Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES34,49 CHF
CD24,49 CHF

Opéra - Paru le 1 septembre 1972 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C’est un Barbiere « di qualità, di qualità » et même de très grande qualité que Deutsche Grammophon. Enregistré durant l’été 1971 à Londres, c’est une des premières rencontres entre Claudio Abbado et le London Symphony Orchestra. C’est aussi le début des éditions philologiques entreprises par Alberto Zedda des œuvres de Rossini, dont les partitions sont recouvertes par les mauvaises traditions depuis plus d’un siècle. On supprime les ajouts devenus, bien à tort, traditionnels, on rétablit aussi certaines coupures et la fine instrumentation d’époque et, surtout, on chante et on joue sans forcer le trait avec un sens inné du théâtre. Un coup de dépoussiérage qui a donné un coup de jeune à ce chef-d’œuvre composé par un génie de vingt-quatre ans. Il est tout simplement idéal ce Barbier-là ! Un plateau de rêve avec des chanteurs rompus à ce répertoire. Chacun est à sa place, de la Rosine rouée et coquine de Teresa Berganza, au Figaro raffiné et plein d'abattage de Hermann Prey, en passant par le Comte frivole de Luigi Alva jusqu'au ridiculissime Basilio incarné par l'inénarrable Paolo Montarsolo. On s'amuse de cette drôlerie et on admire une fois de plus l'implacable machine si bien huilée du théâtre rossinien sous la baguette sans cesse inventive et frémissante de Claudio Abbado. © François Hudry/Qobuz
HI-RES28,76 CHF
CD19,16 CHF

Ouvertures - Paru le 16 novembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de Son d'Exception
À la tête de l’Orchestre du Teatro Communale de Bologne dont il fut directeur musical jusqu’en 2018, Michele Mariotti nous propose un choix d’ouvertures de Rossini. Les archi-célèbres, archi-enregistrées, archi-pillées comme La Pie voleuse, Guillaume Tell ou Le Barbier de Séville, et quelques-unes moins courues telles que Matilda di Sabran, Tancredi ou La scala di seta, délicieux ouvrage de jeunesse d’un Rossini déjà infiniment génial. De quoi faire taire les mélomanes qui imaginent que, ainsi que ce fut en vérité le cas pendant bien longtemps, les orchestres italiens sont et restent de qualité moindre : celui du Teatro Communale de Bologne est un petit bijou d’esprit, de précision et de transparence. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 CHF
CD18,49 CHF

Classique - Paru le 6 octobre 2014 | Warner Classics

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES4,80 CHF9,59 CHF(50%)
CD3,90 CHF7,79 CHF(50%)

Musique symphonique - Paru le 2 octobre 2012 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Le chef d'orchestre Christian Benda présente le premier volume de l'intégrale des ouvertures de Rossini en 4 CD chez Naxos. On trouve dans cet album la célèbre ouverture de la Pie Voleuse ou encore celle d'Elizabeth Reine d'Angleterre remaniée pour le Barbier de Séville.
CD7,20 CHF14,39 CHF(50%)

Intégrales d'opéra - Paru le 1 septembre 2005 | Naxos

Livret
CD15,99 CHF

Classique - Paru le 15 août 2007 | harmonia mundi

CD21,49 CHF

Classique - Paru le 15 avril 2013 | Warner Classics

Distinctions 4 étoiles Classica
C’est la version pour grand orchestre, sans pianos ni harmonium qu’Antonio Pappano nous propose ici. En orchestrant ainsi sa propre Messe, « pour ne pas laisser à d'autres le soin de le faire », Rossini lui a enlevé son atmosphère intime et campagnarde si particulière en la haussant au niveau des grandes messes de concert. L’interprétation de Pappano va d’ailleurs dans ce sens, comme pour donner du poids et de la respectabilité à cet ultime opus rossinien. FH
CD8,80 CHF17,59 CHF(50%)

Intégrales d'opéra - Paru le 2 juillet 2013 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason
A la suite de sa visite triomphante à Vienne en 1822, où la plupart de ses opéras furent extrêmement bien accueillis par le public, le succès international appelait Rossini. Joué pour la première fois à la Fenice de Venise en 1823, Semiramide fut le dernier opéra italien de Rossini, écrit par un compositeur au sommet de ses moyens. Son sujet est tiré de la tragédie grecque pour laquelle le librettiste Gaetano Rossi s'est inspiré de Voltaire. Cet opéra reste l'un des exemples les plus remarquables du bel canto rossinien, interprété ici par Antonino Fogliani et sa troupe.
HI-RES4,80 CHF9,59 CHF(50%)
CD3,90 CHF7,79 CHF(50%)

Classique - Paru le 7 mai 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Guillaume Tell - Eduardo e Cristina - L’inganno felice - La scala di seta - Demetrio e Polibio - Il Signor Bruschino - Sinfonia di Bologna - Sigismondo / Prague Sinfonia Orchestra - Christian Benda, direction
CD38,99 CHF

Classique - Paru le 2 août 1993 | Decca Music Group Ltd.

