Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Motorama|Calendar

Calendar

Motorama

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Originalité du groupe : Motorama n’est pas originaire de Grande Bretagne et encore moins d’Amérique du Nord puisque les cinq musiciens viennent de Rostov-Na-Donou, ville du sud de la Russie où monter un groupe de rock et parvenir à s’exporter est aussi rare qu’un hiver caniculaire. Après avoir haussé les sourcils devant cet état de fait, il faut se pencher sur le contenu.

On aura vite fait de taxer Motorama de « suiveurs » de groupes comme Joy Division et de toute la new wave et post-punk des années qui ont suivi. Aujourd’hui plutôt comparé à The Wake, The Radio Dept., Editors ou Interpol, le groupe emmené par Vladislav Parshin livre un deuxième album où la recherche de la mélodie pop parfaite est la pierre angulaire de tous les titres. Et ce défi est relevé sur quelques morceaux comme sur l’onirique et mélancolique « Image » ou encore « Young River » et son riff entêtant, sa rythmique lancinante et ses guitares aériennes. Motorama soigne ses arrangements, parfois orné de cordes ou de claviers mystérieux. Et la voix de Vladislav Parshin, gutturale sans trop en faire, incantatoire mais mixée en arrière, ne pervertit jamais la mélodie instrumentale, prédominante de bout en bout du disque.

Si quelques réserves viennent à peine ternir ce tableau magnifique (on pourra faire la fine bouche en reprochant aux titres de trop se ressembler), Calendar reste un disque extrêmement réussi grâce à sa tonalité généreuse et son authenticité musicale palpable dès les premières écoutes. L’envie de réécouter « Image », « White Light » ou « Young River » en boucle ne devrait pas partir de sitôt.
©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Calendar

Motorama

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de CHF 14,16/mois

1
Image
00:02:49

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

2
White Light
00:03:23

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

3
To the South
00:02:40

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

4
Rose in the Vase
00:04:39

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

5
In Your Arms
00:03:18

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

6
Young River
00:02:29

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

7
Sometimes
00:03:25

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

8
Two Stones
00:05:10

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

9
Scars
00:03:06

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

10
During the Years
00:04:59

Motorama, Performer

2012 Talires 2012 Talitres

Descriptif de l'album

Originalité du groupe : Motorama n’est pas originaire de Grande Bretagne et encore moins d’Amérique du Nord puisque les cinq musiciens viennent de Rostov-Na-Donou, ville du sud de la Russie où monter un groupe de rock et parvenir à s’exporter est aussi rare qu’un hiver caniculaire. Après avoir haussé les sourcils devant cet état de fait, il faut se pencher sur le contenu.

On aura vite fait de taxer Motorama de « suiveurs » de groupes comme Joy Division et de toute la new wave et post-punk des années qui ont suivi. Aujourd’hui plutôt comparé à The Wake, The Radio Dept., Editors ou Interpol, le groupe emmené par Vladislav Parshin livre un deuxième album où la recherche de la mélodie pop parfaite est la pierre angulaire de tous les titres. Et ce défi est relevé sur quelques morceaux comme sur l’onirique et mélancolique « Image » ou encore « Young River » et son riff entêtant, sa rythmique lancinante et ses guitares aériennes. Motorama soigne ses arrangements, parfois orné de cordes ou de claviers mystérieux. Et la voix de Vladislav Parshin, gutturale sans trop en faire, incantatoire mais mixée en arrière, ne pervertit jamais la mélodie instrumentale, prédominante de bout en bout du disque.

Si quelques réserves viennent à peine ternir ce tableau magnifique (on pourra faire la fine bouche en reprochant aux titres de trop se ressembler), Calendar reste un disque extrêmement réussi grâce à sa tonalité généreuse et son authenticité musicale palpable dès les premières écoutes. L’envie de réécouter « Image », « White Light » ou « Young River » en boucle ne devrait pas partir de sitôt.
©Copyright Music Story 2015

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Best Of Oktoberfest

Various Artists

Best Of Oktoberfest Various Artists
À découvrir également
Par Motorama

Tomorrow

Motorama

Tomorrow Motorama

Many Nights

Motorama

Many Nights Motorama

Alps

Motorama

Alps Motorama

Before The Road

Motorama

Before The Road Motorama

Today and Everyday

Motorama

Dans la même thématique...

Will Of The People

Muse

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

My Universe

Coldplay

My Universe Coldplay

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey
Les Grands Angles...
Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre Frank Sinatra punk et Johnny Cash austère...

40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée, voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Et Nirvana tua le rock

En 1987 naissait Nirvana, l’embardée punk la plus inattendue de la fin du XXe siècle. Carrière éclair, tubes éternels, engouement planétaire et épilogue tragique : et si la bande de Kurt Cobain n’était autre que le dernier grand groupe de l’histoire du rock ? A l’occasion des 30 ans de leur album culte “Nevermind”, retour sur l’histoire d’un phénomène générationnel sans pareil.

Dans l'actualité...