Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Emily Jane White|Alluvion

Alluvion

Emily Jane White

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Écrit sous l’ère Covid, ce septième album d’Emily Jane White commence par un morceau titré Show Me the War. L’Américaine y fait référence aux émeutes urbaines en Californie après l’assassinat de George Floyd par la police en 2020. Mais à chacun sa guerre. Ce titre, comme quelques autres de l’album, fait écho à la désolation du monde contemporain, et confirme Emily Jane White dans son rôle de pythie folk. En quinze ans, elle est passée du statut de doublure de Cat Power à celui de cousine américaine d’Agnes Obel : du nanan pour les amateurs de folk beau à pleurer, et qui console. Heureusement, malgré des thèmes assez pesants, qui tournent autour du deuil, Alluvion cherche à nous élever plutôt qu’à nous tirer vers le bas. Ce septième album ressemble au précédent, qui aurait grandi : il éloigne la chanteuse de ses racines folk acoustiques, affirme une force électrique, se déploie sur de nouveaux terrains musicaux. