Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

JJ Cale - Roll On

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Roll On

JJ Cale

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Après cinq années d’abstinence (To Tulsa and Back date de 2004), John Weldon Cale s’est donc résolu à retrouver le chemin des studios : « à mon âge, je ferais mieux de rester toute la journée allongé sur un hamac ! ».

Ce seizième album (et quatorzième en studio) permet à l’homme de l’Oklahoma de croiser de nouveau (sur la chanson titre) le guitariste Eric Clapton, avec lequel il avait obtenu, grâce à l’album The Road to Escondido, le premier Grammy Award de sa carrière (et s’était vu gratifié d’un disque certifié Platine). Comme à l’accoutumée, Cale a rassemblé les douze chansons du programme en feuilletant quelques vieilles partitions, en rendant visite à son vieil ami David Teegarden dans le fouillis du studio du bonhomme (Tulsa), et en composant quelques nouvelles mélodies, confortablement installé dans son propre home studio. Autant dire que la révolution stylistique n’est pas ici de mise : banjo, steel guitar, inspiration en droite ligne du jazz manouche, ou guitares pointillistes n’auraient pas dépareillé les sessions de Troubadour, plus de trente ans auparavant. Et on connaît la capacité du panda du rock à recycler ad vitam aeternam le riff millésimé de « Cocaine ».

Tout au plus quelques audaces formelles se glissent-elles dans l’ensemble : ici un scat indolent (« Who Knew »), là un piano tout aussi jazzy (« Former Me »). Quant au duo, de nouveau historique, entre Clapton et le patron, sa longue et délicate introduction aux guitares entrecroisées, son efficience séminale, le solo serpentin à la limite de la saturation, et le contrepoint de l’harmonica, démontrent amplement que les deux papys n’en ont pas fini de faire de la résistance épicurienne. Mais si l’entreprise a été menée avec une apparente – et coutumière – désinvolture, elle n’exclue pas un investissement majeur du chanteur. Ici, Cale assure en effet peu ou prou tous les pupitres, d’une panoplie de guitares à la basse, de la batterie aux claviers, en passant par les chœurs. Et il reste l’un des artistes au monde les plus susceptibles d’offrir une sonorité vraiment charnue à la moindre boîte à rythmes.

Ainsi, ce qui auparavant prenait sa source dans une contrainte économique (« à mes débuts, je n’avais pas assez d’argent pour employer régulièrement des musiciens »), devient la marque de fabrique d’un chanteur, qui crée des chansons dans l’intimité de son foyer, les enregistre de même, et les offre au monde. L’Américain, dans sa synthèse unique de rock, country et blues, génère en toute quiétude une pure quintessence de la musique américaine. Et comme hier, et (on l’espère) comme demain, J.J. Cale, benoîtement, poursuit son bonhomme de chemin vers la légende : Roll On.



© Christian Larrède / Music-Story

Plus d'informations

Roll On

JJ Cale

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Who Knew
00:03:30

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

2
Former Me
00:02:48

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

3
Where the Sun Don't Shine
00:03:07

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

4
Down to Memphis
00:03:05

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

5
Strange Days
00:03:10

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

6
Cherry Street
00:03:44

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

7
Fonda-Lina
00:03:21

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

8
Leaving in the Morning
00:02:37

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

9
Oh Mary
00:03:34

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

10
Old Friend
00:03:56

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

11
Roll On
00:04:43

JJ Cale, interprète - Eric Clapton, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

12
Bring Down the Curtain
00:02:54

JJ Cale, interprète

2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music 2009 JJ Cale under exclusive license to Because Music

Descriptif de l'album

Après cinq années d’abstinence (To Tulsa and Back date de 2004), John Weldon Cale s’est donc résolu à retrouver le chemin des studios : « à mon âge, je ferais mieux de rester toute la journée allongé sur un hamac ! ».

