La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

30,99 CHF
21,99 CHF

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le plus qu’épuré Nebraska, enregistré seul à la guitare acoustique, est encore dans toutes les mémoires que Springsteen refait surface, deux ans plus tard, avec son exact opposé. Rythmique bodybuildée, guitares carnassières et hymnes de stade, le Boss ressort sa cape de vengeur masqué de l’Amérique des laissés-pour-compte avec un Born In The USA porté par un tubesque single éponyme à faire lever simultanément dix stades, judicieusement placé en ouverture de l’album. Crise économique, plaies du Vietnam loin d’être cicatrisées et morosité du quotidien alors que Reagan est aux commandes de l’Amérique, le poète prolo du New Jersey est une épée dans cette entreprise de rock’n’roll frontal. Un classique. © MZ/Qobuz
19,99 CHF
14,49 CHF

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’album qui transformera Bruce Frederick Joseph Springsteen en Boss du rock’n’roll ! Tout l’art du prolo du New Jersey né le 23 septembre 1949 est dans ce Born To Run. Les contradictions de l’American dream, les odes aux marginaux, les hymnes à la résurrection, rien ne manque à l’appel de ce troisième album studio qui mêle rock et rhythm’n’blues avec dextérité. Epaulé par ses hommes de main du E Street Band, le Boss se lance dans un rock’n’roll brut et sans fioriture où les fantômes de Bob Dylan, John Fogerty, Robbie Robertson, Van Morrison et quelques autres se croisent. Une chevauchée vraiment fantastique, d’une efficacité terrible mais portée avant tout par les textes du maître des lieux, l’un des meilleurs songwriters de son temps. © MZ/Qobuz
30,99 CHF
17,99 CHF

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en sortant Nebraska. À l’opposé des cinq précédents disques du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Folk - Paru le 24 novembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans le New York folk des années 60, Paul Simon et Art Garfunkel apportent une voix autre. Loin de l’engagement dylanien, le duo propose un folk plus chambriste au cœur duquel règnent les harmonies vocales. Paru en janvier 1966, Sounds Of Silence est essentiellement composé de chansons enregistrées par Simon sur son premier opus solo Paul Simon Songbook mais réarrangées et réorchestrées pour l’occasion. Les années passent et ces Sons du silence conservent leur belle mélancolie ravageuse et leur spiritualité de tous les instants. Un classique. © MD/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 24 novembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cinquième et dernier album studio du mythique tandem, Bridge Over Trouble Water est un chef d’œuvre absolu. Paru en janvier 1970, l’album traverse le temps avec la même aisance que Simon et Garfunkel règnent sur les harmonies vocales. Emmené par les tubesques The Boxer, El Condor Pasa, Cecilia et l’éponyme Bridge Over Water, il s’installera au sommet des charts assez rapidement, ce qui n’empêchera pas le duo de se séparer. Ici, chaque élément touche au sublime. Effets, arrangements, choix des notes, paroles, tout est mesuré, soupesé et délicatement livré. Paul Simon ose même ici ses premières expériences world, domaine dans lequel il excellera par la suite en solo. Indispensable. © MD/Qobuz
30,99 CHF
17,99 CHF

Rock - Paru le 23 juillet 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’il publie ce premier album à Noël de l’année 1967, Leonard Cohen a déjà 33 ans et une solide réputation d’écrivain. Sans doute la raison pour laquelle la maturité de son disque de folk on ne peut plus épuré impose sa grâce avec fermeté. Si l’influence de la scène folk du Greenwich Village des sixties est bien là, le Canadien réussit d’entrée de jeu à offrir la singularité (comme chez Dylan, on aime ou on déteste…) de sa voix hantée par une forme de tristesse. Un organe et une plume qui ont envoûté le grand producteur John Hammond (déjà découvreur de légendes nommées Billie Holiday, Bob Dylan, Bruce Springsteen, Aretha Franklin et Stevie Ray Vaughan) qui l’a signé chez Columbia. Songs Of Leonard Cohen débute par sa mythique Suzanne popularisée quelques mois plus tôt par la belle reprise qu’en a fait Judy Collins. Un hypnotique filet de voix monocorde, une capacité à sublimer le désespoir, l’amour et les bleus à l'âme, Leonard Cohen est alors un genre à lui seul. Cette nonchalance mêlée de mélancolie assez sombre, ces touches de cordes par ici, de chœurs par-là, presque en arrière-plan, tout cet univers, aride de prime abord, et qui demande attention et recueillement pour être pleinement apprécié… © MZ/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Country - Paru le 6 juin 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1973, au sommet du merdier vietnamien et surtout de sa popularité, Willie Nelson dérange l'establishment en utilisant le gospel pour donner sa version des choses dans l'album The Troublemaker. Ce gospel selon Willie restera trois ans dans les tiroirs de Jerry Wexler chez Atlantic, qui préférera sortir les deux non moins indispensables Shotgun Willie (1973) et Phases And Stages (1974). Deux professions de foi où la country se fait sabrer par le folk, le blues et le rock. Deux traités sur lesquels se construiront la révolte outlaw qui sous ses airs savamment marketés changera réellement la face de la country music… Quant à ce Troublemaker, il permet au génial Texan poilu de montrer quel interprète avisé il peut être. Constat qui se confirmera des années plus tard sur ses albums Stardust et autres hommages à Ray Price ou Gershwin… © MZ/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Country - Paru le 30 mai 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Rap - Paru le 4 avril 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Début 1994, Nas surgissait sur la scène rap avec un premier album choc, Illmatic, un des disques essentiels de l’âge d’or du hip-hop new-yorkais. Dès ce premier album produit par (on prend sa respiration, attention) Pete Rock, Q-Tip, DJ Premier et Large Professor, Nas offrait une peinture poétique et nuancée de la vie dans la cité de Queensbridge. Il ouvrait surtout la voie à Notorious BIG, Jay-Z et toute une nouvelle génération de rappeurs new-yorkais... © MZ/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Electro - Paru le 17 mai 2013 | Columbia

