Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Toumani Diabaté - Kôrôlén

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Kôrôlén

Toumani Diabaté and the London Symphony Orchestra

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Kôrôlén est le témoignage live d’un rêve réalisé par Toumani Diabaté. A travers les années, le célèbre griot et joueur de kora malien s’est illustré en solo, en duo avec ses compatriotes Ali Farka Touré ou Ballaké Sissoko ou avec son groupe Symmetric Orchestra, comme l’un des plus brillants représentants de la tradition mandingue. Il a aussi réussi de somptueux croisements avec les musiques américaines (Taj Mahal et Roswell Budd), européennes (Björk, Ketama, Damon Albarn ou M), brésiliennes (Arnaldo Antunes et Edgard Scandurra) ou iraniennes (Kayhan Kalhor). En 2008, il a mêlé sa riche tradition et exercé sa virtuosité au cœur d’un orchestre symphonique. Ce ne fut pas la première rencontre entre musique mandingue et univers classique. Dès 1992, le Kronos Quartet s’est associé au joueur de kora gambien Foday Musa Suso, plus tard avec la chanteuse malienne Rokia Traoré ou plus récemment avec le Trio Da Kali. Mais c’est la première conjugaison symphonique de cette tradition “kôrôlén” (ancestrale en bambara).  Plusieurs orchestres à Liverpool, Oslo ou en Espagne ont été acteurs de ce projet. Celui qu’il nous est donné d’entendre est peut-être le plus prestigieux : le London Symphonic Orchestra conduit par le chef d’orchestre anglais d’origine américaine Clark Rundell sur la scène du Barbican Centre. Deux arrangeurs représentants de deux pays et de deux générations se sont partagé le travail d’orchestration des six pièces de cette suite. L’Anglais Ian Gardiner, qui a exercé ses talents dans les champs jazz, classique ou pop (Goldfrapp, Jarvis Cocker, OMD..) et le quarantenaire originaire du Vermont Nico Muhly, aussi à l’aise avec le minimalisme de Philip Glass, l’inventivité contemporaine de Björk ou le néoromantisme des New-Yorkais d’Anthony And The Johnsons. 

La kora égrène les premières notes qui s’envolent, légères telles des bulles de cristal. Une nappe apparaît, les violons planent suivis des instruments à vent tout aussi aériens et de l’ensemble de l’orchestre gracile et respectueux de l’ancêtre harpe mandingue. L’organisation du spirituel Haïnamady Town a été prise en charge par Clark Rundell, qui, pour Mama Souraka, cède les partitions au jeune Américain. L’ambiance est joyeuse, les cordes dodelinent, les flûtes rigolent, la kora mutine les entraîne où elle le souhaite. Pour Elyne Road, Muhly garde la main. Son ADN minimaliste est sensible mais s’échappe volontiers vers des chemins escarpés. La kora galope, tisse une toile vagabonde que l’orchestre éclaire de tous ses feux. Comme le morceau précédent Cantelowes Dream, qui a également été développé sur The Mandé Variations, album solo de Toumani sorti lui aussi en 2008. Le même clin d’œil au thème de The Good, the Bad and the Ugly de Morricone est lancé en amont, mais ici, les improvisations à la kora sont appuyées par le balafon de Fodé Lassana Diabaté, qui cède le premier blanc à la guitare de Fanta Mady Kouyaté avant de développer un duel amiable avec la flûte de Celia Chambers. L’orchestre harmonise et mène la rythmique.

Dès lors le concert prend de l’ampleur. Sur Moon Kaira, Gardiner met l’orchestre en avant, la cadence et les harmonies sont franches et glorieuses. Le balafon opère une allègre percée, la kora est davantage en retrait. Pour Mamadou Kanda Keita, adaptation du Mamadou Boutiquier tiré du classique de 2005, In the Heart of rhe Moon, album cosigné avec Ali Farka Touré, le grand griot Kassé Mady Diabaté entre en scène. Encouragé par la puissance sensible de son génial parent Toumani, il envoûte le micro, l’orchestre et le public. Bouquet final qui finit d’enflammer le Barbican qui, comme nous aujourd’hui, n’est certainement pas près d’oublier cet historique mariage entre deux mondes musicaux aussi brillamment représentés. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

