Michel Bouvard - François Espinasse Bach/Isoir : Transcriptions

Bach/Isoir : Transcriptions

Michel Bouvard - François Espinasse

Hi-Res 24 bits – 96.00 kHz

Inclus : 1 Livret numérique

Paru le 15 avril 2016 chez La Dolce Volta

Artiste principal : Michel Bouvard

Genre : Classique

Distinctions : 4F de Télérama (septembre 2016) - Diapason d'or (juin 2016) - Choc de Classica (juillet 2016) - Prises de son d'exception (juillet 2016)

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 16 pistes Durée totale : 01:05:12

    Cantata "Wir danken dir, Gott", BWV 29 (Johann Sebastian Bach)
  1. 1 I. Sinfonia in D Major

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  2. Orchestral Suite No. 3, BWV 1068
  3. 2 II. Aria

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  4. Cantata "Gott soll allein mein Herze haben", BWV 169
  5. 3 Alto aria "Stirb in mir"

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  6. Cantata "Christ lag in Todesbanden", BWV 4
  7. 4 Verse IIII. "Jesus Christus, Gottes Sohn"

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  8. Violin Sonata No. 1 in G Minor, BWV 1001
  9. 5 Preludio

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  10. Prelude and Fugue in D Minor, BWV 539
  11. 6 II. Fugue

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  12. Cantata "Also hat Gott die Welt geliebt", BWV 68
  13. 7 II. Soprano aria. "Mein gläubiges Herze"

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  14. Cantata "Was mir behagt, ist nur die muntre Jagd", BWV 208
  15. 8 IV. Soprano aria. "Schafe können sicher weiden"

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  16. Cantata "Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit" [Actus tragicus], BWV 106
  17. 9 I. Sonatina

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  18. Concerto in C Minor for two harpsichords, strings & basso continuo, BWV 1060
  19. 10 I. Allegro

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  20. Missa in F Major, BWV 233
  21. 11 V. Quoniam tu solus sanctus

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  22. Choral "Wachet auf, ruft uns die Stimme", BWV 645
  23. 12 Choral "Wachet auf, ruft uns die Stimme", BWV 645

    Michel Bouvard & François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  24. Cantata "Weichet nur, betrübte Schatten", BWV 202
  25. 13 V. Soprano aria. "Wenn die Frühlingslüfte streichen"

    François Espinasse, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  26. Concerto for four Harpsichords & Strings in A Minor, BWV 1065 (after Vivaldi)
  27. 14 I. Allegro

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  28. 15 II. Largo

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

  29. 16 III. Allegro

    Michel Bouvard, Organ - Johann Sebastian Bach, Composer - André Isoir, Transcription Copyright : La Dolce Volta 2016

À propos

Exactement comme le fit Bach lui-même à partir de ses propres œuvres mais aussi de nombre de celles de ses contemporains, André Isoir a transcrit de grandes pages orchestrales et chorales du Cantor pour l’orgue solo. Loin d’en trahir l’esprit (pas une note, pas une harmonie, pas une trajectoire mélodique ne sont modifiées), il permet que, sous cette autre texture, l’auditeur saisisse mieux tel ou tel aspect qui pourrait se trouver un peu noyé dans le tissu orchestral. D’ailleurs, en guise d’indiscutable « passeport », le présent album présente une adaptation pour orgue signée de Bach en personne de l’une de ses sonates pour violon solo, preuve que rien n’était jamais figé dans son esprit ; etc. quoi qu’il en soit, combien de chefs-d’œuvre de Bach ne nous sont connus que d’après des transscriptions qu’il avait lui-même réalisées d’ouvrages plus anciens... On entendra ici, sous les doigts de Michel Bouvard et François Espinasse, l’orgue Georg-Westenfelder de Fère-en-Tardenois, construit en 1990 (et inauguré par André Isoir en personne !) selon une inspiration sonore plutôt germanique. Encore du Bach inouï… © SM/Qobuz

« Michel Bouvard, François Espinasse. Voilà deux des plus grands organistes de leur génération, deux professeurs qui attirent le monde entier dans nos conservatoires supérieurs. Pourtant [...] leurs disques sont des raretés, peu nombreux et souvent introuvables. Il est donc précieux ce cadeau d’anniversaire à leur maître commun André Isoir, à peine tardif pour ses quatre-vingts ans. Un hommage qui sera pour beaucoup une découverte : immense interprète [...], Isoir est aussi un orfèvre de la transcription. [...] André Isoir, prenant modèle sur Bach lui-même, amène cantates et concertos sur le terrain propre de l’orgue. [...] Comme l’art du transcripteur, la prouesse des interprètes ne concède rien au spectaculaire ni au toc.» (Diapason, juin 2016 / Paul de Louit)

À découvrir

Dans la même thématique

Le compositeur principal

Johann Sebastian Bach dans le magazine

Plus d'articles

Le label

La Dolce Volta

L'art est un labeur d'amour, de patience et de concentration. Brusquer son processus par des obligations, des critères, des quotas, c'est l'abimer, le déformer, le tuer lentement. Comme à la nature, on doit laisser à l'art le temps de se développer et de mûrir, pour qu'alors s'offre à nos sens la plus belle œuvre possible. Suivant ce principe, La Dolce Volta préfère privilégier la qualité sur la quantité depuis son lancement en octobre 2011. La production se limite à cinq ou six albums par an, mais chacun d'eux est le fruit d'un long travail de perfectionnement, et surtout, d'une relation particulière entre l'interprète et le compositeur. La virtuosité des artistes se ...

Voir la page La Dolce Volta Lire l'article

L'instrument

Orgue dans le magazine

Plus d'articles

L'époque

Musique Baroque dans le magazine

Plus d'articles

Le sous genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles