Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Le Prince Miiaou|Where Is the Queen?

Where Is the Queen?

Le Prince Miiaou

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Petit chat sauvage du rock français apparu sur pattes de velours avec les autoproductions Nécessités Microscopiques et Safety First (2007-2009), Le Prince Miiaou s'est imposé parmi les meilleurs espoirs du rock hexagonal avec la réussite de Fill the Blank With Your Own Emptiness en 2011. Aujourd'hui comme hier, la puissance de son rock électronique éclate au fil de ce quatrième album Where Is the Quen ?, suivi des sous-titres Who is asking ? I can not tell, She's gone, Gone where ? Just gone...

Ainsi s'écoulent avec une fluidité étonnante les onze morceaux de Where Is the Queen ?, album homogène sans être ennuyeux, dont la seule erreur de jeunesse est à chercher dans le message de répondeur téléphonique qui occupe une bonne partie du titre « Aliénor ». Les dix autres perles mangées par de solides riffs de guitare abrasifs, à commencer par l'énorme « Happy Song for Empty People », de bonnes trouvailles au synthé ou à l'ordinateur (« Bro », la fin de « Hulrik »), une rythmique de plomb et une production rêche signée Antoine Gaillet, juste à température, font monter l'adrénaline à chaque étape.

Si le timbre et l'interprétation de Prince Miiaou ne créent plus la surprise, dans un style proche de PJ Harvey ou d'Anna Calvi, les compositions haletantes et bien fignolées sont toujours au rendez-vous, faisant rebondir l'intérêt de titre en titre, entre noisy pop d'« Alaska » et post rock de « JFK » ou « Beloved Knife ». Introduit par un battement sourd, « Crystal Haze » gagne progressivement en urgence et en électricité tandis que « Country Bliss » glisse quelques sonorités acoustiques et exotiques sous le rouleau compresseur des guitares. Après l'ouragan disjoncté « Ilda », « Suddenly » fait office de conclusion débranchée. L'autodidacte autoproduite a encore réussi son coup.
©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015

Plus d'informations

Where Is the Queen?

Le Prince Miiaou

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de CHF 14,16/mois

1
Happy Song for Empty People
00:03:50

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

2
Bro
00:03:56

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

3
Hulrik
00:04:23

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

4
Alaska
00:03:03

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

5
JFK
00:03:54

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

6
Beloved Knife
00:03:53

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

7
Aliénore
00:02:19

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

8
Crystal Haze
00:03:50

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

9
Country Bliss
00:03:29

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

10
Ilda
00:04:02

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

11
Suddenly
00:03:15

Le Prince Miiaou, Performer - Maud Elisa Mandeau, Composer - Norbert Labrousse, Composer

2013 Pour ouvrir une parenthèse 2013 Pour ouvrir une parenthèse

Descriptif de l'album

Petit chat sauvage du rock français apparu sur pattes de velours avec les autoproductions Nécessités Microscopiques et Safety First (2007-2009), Le Prince Miiaou s'est imposé parmi les meilleurs espoirs du rock hexagonal avec la réussite de Fill the Blank With Your Own Emptiness en 2011. Aujourd'hui comme hier, la puissance de son rock électronique éclate au fil de ce quatrième album Where Is the Quen ?, suivi des sous-titres Who is asking ? I can not tell, She's gone, Gone where ? Just gone...

Ainsi s'écoulent avec une fluidité étonnante les onze morceaux de Where Is the Queen ?, album homogène sans être ennuyeux, dont la seule erreur de jeunesse est à chercher dans le message de répondeur téléphonique qui occupe une bonne partie du titre « Aliénor ». Les dix autres perles mangées par de solides riffs de guitare abrasifs, à commencer par l'énorme « Happy Song for Empty People », de bonnes trouvailles au synthé ou à l'ordinateur (« Bro », la fin de « Hulrik »), une rythmique de plomb et une production rêche signée Antoine Gaillet, juste à température, font monter l'adrénaline à chaque étape.

Si le timbre et l'interprétation de Prince Miiaou ne créent plus la surprise, dans un style proche de PJ Harvey ou d'Anna Calvi, les compositions haletantes et bien fignolées sont toujours au rendez-vous, faisant rebondir l'intérêt de titre en titre, entre noisy pop d'« Alaska » et post rock de « JFK » ou « Beloved Knife ». Introduit par un battement sourd, « Crystal Haze » gagne progressivement en urgence et en électricité tandis que « Country Bliss » glisse quelques sonorités acoustiques et exotiques sous le rouleau compresseur des guitares. Après l'ouragan disjoncté « Ilda », « Suddenly » fait office de conclusion débranchée. L'autodidacte autoproduite a encore réussi son coup.
©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Le Prince Miiaou

Triptyque d'hiver - EP

Le Prince Miiaou

Triptyque d'hiver - EP Le Prince Miiaou

Nécessité microscopique!

Le Prince Miiaou

Nécessité microscopique! Le Prince Miiaou

Where Is the Queen? & Nécessité microscopique!

Le Prince Miiaou

Fill the Blank with Your Own Emptiness

Le Prince Miiaou

Happy Song for Empty People - Single

Le Prince Miiaou

Dans la même thématique...

Will Of The People

Muse

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

The Tipping Point

Tears For Fears

The Tipping Point Tears For Fears

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey
Les Grands Angles...
40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée, voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Jack White au secours du rock

Des White Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Avec "Seven Nation Army", le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Dans l'actualité...