Plus d'informations

Kôrôlén

Toumani Diabaté

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Haïnamady Town
00:06:48

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Jonathan Welch, Viola - Ian Gardiner, Orchestral Arranger, Instruments - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

2
Mama Souraka
00:06:54

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Nico Muhly, Orchestral Arranger, Instruments - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Jonathan Welch, Viola - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

3
Elyne Road
00:07:03

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Nico Muhly, Orchestral Arranger, Instruments - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Jonathan Welch, Viola - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

4
Cantelowes Dream
00:09:54

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Nico Muhly, Orchestral Arranger, Instruments - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Jonathan Welch, Viola - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

5
Moon Kaira
00:06:31

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Jonathan Welch, Viola - Ian Gardiner, Orchestral Arranger, Instruments - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

6
Mamadou Kanda Keita
00:06:51

Moray Welsh, Cello - Andrew Marriner, Clarinet - Guy Davie, Engineer - Jerry Boys, Mixer - Kirsten Cowie, Recording - London Symphony Orchestra, Instruments, MainArtist - Gordon Hunt, Oboe - Neil Percy, Percussion - Toumani Diabate, Composer, Writer, MainArtist, Kora Guitar - Tom Leader, Recorded by - Richard Clews, Horn - Carmine Lauri, Violin Leader - Paul Silverthorne, Viola - Fode Kouyate, Instruments, Tama Drums - Clark Rundell, Conductor - Christine Pendrill, Cor Anglais - Nick Gold, Producer - Kasse Mady Diabate, Vocals - Jonathan Welch, Viola - Ian Gardiner, Orchestral Arranger, Instruments - Ursula Leveaux, Bassoon - Colin Paris, Double Bass - John Stenhouse, Bass Clarinet - Malcolm Johnston, Viola - Alastair Blayden, Cello - Celia Chambers, Flute - Hilary Jones, Cello - Fodé Lassana Diabaté, Balafon Percussion - Fanta Mady Kouyaté, Acoustic Guitar, Electric Guitar - Minat Lyons, Cello - Nicholas Worters, Double Bass - Richard Holttum, Viola

© 2021 World Circuit Limited, a BMG Company ℗ 2021 World Circuit Limited, a BMG Company

Descriptif de l'album

Kôrôlén est le témoignage live d’un rêve réalisé par Toumani Diabaté. A travers les années, le célèbre griot et joueur de kora malien s’est illustré en solo, en duo avec ses compatriotes Ali Farka Touré ou Ballaké Sissoko ou avec son groupe Symmetric Orchestra, comme l’un des plus brillants représentants de la tradition mandingue. Il a aussi réussi de somptueux croisements avec les musiques américaines (Taj Mahal et Roswell Budd), européennes (Björk, Ketama, Damon Albarn ou M), brésiliennes (Arnaldo Antunes et Edgard Scandurra) ou iraniennes (Kayhan Kalhor). En 2008, il a mêlé sa riche tradition et exercé sa virtuosité au cœur d’un orchestre symphonique. Ce ne fut pas la première rencontre entre musique mandingue et univers classique. Dès 1992, le Kronos Quartet s’est associé au joueur de kora gambien Foday Musa Suso, plus tard avec la chanteuse malienne Rokia Traoré ou plus récemment avec le Trio Da Kali. Mais c’est la première conjugaison symphonique de cette tradition “kôrôlén” (ancestrale en bambara).  Plusieurs orchestres à Liverpool, Oslo ou en Espagne ont été acteurs de ce projet. Celui qu’il nous est donné d’entendre est peut-être le plus prestigieux : le London Symphonic Orchestra conduit par le chef d’orchestre anglais d’origine américaine Clark Rundell sur la scène du Barbican Centre. Deux arrangeurs représentants de deux pays et de deux générations se sont partagé le travail d’orchestration des six pièces de cette suite. L’Anglais Ian Gardiner, qui a exercé ses talents dans les champs jazz, classique ou pop (Goldfrapp, Jarvis Cocker, OMD..) et le quarantenaire originaire du Vermont Nico Muhly, aussi à l’aise avec le minimalisme de Philip Glass, l’inventivité contemporaine de Björk ou le néoromantisme des New-Yorkais d’Anthony And The Johnsons. 

