Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

H-Burns - Night Moves

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Night Moves

H-Burns

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Lorsqu’est sorti Off The Map en 2013, chacun s’est dit que Renaud Brustlein alias H-Burns avait (enfin) l’électricité chez lui. Celui qui fut longtemps une sorte de hobo folkeux made in France, guitare en bois au poing et moue de Droopy ornant son visage, venait de signer un album très 90’s, sensation en partie due à la production de Steve Albini, grand gourou de la chose indie durant la décennie en question. LE Steve Albini de Big Black, Rapeman et Shellac et dont les productions pour Nirvana, les Pixies, Jesus Lizard et PJ Harvey ont ému toute une génération… Pour 2015, H-Burns semble avoir été intrigué par le travail de The War On Drugs sur l’album Lost In The Dream. On sent l’influence du vrai-faux groupe d’Adam Granduciel sur ce Night Moves qui parait sur Vietnam, le label lancé par le magazine So Foot. Mais par-delà cette éventuelle parenté qui ne reflète guère tous les recoins de l’album, l’Americana d’H-Burns voit désormais grand. Assez large. Surtout, le Grenoblois aligne ici de sacrées chansons, compositions vraiment attachantes qui fusionnent ses diverses marottes. De la country neurasthénique, du néo-grunge lettré, de la pop noisy, du folk rock indé ou du folk rêveur, Renaud Brustlein sait faire tout ça, et très bien même. Mais rarement sur ses précédents albums avait-il trouvé une alchimie aussi convaincante pour offrir une telle unité à sa musique. Bref, si le titre de ce disque, Night Moves, est une référence au chef d’œuvre réalisé en 1975 par Arthur Penn intitulé en français La Fugue, on fugue avec lui sans hésiter ! © MD/Qobuz

Plus d'informations

Night Moves

H-Burns

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Nowhere To Be
00:03:46

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

2
Radar
00:02:47

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

3
In The Wee Hours
00:02:46

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

4
Silent Wars
00:03:44

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

5
Night Moves
00:04:34

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

6
Big Surprise
00:03:04

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

7
Wolves
00:03:02

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

8
Radio Buzzing
00:04:16

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

9
Signals
00:02:50

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

10
Too Much Hope
00:03:30

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

11
Holding back
00:03:08

H-Burns, Performer - Renaud Brustelein, Composer

2015 Vietnam under exclusive license to Because Music 2015 Vietnam under exclusive license to Because Music

Descriptif de l'album

Lorsqu’est sorti Off The Map en 2013, chacun s’est dit que Renaud Brustlein alias H-Burns avait (enfin) l’électricité chez lui. Celui qui fut longtemps une sorte de hobo folkeux made in France, guitare en bois au poing et moue de Droopy ornant son visage, venait de signer un album très 90’s, sensation en partie due à la production de Steve Albini, grand gourou de la chose indie durant la décennie en question. LE Steve Albini de Big Black, Rapeman et Shellac et dont les productions pour Nirvana, les Pixies, Jesus Lizard et PJ Harvey ont ému toute une génération… Pour 2015, H-Burns semble avoir été intrigué par le travail de The War On Drugs sur l’album Lost In The Dream. On sent l’influence du vrai-faux groupe d’Adam Granduciel sur ce Night Moves qui parait sur Vietnam, le label lancé par le magazine So Foot. Mais par-delà cette éventuelle parenté qui ne reflète guère tous les recoins de l’album, l’Americana d’H-Burns voit désormais grand. Assez large. Surtout, le Grenoblois aligne ici de sacrées chansons, compositions vraiment attachantes qui fusionnent ses diverses marottes. De la country neurasthénique, du néo-grunge lettré, de la pop noisy, du folk rock indé ou du folk rêveur, Renaud Brustlein sait faire tout ça, et très bien même. Mais rarement sur ses précédents albums avait-il trouvé une alchimie aussi convaincante pour offrir une telle unité à sa musique. Bref, si le titre de ce disque, Night Moves, est une référence au chef d’œuvre réalisé en 1975 par Arthur Penn intitulé en français La Fugue, on fugue avec lui sans hésiter ! © MD/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par H-Burns

Burns on the Wire

H-Burns

Midlife

H-Burns

Midlife H-Burns

Kid We Own The Summer

H-Burns

Off The Map

H-Burns

Off The Map H-Burns

Goodbye

H-Burns

Goodbye H-Burns
Dans la même thématique...

Solar Power

Lorde

Solar Power Lorde

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
Les Black Keys en 10 chansons

Dès 2001, les Black Keys ont rappelé à la Terre entière d’où venait vraiment le blues, virant tout gras apparent et solos superflus. Du sauvage, du brutal, du minimaliste et du cru joué seulement à deux. Un style unique que Dan Auerbach et Patrick Carney ont réussi à faire évoluer sur deux décennies sans jamais vendre leur âme au diable, invariablement posté en embuscade au carrefour du delta du Mississippi. La preuve en dix chansons.

Le jazz nordique en 10 albums

Hiver, grands espaces, nature en majesté… On réduit vite la Scandinavie aux éternels mêmes clichés. Le jazz n’échappe pas à la règle. Pourtant, le Danemark marche sur les brisées de la tradition nord-américaine, la Norvège est attirée par l’expérimentation et la Suède préfère ne pas trancher en s’immisçant entre les deux. Malgré ces différences, on parle invariablement de jazz scandinave comme d’une grande famille. Depuis le début des années 70, les musiciens venus du froid ont imposé une singularité perpétuée par la génération actuelle. Coup de zoom sur cette vraie fausse famille en 10 albums choisis avec subjectivité dans une discographie vaste comme un fjord.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...