Cendrillon, opéra en 2 actes / Cecilia Bartoli (Cendrillon), William Matteuzzi (Don Ramiro), Alessandro Corbelli (Dandini), Enzo Dara (Don Magnifico), Fernanda Costa (Clorinda)... - Chour & orchestre du Théâtre Communal de Bologne - Riccardo Chailly, dir.
HI-RES37,99 CHF
CD32,99 CHF

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Opera Rara

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
De Sémiramis (Seramide) de Rossini, on ne connait habituellement que la pétulante ouverture qui ne laisse rien présager du drame qui va suivre. Inspiré d’une tragédie de Voltaire, c’est le dernier opéra écrit en Italie par Rossini avant son exil parisien. Le compositeur y déploie tout un arsenal de savoir-faire qui font de cet ouvrage une de ses plus grandes réussites, préfigurant ce que sera un peu plus tard le grand opéra à la française. Avec ses récitatifs dramatiques, sa pyrotechnie vocale, l’importance du chœur, sa diversité d’arias, sa surabondance de vocalises et de coloratures, Semiramide exige des interprètes possédant une virtuosité vocale absolue et une maîtrise totale de la ligne de chant. Créé à la Fenice de Venise en 1823, cet ouvrage trop difficile est longtemps tombé dans l’oubli jusqu’à sa spectaculaire résurrection, en 1962 à la Scala de Milan, avec Joan Sutherland et Giulietta Simionato. Enregistré en studio juste avant le concert donné dans le cadre des fameux « Concerts Prom’s », le 4 septembre 2016 au Royal Albert Hall de Londres, cette nouvelle version, intégrale et conforme à la création vénitienne, a été d’emblée saluée par la critique. C’est la première interprétation sur instruments d’époque, avec le prestigieux Orchestra of the Age of Enlightenment (Orchestre du Siècle des Lumières) sous la direction légère et soyeuse de Sir Mark Edler. La distribution internationale réunit de grandes voix d’aujourd’hui avec Daniela Barcellona en Arsace, Mirco Palazzi en Assur et le ténor anglais Barry Banks en Idreno. Quant à l’écrasant rôle titre écrit par Rossini pour sa femme Isabella Cobran, il est assuré ici par Albina Shagimuratova, soprano russe, lauréate du Concours Tchaïkovsky en 2007. Sa voix ample et agile monte facilement à l’assaut des redoutables coloratures exécutées au cordeau, particulièrement dans l’air de bravoure du premier acte (« Bel raggio lusinghier »). Une belle réalisation de plus à l’actif du label Opera Rara qui reste l’un des rares à produire des opéras en studio, dans la plus pure tradition des grands enregistrements d’opéras réalisés par les grands labels historiques entre 1950 et 1980. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 CHF

Classique - Paru le 8 novembre 2010 | Warner Classics

Distinctions Gramophone Record of the Month
Après un Requiem de Verdi plein d’émotion, Antonio Pappano réunit de nouveau quatre voix exceptionnelles (Anna Netrebko, Joyce DiDonato, Lawrence Brownlee et Ildebrando D’Arcangelo) pour le Stabat Mater de Rossini. Une vision pleine d'élégance !
HI-RES30,99 CHF
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 10 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Le Stabat Mater de Rossini connut quelques difficultés de naissance ; l’œuvre avait été commandée par un aristocrate espagnol en 1832 mais l’année suivante, le compositeur n’en avait terminé que la moitié, et une maladie l’empêcha de poursuivre. Désireux quand même se satisfaire son commanditaire – et son porte-monnaie, sans doute – Rossini demanda à son ami et collègue Giovanni Tadolini de lui composer les numéros restants, et en 1833 retentissait en Espagne la création mondiale du Stabat Mater de Rossini qui n’avait pas hésité à signer la partition entière sans mentionner le nom de Tadolini. Quel petit farceur ! En 1841, l’ouvrage fut racheté par un éditeur parisien qui ignorait la supercherie, Rossini s’offusqua d’autant plus qu’il s’était réservé les droits, et après de nombreux tiraillements financiers qui ne sont pas forcément à son honneur, Rossini compléta lui-même sa partition qui fut donnée en version intégrale et intégralement rossinienne en 1842. Le public et la critique furent divisés ; certains observateurs un brin germaniques estimaient que pour de la musique religieuse, cela ressemblait fort à un opéra, d’autres se réjouissaient que bien que cela fût de la musique religieuse, ça ressemblait quand même à un opéra. Ce nouvel enregistrement de l’Orchestre et du Chœur de la Radio bavaroise, avec une belle brochette de solistes italianisants, ravira les amateurs. © SM/Qobuz
HI-RES21,99 CHF
CD15,99 CHF

