Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

oso oso - basking in the glow

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

basking in the glow

oso oso

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

L’emo pourrait-il de nouveau rentrer dans le mainstream ? C’est ce que laisserait penser Basking in the Glow, troisième album du projet de Jade Lilitri, oso oso. L’ascension avait commencé avec The Yunahon Mixtape en 2017, qui l’avait mis sous les projecteurs des amateurs du genre – tout le monde était d’accord pour dire qu’il y avait là un talent protéiforme : jeu de guitare à la Death Cab for Cutie, textes hyperintrospectifs illuminant le malaise claustrophobique des banlieues américaines, et un sens mélodique imparable. S’inspirant volontiers des piliers de cette scène méconnue tels que The Hotelier, Tiger Jaws ou Hot Rod Circuit, ce troisième long format explore l’équilibre entre cynisme et joie de vivre à travers le spectre d’une relation amoureuse. Illitri oscille entre constats défaitistes (« Well, most times, I feel like shit ») et moments de carpe diem comme avec la chanson éponyme. Il n’y a pas une clé de voûte unique pour faire tenir cet édifice ; du lo-fi acoustique de One Sick Plan aux riffs ciselés de The View ou A Morning Song, oso oso saupoudre de son grain mélancolique chacune des dix chansons, sans jamais verser dans le pessimisme suicidaire des groupes emo/post-hardcore comme MCR ou The Used. Basking in the Glow est un disque accessible qui va indubitablement provoquer des conversions sur les scènes indie rock de la côte est – et au-delà. © Alexis Renaudat/Qobuz

Plus d'info

basking in the glow

oso oso

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
intro 00:02:35

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

2
the view 00:03:25

BMI, MusicPublisher - oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

3
basking in the glow 00:03:59

BMI, MusicPublisher - oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

4
dig 00:04:33

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

5
one sick plan 00:03:11

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

6
a morning song 00:03:30

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

7
priority change 00:03:49

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

8
wake up next to god 00:02:40

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

9
impossible game 00:03:25

BMI, MusicPublisher - oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

10
charlie 00:04:36

oso oso, MainArtist

(C) 2019 Triple Crown Records (P) 2019 Triple Crown Records

Descriptif de l'album

L’emo pourrait-il de nouveau rentrer dans le mainstream ? C’est ce que laisserait penser Basking in the Glow, troisième album du projet de Jade Lilitri, oso oso. L’ascension avait commencé avec The Yunahon Mixtape en 2017, qui l’avait mis sous les projecteurs des amateurs du genre – tout le monde était d’accord pour dire qu’il y avait là un talent protéiforme : jeu de guitare à la Death Cab for Cutie, textes hyperintrospectifs illuminant le malaise claustrophobique des banlieues américaines, et un sens mélodique imparable. S’inspirant volontiers des piliers de cette scène méconnue tels que The Hotelier, Tiger Jaws ou Hot Rod Circuit, ce troisième long format explore l’équilibre entre cynisme et joie de vivre à travers le spectre d’une relation amoureuse. Illitri oscille entre constats défaitistes (« Well, most times, I feel like shit ») et moments de carpe diem comme avec la chanson éponyme. Il n’y a pas une clé de voûte unique pour faire tenir cet édifice ; du lo-fi acoustique de One Sick Plan aux riffs ciselés de The View ou A Morning Song, oso oso saupoudre de son grain mélancolique chacune des dix chansons, sans jamais verser dans le pessimisme suicidaire des groupes emo/post-hardcore comme MCR ou The Used. Basking in the Glow est un disque accessible qui va indubitablement provoquer des conversions sur les scènes indie rock de la côte est – et au-delà. © Alexis Renaudat/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par oso oso
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Daniel Johnston, icône troublée et troublante

Personne ne sonne comme Daniel Johnston. Artiste dépressif et méconnu devenu culte grâce à la reconnaissance de ses pairs, l’Américain, mort le 11 septembre 2019 à l’âge de 58 ans, est le symbole d’une musique naïve, lo-fi mais débordant d’émotions. Il n’est pas trop tard pour (re)découvrir cet authentique génie underground qui ne rate jamais le cœur de l’auditeur.

Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Ce succès international a permis à de nombreux musiciens originaires du Sahara de se faire connaître. Ces poètes électriques des dunes de sable et des étendues rocailleuses ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...