Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Traffic|John Barleycorn Must Die

John Barleycorn Must Die

Traffic

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Ce qui devait être au départ un album solo de Steve Winwood - titre provisoire Mad Shadow - est devenu au fur à mesure une réactivation des aventures discographiques de Traffic. L’ingénieur du son Guy Stevens, qui supervisait les séances jusqu’alors, est gentiment évincé au profit de Chris Blackwell manager de Steve Winwood et de Traffic depuis l’époque du Spencer Davis Group. Peu doué pour composer des textes, Steve Winwood fit appel à Jim Capaldi pour remplir cette tâche. La tentation était trop grande de ne pas faire appel à Chris Wood l’un des souffleurs  les plus doués de sa génération.

Le premier morceau instrumental « Glad » retranscrit le niveau qu’ont atteint sur cet opus les membres du groupe. Le gimmick de piano accroche à la manière d’un Horace Silver tandis que  Jim Capaldi et Chris Wood livrent un jeu tranchant et audacieux. Le milieu du morceau vire dans une improvisation presque « free » sans pour autant tomber dans la démonstration. Traffic est à son sommet de fluidité musicale comme le prouve la fin de «Glad » qui s’enchaîne directement avec « Freedom Rider ». Stevie Winwood y laisse éclater toute la ferveur « soul »” qui l’a fait surnommer depuis ses débuts le « Ray Charles » blanc. La tonalité frontale du morceau le fait apparenter au funk tout en baignant dans un climat jazz (la flûte impériale de Chris Wood).

Tout en créant une fusion des genres inédite, Traffic n’oublie pas le patrimoine musical anglais : c’est un vieux morceau de 1465 « John Barleycorn must die ». John Barleycorn personnifie la récolte de l’orge « barley » en anglais, dont on tire les boissons telles que la bière et le whisky. Dans la chanson, le personnage de John Barleycorn est montré en proie à attaques, mort et outrages qui correspondent en fait aux différentes étapes du traitement de l’orge dont résultent bière et whisky. Mais comme dit une note de pochettes « beaucoup d’interprétations sont possibles ». Dans le cas de Traffic, la reprise de ce classique folk pourrait symboliser la renaissance du groupe. Le mystère reste entier.

Mais force est de constater que l’album est une étape importante dans leur musique. Les morceaux dépassent tous les six minutes avec des développements instrumentaux audacieux. L’unité du groupe n’a jamais été aussi forte même si la performance de Stevie Winwood est époustouflante. Par le jeu en studio du multi-pistes, il joue de l’orgue, du piano et s’accompagne à la basse et à la guitare, instrument qu’il maîtrise aussi bien que les grandes guitaristes anglais. John Barleycorn must die représente l’apogée de Traffic et atteindra le top ten américain ainsi que le top 20 anglais.






© ©Copyright Music Story François Bellion 2016

Plus d'informations

John Barleycorn Must Die

Traffic

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Glad
Traffic
00:06:59

JIM CAPALDI, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - Steve Winwood, Composer, Producer, Bass Guitar, Organ, Percussion, Piano, AssociatedPerformer - CHRIS BLACKWELL, Producer - Chris Wood, Flute, Percussion, Saxophone, AssociatedPerformer - Traffic, MainArtist - Brian Humphries, Engineer, StudioPersonnel

℗ 1970 Universal Music Operations Limited

2
Freedom Rider
Steve Winwood
00:05:31

JIM CAPALDI, Drums, Percussion, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steve Winwood, Producer, Organ, Piano, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - CHRIS BLACKWELL, Producer - Chris Wood, Flute, Percussion, Saxophone, AssociatedPerformer - Traffic, MainArtist - Brian Humphries, Engineer, StudioPersonnel

℗ 1970 Universal Music Operations Limited, Mit freundlicher Genehmigung: PolydorIsland Group, a division of Universal Music GmbH

3
Empty Pages
Steve Winwood
00:04:38

JIM CAPALDI, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - Steve Winwood, Producer, Bass Guitar, Keyboards, Organ, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - CHRIS BLACKWELL, Producer - Chris Wood, Organ, AssociatedPerformer - Traffic, MainArtist - Brian Humphries, Engineer, StudioPersonnel

℗ 1970 Universal Music Operations Limited

4
I Just Want You To Know
Traffic
00:01:33

JIM CAPALDI, ComposerLyricist - Steve Winwood, Producer, ComposerLyricist - CHRIS BLACKWELL, Producer - Traffic, MainArtist

℗ 1999 Universal Island Records Ltd. A Universal Music Company.

