Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Johnny Hallyday|Mon pays c'est l'amour

Mon pays c'est l'amour

Johnny Hallyday

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Pour bien appréhender cet ultime album de Johnny Hallyday, il faut se replonger dans la vie du chanteur à ses débuts. Après une adolescence turbulente au sein des blousons noirs de « la bande de la Trinité », Johnny a fait ses humanités rock au Golf Drouot. À l’époque, c’était un club dont l’attraction majeure était un juke-box qui diffusait du Elvis Presley, du Chuck Berry ou du Bill Haley. Celui qui s’apprêtait à devenir « l'idole des jeunes » s’y sentait comme à la maison et c’est cette même familiarité que l’auditeur ressent instantanément à l’écoute de ce disque. C’est avant tout à travers le rythme de la danse que cette intimité se noue, comme si Johnny remontait le temps pour célébrer le déhanchement le plus libérateur et vivant qui soit. Du côté des paroles (écrites par une flopée d’auteurs tels que Miossec ou Pierre-Dominique Burgaud), l’ancien « élève rockeur » du Golf Drouot tourne principalement autour de deux thèmes qui hantent son répertoire depuis toujours: l’amour (Mon pays, c’est l’amourBack in LATomber encore) et la musique (Made in Rock’n’roll). Composées pour la plupart par Yodelice, les chansons les plus rock de cet album sont des parangons de générosité populaire, tout comme le morceau country-folk L’Amérique de William, qui exprime la fascination de Johnny pour ce pays qui est associé, là encore, à la figure de ses débuts (et au-delà). Trente-troos ans après le dramaturge Tennessee Williams, il rend hommage à un autre personnage marquant de la culture américaine, le photographe William Eggleston, célèbre pour ses clichés de stations-service, parkings et autres diners.

Rock’n’roll, country-folk… Le tableau musical ne serait pas complet sans ces ballades lyrico-mélancoliques dont seul Johnny a le secret, des ballades aux couleurs introspectives (Pardonne-moi) ou sociales (4 m2, sur l’univers carcéral). Qu’elle soit accompagnée d’arpèges de cordes jouées pizzicati dans la première, ou de guitares électriques dans la seconde, la voix à la fois déchirante et puissante de Johnny se fait l’écho idéal d’une souffrance individuelle ou collective. Même préoccupation philosophico-sociale dans le morceau de fin, Je ne suis qu’un homme, un rock symphonique et épique où il se voit comme un simple mortel, impuissant face aux aléas de cette « époque sans visage ». Toutes ces chansons, légères ou graves, tranchent avec celle, plus ambivalente, qui ouvre l’album : J’en parlerai au diable. Égrené d’accords de croches imperturbables joués au clavier Wurlitzer, ce dialogue sulfureux entre le chanteur et Lucifer s’inspire d’un standard de Ray Wylie Hubbard, Conversation with the Devil. Un peu à la manière de son Veau d’or vaudou de 1982, ce morceau fascinant met en lumière les ambiguïtés d’un Johnny à la fois « innocent et coupable ». Entre l’exaltation du corps et les zones d’ombre de l’esprit, cet album dresse un portrait fidèle d’un taulier qui, malgré l’absence, est loin d’être détrôné. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Mon pays c'est l'amour

Johnny Hallyday

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
J'en parlerai au diable
00:03:39

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Producer, Guitar, Hammond Organ, Writer - Pierre Jouishomme, Writer

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

2
Mon pays, c'est l'amour
00:02:42

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Katia Landreas, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

3
Made in Rock'n'Roll
00:02:57

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Producer, Guitar, Hammond Organ - Pierre Dominique Burgaud, Adapter - JD Mc Pherson, Writer

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

4
Pardonne-moi
00:04:05

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yarol Poupaud, Composer - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Yohann Malory, Lyricist - Hervé Le Sourd, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

5
Interlude
00:01:58

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

6
4m2
00:03:22

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Pierre-Yves Lebert, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

7
Back in LA
00:03:58

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yarol Poupaud, Composer - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Miossec, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

8
L'Amérique de William
00:02:58

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Jérome Attal, Lyricist - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

9
Un enfant du siècle
00:03:47

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yarol Poupaud, Composer - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Yohann Malory, Lyricist - Hervé Le Sourd, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

10
Tomber encore
00:03:31

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yarol Poupaud, Composer - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Boris Lanneau, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

11
Je ne suis qu'un homme
00:04:26

Dean Parks, Guitar - Brad Cole, Hammond Organ, Piano, Wurlitzer - Matt Chamberlain, Drums, Percussion - Johnny Hallyday, Vocals, MainArtist - Davey Faragher, Bass - Val McCallum, Guitar - Yodelice, Composer, Producer, Guitar, Hammond Organ - Yohann Malory, Lyricist - Hervé Le Sourd, Lyricist

© 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company ℗ 2018 Warner Music France, A Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