Extraits d'opéra - Paru le 29 avril 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
À la différence de tant de disques d’airs d’opéras qui se concentrent sur l’aspect vocalisant et virtuose – histoire de jeter de la poudre aux yeux –, cet enregistrement signé Karine Deshayes met l’accent sur des airs méditatifs, recueillis, tranquilles, amoureux ou désespérés selon le cas, chez Rossini. Et ces airs sont légion ! De la Cenerentola à Otello en passant par Semiramide et Le Barbier de Séville, l’éventail est large. On entendra aussi quelques mélodies initialement conçues avec accompagnement de piano, ici dans une légère orchestration très rossinienne. La pièce de résistance de l’enregistrement est quand même Giovanna d’Arco, une cantate de quelque seize minutes, dans l’orchestration d’après la version pour piano qu’en a réalisé Salvatore Sciarrino en 1990 à la demande de Teresa Berganza. Un véritable mini-opéra pour une seule voix ! C’est le Rossini le plus ample, le plus lyrique que voilà, sans doute aussi le plus moderne : on est en 1832 et le maestro s’est déjà retiré de l’avant-scène depuis quelques années, mais l’ouvrage est destiné à Olympe Pélissier… qui deviendra Madame Rossini par la suite, une fois qu’elle en aura fini avec sa liaison avec Balzac. Découvrez ce Rossini plus rare, plus intime sans doute, et sans doute bien plus riche musicalement que les choses plus virtuoses ! © SM/Qobuz« Aucune Française, depuis Martine Dupuy, n’a entretenu une telle intimité avec Rossini. Appuyés sur un parfait contrôle du souffle, l’art du cantabile et l’agilité de la colorature servent toujours l’expression. Certes, dans cette voix charnue et moirée, le bas médium et le grave restent relativement modestes quand il faudrait pencher vers le contralto : Karine Deshayes ressortit plutôt au mezzo soprano, à l’aigu aisé et rond. Elle ne triche jamais, là où certaines abuseraient du registre de poitrine pour ressembler à Marylin Horne ou Ewa Podles. Elle préserve ainsi l’égalité de la tessiture et la beauté des couleurs, fondements de l’esthétique bel cantiste. On lui pardonnera donc cette faiblesse, tant elle est musicienne [...] La cantate Giovanna d’Arco, à travers l’orchestration habile de Salvatore Sciarrino, nous rappelle que la mezzo, au-delà du chant, a le sens du pathétique. [...] Les jeunes musiciens des Forces Majeures sont à l’unisson de la voix par le refus de l’outrance et la variété de couleurs [...] » (Diapason, juin 2016 / Didier Van Moere)« Ce récital de la mezzo-soprano Karine Deshayes cultive le plaisir du chant dans un programme fort bien conçu qui dévoile les différentes facettes du compositeur. [...] Comme dans tout ce qu’elle fait, Karine Deshayes est ici le contraire d’une diva égotiste : la musique est plaisir partagé et sa complicité avec Raphaël Merlin est totale. [...] C’est parce qu’elle ne joue par la carte de l’épate qu’elle conquiert. Tout ici sonne vrai et juste. Et comme, évidemment, la technique est suprême, nous sommes comblés.» (Classica, juin 2016 / Sylvain Fort)
CD22,99 CHF

Intégrales d'opéra - Paru le 24 août 1973 | Warner Classics

HI-RES21,49 CHF
CD18,49 CHF

Opéra - Paru le 19 septembre 2014 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Les bandes mères EMI de Maria Callas — rapidement numérisées pour les besoins du CD, il y a plus de 25 ans, avec force applications de filtres pour camoufler les défauts sonores (distorsions ou autres) — sont passées dans les mains expertes des techniciens d’Abbey Road pour nous rendre aujourd’hui, sous étiquette Warner Classics, des enregistrements au plus proche de leur son originel. Le gain sonore est indéniable, que ce soit par la suppression des bruits parasites ou le traitement des sons saturés sans pour autant altérer les sons harmoniques naturels. De plus, cette décision de remastériser tout Callas a permis de retrouver des masters qu’on croyait disparus — perte désastreuse ayant entraîné des copies de copies… Mais qui dit plus grande définition et propreté du son dit meilleure perception des détails, en bonne ou mauvaise part. Si l’on discerne plus nettement les nuances, les écarts de dynamique, les plans sonores et que l’on gagne plus de fidélité dans les timbres, on entend davantage tous les défauts ; pour la Callas, si sa voix semble plus dramatique, plus lumineuse, plus présente, et son phrasé plus magnifique encore, elle se dévoile en même temps dans sa vérité, avec son acidité, ses fêlures. Grâce à un son fidèlement rajeuni, des enregistrements comme La Tosca, Madame Butterfly, Le Trouvère, Le Barbier de Séville..., entre autres, apparaissent comme jamais irremplaçables. © Qobuz - 09/2014
HI-RES14,39 CHF28,78 CHF(50%)
CD9,59 CHF19,18 CHF(50%)

Opéra - Paru le 12 juillet 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES14,39 CHF28,78 CHF(50%)
CD9,59 CHF19,18 CHF(50%)

Opéra - Paru le 10 juin 2016 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

CD7,99 CHF

Extraits d'opéra - Paru le 21 mars 2011 | naïve

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Le premier album de Julia Lezhneva, jeune soprano russe, récente révélation de l'enregistrement d'Ottone in Villa de Vivaldi chez Naive. Un florilège d'airs de Rossini, incarnation suprême du beau chant italien par une voix de miel, qui charme incontestablement par la rondeur de son timbre. "Un phénomène dont les riches couleurs et l’insolente virtuosité" (Diapason) présagent du meilleur. Impressionnant !