Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Léo Ferré|C'est extra

C'est extra

Léo Ferré

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

C’est exact : cet album ne s’intitule pas davantage L’Eté 68 que Léo Ferré ou l’Album Blanc (référence explicite aux Beatles, alors que, comme chacun sait, le chanteur ne connaissait que les Moody Blues, cf. « C’est extra »), même s’il est reconnu par les fans sous ces trois appellations. Mais c’est que, sous un beau cliché à gros grain, presque profil de penseur matois, dans l’une de ses poses favorites (Léo Ferré adore les yeux levés et le regard en fuite), l’artiste nous a appris à nous méfier des étiquettes. D’autant que l’intérêt évident (artistique ? historique ? les deux ?) est ailleurs, dans l’exploit consistant à éditer après les évènements la parfaite bande sonore de Mai 68.

Album Blanc, donc, s’il faut attribuer une quelconque virginité à l’entreprise, pour dix chansons où le chanteur écrit comme ça lui chante et où ce qu’il chante résonne dans nos cœurs : « Madame la Misère » se souvient des temps de galère où l’artiste pointait à la soupe populaire, « La Nuit » offre un tableau expressionniste beau comme du Fassbinder et dans « Les Anarchistes » ou « L’Eté 68 », il parvient à nous faire croire que la Révolution n’est pas perdue d’avance. Il y a « Pépée », aussi, et Ferré peint avec les poils d’un chimpanzé le tableau de la bêtise humaine.

« C’est extra », enfin, érotique et pas toc (on savait le lion porté sur la chose depuis « Alma Matrix », texte sensuel qui ne sera publié que de façon posthume), considéré à sa sortie comme une trahison commerciale (tant il est vrai que l’argent qui tombe dans la poche des autres est obscène) et sans doute pas la plus belle chanson de l’œuvre, mais assurément l’une des plus coquines.

Ferré emporte le tout dans un souffle qu’on qualifierait bien d’épique, si le terme n’était par trop galvaudé. Cet album fut un grand succès et, pour une fois, on en est bien heureux.

 
©Copyright Music Story Christian Larrède 2021

Plus d'informations

C'est extra

Léo Ferré

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de CHF 14,16/mois

1
La nuit (Album Version)
00:04:18

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

2
Madame la misère (Album Version)
00:02:27

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

3
Pépée (Album Version)
00:04:31

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

4
L'été 68 (Album Version)
00:01:59

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

5
L'idole (Album Version)
00:04:12

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

6
Le testament (Album Version)
00:04:09

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

7
C'est extra (Album Version)
00:03:48

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

8
Les anarchistes (Album Version)
00:03:11

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

9
A toi (Album Version)
00:04:16

Leo Ferre, Composer, Author, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

10
Comme une fille (Album Version)
00:02:20

Leo Ferre, Producer, Interprète Vocal, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Jean Michel Defaye, Recording Arranger, Music Director & Conductor, AssociatedPerformer

℗ 1969 Barclay

Descriptif de l'album

C’est exact : cet album ne s’intitule pas davantage L’Eté 68 que Léo Ferré ou l’Album Blanc (référence explicite aux Beatles, alors que, comme chacun sait, le chanteur ne connaissait que les Moody Blues, cf. « C’est extra »), même s’il est reconnu par les fans sous ces trois appellations. Mais c’est que, sous un beau cliché à gros grain, presque profil de penseur matois, dans l’une de ses poses favorites (Léo Ferré adore les yeux levés et le regard en fuite), l’artiste nous a appris à nous méfier des étiquettes. D’autant que l’intérêt évident (artistique ? historique ? les deux ?) est ailleurs, dans l’exploit consistant à éditer après les évènements la parfaite bande sonore de Mai 68.

Album Blanc, donc, s’il faut attribuer une quelconque virginité à l’entreprise, pour dix chansons où le chanteur écrit comme ça lui chante et où ce qu’il chante résonne dans nos cœurs : « Madame la Misère » se souvient des temps de galère où l’artiste pointait à la soupe populaire, « La Nuit » offre un tableau expressionniste beau comme du Fassbinder et dans « Les Anarchistes » ou « L’Eté 68 », il parvient à nous faire croire que la Révolution n’est pas perdue d’avance. Il y a « Pépée », aussi, et Ferré peint avec les poils d’un chimpanzé le tableau de la bêtise humaine.

« C’est extra », enfin, érotique et pas toc (on savait le lion porté sur la chose depuis « Alma Matrix », texte sensuel qui ne sera publié que de façon posthume), considéré à sa sortie comme une trahison commerciale (tant il est vrai que l’argent qui tombe dans la poche des autres est obscène) et sans doute pas la plus belle chanson de l’œuvre, mais assurément l’une des plus coquines.

Ferré emporte le tout dans un souffle qu’on qualifierait bien d’épique, si le terme n’était par trop galvaudé. Cet album fut un grand succès et, pour une fois, on en est bien heureux.

 
©Copyright Music Story Christian Larrède 2021

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Racine carrée

Stromae

Racine carrée Stromae

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana

In Utero - 20th Anniversary Remaster

Nirvana

À découvrir également
Par Léo Ferré

Bobino 67

Léo Ferré

Bobino 67 Léo Ferré

BD Music Presents Léo Ferré

Léo Ferré

Léo Ferré 73. Seul en scène

Léo Ferré

50 Plus Belles Chansons

Léo Ferré

Léo Ferré. L'Indigné

Léo Ferré

Playlists

Dans la même thématique...

Garden Party

Florent Marchet

Garden Party Florent Marchet

Multitude

Stromae

Multitude Stromae

Sous un soleil énorme

Bernard Lavilliers

Sous un soleil énorme Bernard Lavilliers

Brûler le feu

Juliette Armanet

Brûler le feu Juliette Armanet

Nonante-Cinq

Angèle

Nonante-Cinq Angèle
Les Grands Angles...
Melody Nelson vue de l’intérieur

Cinquante ans après sa sortie, le 24 mars 1971, et trente après la mort de son auteur, retour sur la conception et la carrière atypique d’un des plus grands albums de Serge Gainsbourg, “Histoire de Melody Nelson”, récit conceptuel mis en musique avec son complice Jean-Claude Vannier.

Marc Ribot, l’anti-guitar hero

Depuis une quarantaine d’années, le nom de Marc Ribot apparaît sur les pochettes d’albums signés Tom Waits, Alain Bashung, Diana Krall, John Zorn, Robert Plant, Caetano Veloso et tant d’autres. Et lorsqu’il ne prête pas sa guitare atypique aux plus grands, le New-Yorkais s’amuse, sous son nom, à démonter le rock, le jazz, le funk, la musique cubaine et tout ce qui passe sous ses doigts.

Accords Croisés et Harmonies

Tout à la fois bureau de concert, label discographique, éditeur, organisateur de festival et créateur d’un lieu de vie artistique, Accords Croisés fête ses 20 ans et les 15 ans de son label. Deux décennies racontées par son fondateur, Saïd Assadi.

Dans l'actualité...