Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alexandra Savior - The Archer

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The Archer

Alexandra Savior

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

« Cette fille va être énorme ! » Quand Courtney Love parle ainsi d’Alexandra Savior dès 2012, personne ne fait vraiment très attention. Au fil des ans et des sorties, l’idée se répand quand même. Surtout lorsque cette protégée d’Alex Turner des Arctic Monkeys, qui pigera aussi sur l’album Everything You've Come to Expect de son side project The Last Shadow Puppets, publie en 2017 son premier opus, Belladonna of Sadness, enregistré en fait entre 2014 et 2015. L'Américaine de Portland est vite cataloguée comme une Lana Del Rey dark. The Archer, seconde copie qu’elle rend début 2020, souligne davantage ses différences. Un album publié sur 30th Century Records, le label de Brian Burton alias Danger Mouse, et produit par Sam Cohen, bidouilleur de goût à qui l'on doit notamment le dernier Kevin Morby…

Dark, Alexandra Savior le reste. Surtout envoûtante (cette voix !), jamais déprimante. La pop cinématographique de The Archer s’adosse contre des basses essentielles, tantôt cold wave, tantôt gainsbouriennes. Cousine éloignée d’Hope Sandoval, Aldous Harding, Fiona Apple, Jessica Pratt et bien entendu Lana Del Rey, elle garde toujours à portée de main une attirance pour des textures vintage, essentiellement 60's (Can't Help Myself). Surtout, la mélancolie de sa pop sensuelle n’est jamais artificielle. Et sa plume a mûri, les compos de ce deuxième album montant d’un cran. Enorme alors ? Peut-être pas. Mais grandissant, certain ! © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

The Archer

Alexandra Savior

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Soft Currents
00:03:11

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

2
Saving Grace
00:03:25

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

3
Crying All the Time
00:03:30

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, Writer, MainArtist

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

4
Howl
00:03:08

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

5
Send Her Back
00:02:34

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

6
Can't Help Myself
00:02:42

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

7
The Phantom
00:02:51

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

8
Bad Disease
00:03:46

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

9
But You
00:02:53

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

10
The Archer
00:02:25

Sam Cohen, Producer - Alexandra Savior, MainArtist - Alexandra McDermott, Writer

2019 30th Century Records 2019 30th Century Records

Descriptif de l'album

« Cette fille va être énorme ! » Quand Courtney Love parle ainsi d’Alexandra Savior dès 2012, personne ne fait vraiment très attention. Au fil des ans et des sorties, l’idée se répand quand même. Surtout lorsque cette protégée d’Alex Turner des Arctic Monkeys, qui pigera aussi sur l’album Everything You've Come to Expect de son side project The Last Shadow Puppets, publie en 2017 son premier opus, Belladonna of Sadness, enregistré en fait entre 2014 et 2015. L'Américaine de Portland est vite cataloguée comme une Lana Del Rey dark. The Archer, seconde copie qu’elle rend début 2020, souligne davantage ses différences. Un album publié sur 30th Century Records, le label de Brian Burton alias Danger Mouse, et produit par Sam Cohen, bidouilleur de goût à qui l'on doit notamment le dernier Kevin Morby…

Dark, Alexandra Savior le reste. Surtout envoûtante (cette voix !), jamais déprimante. La pop cinématographique de The Archer s’adosse contre des basses essentielles, tantôt cold wave, tantôt gainsbouriennes. Cousine éloignée d’Hope Sandoval, Aldous Harding, Fiona Apple, Jessica Pratt et bien entendu Lana Del Rey, elle garde toujours à portée de main une attirance pour des textures vintage, essentiellement 60's (Can't Help Myself). Surtout, la mélancolie de sa pop sensuelle n’est jamais artificielle. Et sa plume a mûri, les compos de ce deuxième album montant d’un cran. Enorme alors ? Peut-être pas. Mais grandissant, certain ! © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
À découvrir également
Par Alexandra Savior
Belladonna of Sadness Alexandra Savior
Crying All the Time Alexandra Savior
Howl Alexandra Savior
Saving Grace Alexandra Savior
The Archer Alexandra Savior
Dans la même thématique...
Live Vol. 1 Parcels
Myopia Agnes Obel
Ghosteen Nick Cave & The Bad Seeds
Les Grands Angles...
Le grunge en 10 albums

Il y a trente ans, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin des 90’s. Retour sur 10 albums qui ont marqué le mouvement.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Lhasa, l’inoubliable comète

En seulement trois albums studio, un live et trois tournées internationales, “Lhasa” de Sela a laissé une trace unique dans l’histoire de la musique populaire contemporaine. “La Llorona”, “The Living Road” et “Lhasa” sont des œuvres distinctes et abouties qui dévoilent un univers étrange mais familier, à mi-chemin du rêve et de la réalité. Ces chansons claires obscures sont habitées par les sentiments sincères d’une artiste dont le chant à fleur de peau propose un pacte de complicité intime avec celui qui l’écoute. Il y a dans la vie de “Lhasa” de Sela tous les ingrédients d’une légende, les étapes d’un roman, les émotions d’une histoire belle et bouleversante.

Dans l'actualité...