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 étoiles Rock and Folk - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Virage à 180° pour Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ! Avec leur quatrième album, les Daft semblent boucler l'ère de la musique électronique faite sur un simple laptop dans une chambre de 10m² pour revenir à la bonne vieille méthode à l'ancienne. Célébration du beau son et hymne grandiose au mythe du studio d'enregistrement perçu comme une Mecque de la musique, ce Random Access Memories semble avoir été conçu à la fin des années 70, avec les moyens et l'hédonisme de cette époque où régnaient notamment le disco et le rock californien. Les influences on ne peut plus éclectiques s'entrecroisent comme par magie sur ce nouveau Daft : Chic, Steely Dan, Alan Parsons Project, Todd Rundgren, Pink Floyd, etc. Pour épauler le tandem francilien dans sa démarche rétro-futuriste, un impressionnant casting de stars, lui aussi éclectique, a fait le déplacement : du pape de l'italo-disco Giorgio Moroder (dont la B.O. du film Midnight Express est entrée dans la légende) à Nile Rodgers (cerveau guitariste du groupe Chic) en passant par Paul Williams (Monsieur Phantom of the Paradise en personne !), Pharrell Williams, Todd Edwards, DJ Falcon, Gonzales, Panda Bear d'Animal Collective et Julian Casablancas des Strokes, difficile de rivaliser. Au final, Random Access Memories ne lorgne pas uniquement dans le rétroviseur car le travail des deux musiciens français les plus populaires à l'étranger est bel et bien ancré dans son temps. Entre disco-futuriste et pop ovni, le résultat est impressionnant. © MD/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Variété francophone - Paru le 2 novembre 2012 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Le trente et unième de cette chanteuse prolifique fut l'album le plus vendu de l'année 2012 en France. Comment ne le serait-il pas? Comment ne pas être touché par cette chanson ouverture de l'album : Je voudrais parler à mon père. Un album personnel, intime, loin de la star internationale formatée qui triomphe alors à Las Vegas. On notera les collaborations avec Luc Plamondon, Maxime Le Forestier, Jean-Pierre Ferland, Grand Corps Malade, ainsi qu'un duo virtuel avec Henri Salvador : Tant de temps qui est l'un des inédits sur lequel le chanteur travaillait avant de les écarter pour enregistrer Chambre avec vue en 2002. et un duo, bien réel avec Johnny Hallyday dans L'amour peut prendre froid. On retiendra aussi une très belle interprétation de Ne me quitte pas de Jacques Brel. Du grand Céline Dion !
30,99 CHF
21,99 CHF

Funk - Paru le 1 mai 2012 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1976, avec l’album Spirit, Maurice White, en bon gérant de secte, déballe son karma écolo-mystico-égypto-possitiviste. Sa pop gospel cultive le mythe de la symphonie afro-américaine. Tout est huilé à la perfection et les harmonies vocales enveloppées dans la basse de son frère Verdine transportent les fans d’Earth Wind & Fire au septième ciel. Empreint de spiritualité (étonnant, non ?), l’enregistrement de Spirit fut toutefois marqué par la mort de Charles Stepney, mentor, compositeur et surtout arrangeur hors pair du groupe. Les pyramides apparaissent sur la pochette de l’album comme elles envahiront, un an plus tard, celle de ce All’n’All, nouveau sommet de funk pop emmené par les tubesques Fantasy, Serpentine Fire, Jupiter et quelques autres perles bien brillantes typiques de ce Earth, Wind & Fire du milieu des seventies. Mais une grande partie du public noir commence à distinguer la part funk de celle plus pop. Ainsi, Serpentine Fire, dernier grand titre funk, se placera à la première place des charts R&B, ce qui n’arrivera pas au très sucré Boogie Wonderland… Quoi qu’il en soit, avec All’n’All, Earth Wind & Fire loge toujours au premier étage des charts (à la même époque La Fièvre du samedi soir est sur tous les écrans) et les Grammy Awards pleuvent sur les étagères de Maurice White. © MZ/Qobuz
21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 10 février 2010 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
21,99 CHF

Blues - Paru le 10 février 2010 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
21,99 CHF

Soul - Paru le 10 février 2010 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'ancien membre du groupe Tony! Toni! Toné! Raphael Saadiq a prouvé qu'il pouvait pousser sa musique vers de nouvelles voies fascinantes sur des albums solo tels que Instant Vintage, mélangeant soul, gospel, et fioritures contemporaines. Raphael Saadiq s'ancre plus fermement dans le passé sur son album de 2008, The Way I See It, pour offrir un son qui rappelle les classiques de la Motown et autre Northern soul des années 1960. La mélodie et le groove dominent ces chansons, faisant de chacune une petite pépite soul-pop complétée par des arrangements old-school (on dirait que Raphael Saadiq est accompagné par les Funk Brothers de la Motown). Pour couronner le tout, le chanteur a invité Stevie Wonder, Jay-Z, Joss Stone, et le Rebirth Brass Band. ~ Anthony Tognazzini