser songeur, ils bénéficient néanmoins d'un écrin somptueux, accordé à la voix douce, fondue dans le mixage, du maître d'oeuvre. Son univers céleste et limpide n'a pas fini d'étonner et de séduire. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016
CD7,49 CHF

Bandes originales de films - Paru le 26 février 2016 | Record Makers

CD7,49 CHF

Bandes originales de films - Paru le 8 avril 2016 | Record Makers

CD2,19 CHF

House - Paru le 31 juillet 2009 | Record Makers

HI-RES3,29 CHF
CD2,19 CHF

House - Paru le 8 avril 2020 | Record Makers

Hi-Res

Le compositeur

Sébastien Tellier dans le magazine