5
Stranger To Himself
Traffic
00:03:57

JIM CAPALDI, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - ANDY JOHNS, Engineer, StudioPersonnel - Steve Winwood, Producer, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - CHRIS BLACKWELL, Producer - Traffic, MainArtist - Guy Stevens, Producer

℗ 1970 Universal Music Operations Limited

6
John Barleycorn
Steve Winwood
00:06:27

JIM CAPALDI, Tambourine, Vocals, AssociatedPerformer - Traditional, ComposerLyricist - Steve Winwood, Acoustic Guitar, Piano, Vocals, Recording Arranger, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - CHRIS BLACKWELL, Producer - Chris Wood, Flute, Percussion, AssociatedPerformer - Traffic, MainArtist - Brian Humphreys, Engineer, StudioPersonnel

℗ 1970 Universal Music Operations Limited, Mit freundlicher Genehmigung: PolydorIsland Group, a division of Universal Music GmbH

7
Every Mother's Son
Traffic
00:07:10

JIM CAPALDI, ComposerLyricist - Steve Winwood, Producer, ComposerLyricist - Traffic, MainArtist - Guy Stevens, Producer

℗ 1970 Island Records, a division of Universal Music Operations Limited

8
Sittin' Here Thinkin' Of My Love
Traffic
00:03:25

JIM CAPALDI, ComposerLyricist - Steve Winwood, ComposerLyricist - Traffic, MainArtist - Guy Stevens, Producer

℗ 1999 Universal Island Records Ltd. A Universal Music Company.

Descriptif de l'album

Ce qui devait être au départ un album solo de Steve Winwood - titre provisoire Mad Shadow - est devenu au fur à mesure une réactivation des aventures discographiques de Traffic. L’ingénieur du son Guy Stevens, qui supervisait les séances jusqu’alors, est gentiment évincé au profit de Chris Blackwell manager de Steve Winwood et de Traffic depuis l’époque du Spencer Davis Group. Peu doué pour composer des textes, Steve Winwood fit appel à Jim Capaldi pour remplir cette tâche. La tentation était trop grande de ne pas faire appel à Chris Wood l’un des souffleurs  les plus doués de sa génération.

Le premier morceau instrumental « Glad » retranscrit le niveau qu’ont atteint sur cet opus les membres du groupe. Le gimmick de piano accroche à la manière d’un Horace Silver tandis que  Jim Capaldi et Chris Wood livrent un jeu tranchant et audacieux. Le milieu du morceau vire dans une improvisation presque « free » sans pour autant tomber dans la démonstration. Traffic est à son sommet de fluidité musicale comme le prouve la fin de «Glad » qui s’enchaîne directement avec « Freedom Rider ». Stevie Winwood y laisse éclater toute la ferveur « soul »” qui l’a fait surnommer depuis ses débuts le « Ray Charles » blanc. La tonalité frontale du morceau le fait apparenter au funk tout en baignant dans un climat jazz (la flûte impériale de Chris Wood).

Tout en créant une fusion des genres inédite, Traffic n’oublie pas le patrimoine musical anglais : c’est un vieux morceau de 1465 « John Barleycorn must die ». John Barleycorn personnifie la récolte de l’orge « barley » en anglais, dont on tire les boissons telles que la bière et le whisky. Dans la chanson, le personnage de John Barleycorn est montré en proie à attaques, mort et outrages qui correspondent en fait aux différentes étapes du traitement de l’orge dont résultent bière et whisky. Mais comme dit une note de pochettes « beaucoup d’interprétations sont possibles ». Dans le cas de Traffic, la reprise de ce classique folk pourrait symboliser la renaissance du groupe. Le mystère reste entier.

Mais force est de constater que l’album est une étape importante dans leur musique. Les morceaux dépassent tous les six minutes avec des développements instrumentaux audacieux. L’unité du groupe n’a jamais été aussi forte même si la performance de Stevie Winwood est époustouflante. Par le jeu en studio du multi-pistes, il joue de l’orgue, du piano et s’accompagne à la basse et à la guitare, instrument qu’il maîtrise aussi bien que les grandes guitaristes anglais. John Barleycorn must die représente l’apogée de Traffic et atteindra le top ten américain ainsi que le top 20 anglais.






© ©Copyright Music Story François Bellion 2016

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Philip Glass: Piano Works

Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works Víkingur Ólafsson

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

Rachmaninov : Piano Concertos 2, 4 - Bach-Rachmaninov : Partita BWV 1006

Daniil Trifonov

Rachmaninov : Piano Concertos 1 & 3

Daniil Trifonov

À découvrir également
Par Traffic

With Bag

Traffic

With Bag Traffic

The Low Spark Of High Heeled Boys

Traffic

Mr. Fantasy

Traffic

Mr. Fantasy Traffic

Traffic

Traffic

Traffic Traffic

Never Told

Traffic

Never Told Traffic
Dans la même thématique...

Let It Be

The Beatles

Let It Be The Beatles

Delicate Sound Of Thunder

Pink Floyd

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road

The Beatles

Abbey Road The Beatles
Les Grands Angles...
Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Les Beatles en 12 albums

Sept années, à peine, passées en studio. Un héritage incommensurable dont l'influence demeure intacte. Les Beatles sont un cas unique dans l'histoire de la musique pop(ulaire). Le miroir musical des 60’s, ère de transition majeure. Avec les Fab Four – aidés par Bob Dylan outre-Atlantique –, le rock quitte son adolescence insouciante pour entrer dans l'âge adulte. Les quatre garçons dans le vent naïfs et pétillants de Liverpool vont se transformer en artistes indépendants. Une vie qui défile en parallèle de leur discographie.

Dans l'actualité...