Pour bien appréhender cet ultime album de Johnny Hallyday, il faut se replonger dans la vie du chanteur à ses débuts. Après une adolescence turbulente au sein des blousons noirs de « la bande de la Trinité », Johnny a fait ses humanités rock au Golf Drouot. À l’époque, c’était un club dont l’attraction majeure était un juke-box qui diffusait du Elvis Presley, du Chuck Berry ou du Bill Haley. Celui qui s’apprêtait à devenir « l'idole des jeunes » s’y sentait comme à la maison et c’est cette même familiarité que l’auditeur ressent instantanément à l’écoute de ce disque. C’est avant tout à travers le rythme de la danse que cette intimité se noue, comme si Johnny remontait le temps pour célébrer le déhanchement le plus libérateur et vivant qui soit. Du côté des paroles (écrites par une flopée d’auteurs tels que Miossec ou Pierre-Dominique Burgaud), l’ancien « élève rockeur » du Golf Drouot tourne principalement autour de deux thèmes qui hantent son répertoire depuis toujours: l’amour (Mon pays, c’est l’amourBack in LATomber encore) et la musique (Made in Rock’n’roll). Composées pour la plupart par Yodelice, les chansons les plus rock de cet album sont des parangons de générosité populaire, tout comme le morceau country-folk L’Amérique de William, qui exprime la fascination de Johnny pour ce pays qui est associé, là encore, à la figure de ses débuts (et au-delà). Trente-troos ans après le dramaturge Tennessee Williams, il rend hommage à un autre personnage marquant de la culture américaine, le photographe William Eggleston, célèbre pour ses clichés de stations-service, parkings et autres diners.

Rock’n’roll, country-folk… Le tableau musical ne serait pas complet sans ces ballades lyrico-mélancoliques dont seul Johnny a le secret, des ballades aux couleurs introspectives (Pardonne-moi) ou sociales (4 m2, sur l’univers carcéral). Qu’elle soit accompagnée d’arpèges de cordes jouées pizzicati dans la première, ou de guitares électriques dans la seconde, la voix à la fois déchirante et puissante de Johnny se fait l’écho idéal d’une souffrance individuelle ou collective. Même préoccupation philosophico-sociale dans le morceau de fin, Je ne suis qu’un homme, un rock symphonique et épique où il se voit comme un simple mortel, impuissant face aux aléas de cette « époque sans visage ». Toutes ces chansons, légères ou graves, tranchent avec celle, plus ambivalente, qui ouvre l’album : J’en parlerai au diable. Égrené d’accords de croches imperturbables joués au clavier Wurlitzer, ce dialogue sulfureux entre le chanteur et Lucifer s’inspire d’un standard de Ray Wylie Hubbard, Conversation with the Devil. Un peu à la manière de son Veau d’or vaudou de 1982, ce morceau fascinant met en lumière les ambiguïtés d’un Johnny à la fois « innocent et coupable ». Entre l’exaltation du corps et les zones d’ombre de l’esprit, cet album dresse un portrait fidèle d’un taulier qui, malgré l’absence, est loin d’être détrôné. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Abba Gold Anniversary Edition

ABBA

Super Trouper

ABBA

Arrival

ABBA

Arrival ABBA

The Essential Collection

ABBA

À découvrir également
Par Johnny Hallyday

Les raretés Warner

Johnny Hallyday

Les raretés Warner Johnny Hallyday

Johnny Acte II

Johnny Hallyday

Johnny Acte II Johnny Hallyday

Johnny

Johnny Hallyday

Johnny Johnny Hallyday

Best Of 70e Anniversaire

Johnny Hallyday

Best Of 70e Anniversaire Johnny Hallyday

Bercy 2003

Johnny Hallyday

Bercy 2003 Johnny Hallyday

Playlists

Dans la même thématique...

Brûler le feu

Juliette Armanet

Brûler le feu Juliette Armanet

Cœur

Clara Luciani

Cœur Clara Luciani

Mesdames

Grand Corps Malade

Mesdames Grand Corps Malade

Grand Prix

Benjamin Biolay

Grand Prix Benjamin Biolay

À l'aube revenant

Francis Cabrel

À l'aube revenant Francis Cabrel
Les Grands Angles...
Françoise Hardy, la période yéyé

Françoise Hardy fut l’un des fers de lance de la vague yéyé qui a envahi la France au début des années 1960. Et pourtant, ses rapports avec ce courant n’ont pas toujours été simples.

Brigitte Bardot, des chansons au soleil

Entre le doux farniente de “La Madrague” et la liberté insolente de “Harley Davidson”, Brigitte Bardot incarne une chanson pop française à plusieurs facettes, comme elle. Qobuz dresse le panorama de la carrière de la Brigitte Bardot chanteuse.

Melody Nelson vue de l’intérieur

Cinquante ans après sa sortie, le 24 mars 1971, et trente après la mort de son auteur, retour sur la conception et la carrière atypique d’un des plus grands albums de Serge Gainsbourg, “Histoire de Melody Nelson”, récit conceptuel mis en musique avec son complice Jean-Claude Vannier.

Dans l'actualité...