La kora égrène les premières notes qui s’envolent, légères telles des bulles de cristal. Une nappe apparaît, les violons planent suivis des instruments à vent tout aussi aériens et de l’ensemble de l’orchestre gracile et respectueux de l’ancêtre harpe mandingue. L’organisation du spirituel Haïnamady Town a été prise en charge par Clark Rundell, qui, pour Mama Souraka, cède les partitions au jeune Américain. L’ambiance est joyeuse, les cordes dodelinent, les flûtes rigolent, la kora mutine les entraîne où elle le souhaite. Pour Elyne Road, Muhly garde la main. Son ADN minimaliste est sensible mais s’échappe volontiers vers des chemins escarpés. La kora galope, tisse une toile vagabonde que l’orchestre éclaire de tous ses feux. Comme le morceau précédent Cantelowes Dream, qui a également été développé sur The Mandé Variations, album solo de Toumani sorti lui aussi en 2008. Le même clin d’œil au thème de The Good, the Bad and the Ugly de Morricone est lancé en amont, mais ici, les improvisations à la kora sont appuyées par le balafon de Fodé Lassana Diabaté, qui cède le premier blanc à la guitare de Fanta Mady Kouyaté avant de développer un duel amiable avec la flûte de Celia Chambers. L’orchestre harmonise et mène la rythmique.

Dès lors le concert prend de l’ampleur. Sur Moon Kaira, Gardiner met l’orchestre en avant, la cadence et les harmonies sont franches et glorieuses. Le balafon opère une allègre percée, la kora est davantage en retrait. Pour Mamadou Kanda Keita, adaptation du Mamadou Boutiquier tiré du classique de 2005, In the Heart of rhe Moon, album cosigné avec Ali Farka Touré, le grand griot Kassé Mady Diabaté entre en scène. Encouragé par la puissance sensible de son génial parent Toumani, il envoûte le micro, l’orchestre et le public. Bouquet final qui finit d’enflammer le Barbican qui, comme nous aujourd’hui, n’est certainement pas près d’oublier cet historique mariage entre deux mondes musicaux aussi brillamment représentés. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

Martha Argerich - Debut Recital

Martha Argerich

Martha Argerich and Friends Live from Lugano 2015

Martha Argerich

Chopin: Piano Concerto No. 1 / Liszt: Piano Concerto No. 1

Martha Argerich

À découvrir également
Par Toumani Diabaté

New Ancient Strings

Toumani Diabaté

New Ancient Strings Toumani Diabaté

Kaira

Toumani Diabaté

Kaira Toumani Diabaté

Toumani & Sidiki

Toumani Diabaté

Toumani & Sidiki Toumani Diabaté

The Mandé Variations

Toumani Diabaté

The Mandé Variations Toumani Diabaté

Kôrôlén

Toumani Diabaté

Kôrôlén Toumani Diabaté
Dans la même thématique...

Mother Nature

Angélique Kidjo

Mother Nature Angélique Kidjo

Djourou

Ballaké Sissoko

Djourou Ballaké Sissoko

Hope

Hugh Masekela

Hope Hugh Masekela

Acoustic

Oumou Sangare

Acoustic Oumou Sangare

Binga

Samba Touré

Binga Samba Touré
Les Grands Angles...
La grande histoire des musiques maliennes

Traditions mandingues ou croisements urbains, chants ancestraux de griots ou orchestres de danse des lendemains de l'indépendance, l'arbre généalogique des musiques du Mali possède des racines profondes, des branches feuillues et une sève vive. Retour sur une histoire passionnante.

Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Ce succès international a permis à de nombreux musiciens originaires du Sahara de se faire connaître. Ces poètes électriques des dunes de sable et des étendues rocailleuses ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

Bossa-nova, la vague éternelle

Depuis sa création à la fin des années 1950, la bossa-nova est devenue un ingrédient indispensable à la riche palette musicale brésilienne. Cette musique au fort pouvoir évocateur a conquis des artistes du monde entier et révélé des musiciens de premier ordre dont les compositions sont devenues des classiques.

Dans l'actualité...