Ce seizième album (et quatorzième en studio) permet à l’homme de l’Oklahoma de croiser de nouveau (sur la chanson titre) le guitariste Eric Clapton, avec lequel il avait obtenu, grâce à l’album The Road to Escondido, le premier Grammy Award de sa carrière (et s’était vu gratifié d’un disque certifié Platine). Comme à l’accoutumée, Cale a rassemblé les douze chansons du programme en feuilletant quelques vieilles partitions, en rendant visite à son vieil ami David Teegarden dans le fouillis du studio du bonhomme (Tulsa), et en composant quelques nouvelles mélodies, confortablement installé dans son propre home studio. Autant dire que la révolution stylistique n’est pas ici de mise : banjo, steel guitar, inspiration en droite ligne du jazz manouche, ou guitares pointillistes n’auraient pas dépareillé les sessions de Troubadour, plus de trente ans auparavant. Et on connaît la capacité du panda du rock à recycler ad vitam aeternam le riff millésimé de « Cocaine ».

Tout au plus quelques audaces formelles se glissent-elles dans l’ensemble : ici un scat indolent (« Who Knew »), là un piano tout aussi jazzy (« Former Me »). Quant au duo, de nouveau historique, entre Clapton et le patron, sa longue et délicate introduction aux guitares entrecroisées, son efficience séminale, le solo serpentin à la limite de la saturation, et le contrepoint de l’harmonica, démontrent amplement que les deux papys n’en ont pas fini de faire de la résistance épicurienne. Mais si l’entreprise a été menée avec une apparente – et coutumière – désinvolture, elle n’exclue pas un investissement majeur du chanteur. Ici, Cale assure en effet peu ou prou tous les pupitres, d’une panoplie de guitares à la basse, de la batterie aux claviers, en passant par les chœurs. Et il reste l’un des artistes au monde les plus susceptibles d’offrir une sonorité vraiment charnue à la moindre boîte à rythmes.

Ainsi, ce qui auparavant prenait sa source dans une contrainte économique (« à mes débuts, je n’avais pas assez d’argent pour employer régulièrement des musiciens »), devient la marque de fabrique d’un chanteur, qui crée des chansons dans l’intimité de son foyer, les enregistre de même, et les offre au monde. L’Américain, dans sa synthèse unique de rock, country et blues, génère en toute quiétude une pure quintessence de la musique américaine. Et comme hier, et (on l’espère) comme demain, J.J. Cale, benoîtement, poursuit son bonhomme de chemin vers la légende : Roll On.



© Christian Larrède / Music-Story

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Songs From The Big Chair Tears For Fears
Who's Next The Who
Slowhand Eric Clapton
À découvrir également
Par JJ Cale
Stay Around JJ Cale
Live JJ Cale
Naturally JJ Cale
Troubadour JJ Cale

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
J.J. Cale, le blues pépouze

Plus de cinq ans après sa mort, impossible de ne pas se ressourcer régulièrement auprès de la musique de J.J. Cale. Avec son alliage atypique de blues, folk, country et jazz, celui que vénérait Clapton et qui passa une partie de sa vie dans un mobil-home reste encore aujourd’hui l’un des ermites les plus influents du rock.

Le grunge en 10 albums

Il y a trente ans, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin des 90’s. Retour sur 10 albums qui ont marqué le mouvement.

Know your Lemmy

Le 24 décembre 2017, Lemmy Kilmister aurait fêté ses 72 ans, dont plus de 40 à la tête de Motörhead, le groupe de rock'n'roll le plus bruyant de l'histoire. Un cancer foudroyant a finalement emporté celui qui était devenu une icône que l'on croyait immortelle, tant sa disparition avait été maintes fois annoncée puis démentie. Motörhead, qui s'est logiquement éteint avec lui, aura donc traversé quatre décennies avec des hauts et des bas. Et surtout beaucoup de malentendus, sans mauvais jeu de mot en rapport avec la puissance sonore dégagée sur scène...

Dans l'actualité...