Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bjarte Eike - The Alehouse Sessions

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The Alehouse Sessions

Bjarte Eike and Barokksolistene

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Depuis des siècles, le célèbre pub anglais a été une sorte de second toit pour les sujets de sa Gracieuse Majesté. On y mangeait, buvait (beaucoup !), dormait et plus si affinités, et – en particulier après les sombres années de l’ultra-puritanisme de Cromwell, après 1660 donc – on y tenait des meetings politiques, on y pariait et on y jouait énormément de musique. Avant 1660, ce seraient plutôt des chansons à boire, des catch (une sorte de canon) grivois, des ballades sentimentales, et des pièces instrumentales rudimentaires grattées par des violoneux et soufflées par des flûtistes. Dès le début de la Guerre civile en 1648, les maîtres de musique des églises et cours londoniennes furent abandonnés à leur destin ; certains s’exilèrent à la campagne pour servir de musicien privé à quelque aristocrate, d’autres s’enrôlèrent dans l’armée, et ceux qui entendaient garder leurs abattis en un seul morceau devinrent professeurs loqueteux. Mais à la fermeture de tous les théâtres sous Cromwell, la plupart des musiciens s’enfoncèrent dans une vie de misère proche de la mendicité. Avec tous ces instrumentistes, chanteurs et théâtreux professionnels lancés dans la nature, on vit la croissance fulgurante de la qualité des « concerts » dans les pubs où ils étaient tolérés, de sorte que ces « sessions de pub » devinrent de plus en plus populaires parmi toutes les classes de la société anglaise. Et même avec la réouverture des théâtres puis la constructions d’opéras un peu partout après la Restauration post-cromwellienne, les « sessions de pubs » gardèrent toute leur renommée. La musique devint rapidement une forme d’art immensément populaire à Londres à la fin du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle, même s’il fallut attendre encore quelques décennies avant que des orchestres permanents s’installent. Par conséquent, la ville débordait de musiciens freelance, qui l’après-midi jouaient parmi les chopes de bière au pub, puis couraient à un de ces nombreux concerts de charité avant de se précipiter au King’s Theatre pour y jouer l’opéra vespéral. L’ensemble Alehouse Sessions a lancé son projet en 2007, une forme de concert proposant la musique qui se pouvait jouer dans les pubs pendant et après le Commonwealth de Cromwell. Il s’agit d’un extravagant mélange de pièces composées, de mélodies populaires et d’arrangements de chansons folkloriques. La musique « savante » – à commencer par Purcell puis tous ceux qui le suivirent – devenait ainsi de la musique folklorique, tandis que la musique folklorique devenait en quelque sorte « savante ». Les pièces proposées par Alehouse Sessions s’inscrit dans le cadre historique du pub anglais, même si l’auditeur peut parfois avoir l’impression d’entendre des pièces de folk-pop anglo-saxonnes. Par ailleurs, plusieurs pièces proviennent de loin : l’Amérique du Nord, la Scandinavie, l’Ecosse, l’Irlande et les Shetlands. L’on ne saura jamais vraiment, bien sûr, à quoi pouvait réellement ressembler la musique de troquet voici trois ou quatre siècles, mais Alehouse Sessions se fait un point d’honneur à explorer toutes les pistes. © SM/Qobuz

Plus d'informations

The Alehouse Sessions

Bjarte Eike

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Wallom Green (From The English Dancing Master) 00:02:03

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Primary - John Playford, Composer

Bjarte Eike 2017

2
Curtain Tune (From Timon of Athens) 00:02:43

Bjarte Eike, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Henry Purcell, Composer

Bjarte Eike 2017

3
Lead me (From Bonduca & The English Dancing Master) 00:07:50

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Thomas Guthrie, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Henry Purcell, Composer - John Playford, Composer

Bjarte Eike 2017

4
Haul away Joe 00:03:52

Bjarte Eike, Performer, Primary - Thomas Guthrie, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

5
Johnny Faa 00:04:03

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

6
Hole in the Wall (From Abdelazer) 00:02:47

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Henry Purcell, Composer

Bjarte Eike 2017

7
The Virgin Queen set (From The English Dancing Master) 00:04:44

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - John Playford, Composer

Bjarte Eike 2017

8
Pass around the grog 00:02:16

Bjarte Eike, Performer, Primary - Thomas Guthrie, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

9
Travel set 00:06:59

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Nils Økland, Composer - Siri Dyvik, Composer

Bjarte Eike 2017

10
I drew my ship 00:05:24

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Thomas Guthrie, Performer, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

11
Carolan’s Cup 00:03:32

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Arranger, Primary - Turlough O'Carolan, Composer

Bjarte Eike 2017

12
The Canadian set 00:04:15

Bjarte Eike, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

13
Leave her Johnny 00:03:34

Bjarte Eike, Performer, Primary - Thomas Guthrie, Arranger, Performer, Primary - Barokksolistene, Primary - Traditional, Composer

Bjarte Eike 2017

Descriptif de l'album

Depuis des siècles, le célèbre pub anglais a été une sorte de second toit pour les sujets de sa Gracieuse Majesté. On y mangeait, buvait (beaucoup !), dormait et plus si affinités, et – en particulier après les sombres années de l’ultra-puritanisme de Cromwell, après 1660 donc – on y tenait des meetings politiques, on y pariait et on y jouait énormément de musique. Avant 1660, ce seraient plutôt des chansons à boire, des catch (une sorte de canon) grivois, des ballades sentimentales, et des pièces instrumentales rudimentaires grattées par des violoneux et soufflées par des flûtistes. Dès le début de la Guerre civile en 1648, les maîtres de musique des églises et cours londoniennes furent abandonnés à leur destin ; certains s’exilèrent à la campagne pour servir de musicien privé à quelque aristocrate, d’autres s’enrôlèrent dans l’armée, et ceux qui entendaient garder leurs abattis en un seul morceau devinrent professeurs loqueteux. Mais à la fermeture de tous les théâtres sous Cromwell, la plupart des musiciens s’enfoncèrent dans une vie de misère proche de la mendicité. Avec tous ces instrumentistes, chanteurs et théâtreux professionnels lancés dans la nature, on vit la croissance fulgurante de la qualité des « concerts » dans les pubs où ils étaient tolérés, de sorte que ces « sessions de pub » devinrent de plus en plus populaires parmi toutes les classes de la société anglaise. Et même avec la réouverture des théâtres puis la constructions d’opéras un peu partout après la Restauration post-cromwellienne, les « sessions de pubs » gardèrent toute leur renommée. La musique devint rapidement une forme d’art immensément populaire à Londres à la fin du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle, même s’il fallut attendre encore quelques décennies avant que des orchestres permanents s’installent. Par conséquent, la ville débordait de musiciens freelance, qui l’après-midi jouaient parmi les chopes de bière au pub, puis couraient à un de ces nombreux concerts de charité avant de se précipiter au King’s Theatre pour y jouer l’opéra vespéral. L’ensemble Alehouse Sessions a lancé son projet en 2007, une forme de concert proposant la musique qui se pouvait jouer dans les pubs pendant et après le Commonwealth de Cromwell. Il s’agit d’un extravagant mélange de pièces composées, de mélodies populaires et d’arrangements de chansons folkloriques. La musique « savante » – à commencer par Purcell puis tous ceux qui le suivirent – devenait ainsi de la musique folklorique, tandis que la musique folklorique devenait en quelque sorte « savante ». Les pièces proposées par Alehouse Sessions s’inscrit dans le cadre historique du pub anglais, même si l’auditeur peut parfois avoir l’impression d’entendre des pièces de folk-pop anglo-saxonnes. Par ailleurs, plusieurs pièces proviennent de loin : l’Amérique du Nord, la Scandinavie, l’Ecosse, l’Irlande et les Shetlands. L’on ne saura jamais vraiment, bien sûr, à quoi pouvait réellement ressembler la musique de troquet voici trois ou quatre siècles, mais Alehouse Sessions se fait un point d’honneur à explorer toutes les pistes. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Djesse Vol. 2 Jacob Collier
Love Songs Elton John
À découvrir également
Par Bjarte Eike

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Charlie Chaplin, compositeur

À l’occasion d’une grande exposition qui lui est consacrée à la Philharmonie de Paris, retour sur les liens étroits qu’entretenait Charlie Chaplin avec la musique. Interprète et réalisateur légendaire, l’homme à la canne et au chapeau melon était également l’auteur de la musique de ses films.

Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho, l’histoire de la musique est jalonnée par des figures de femmes qui ont « osé » écrire de la musique. La création serait l’apanage des hommes ? Notre musée sonore compte en effet plus de compositeurs, connus et reconnus, que de compositrices. Pourtant, leurs œuvres ne sont pas moins passionnantes et il n’y a aucune raison de les considérer comme des objets de second ordre ni de les ignorer. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...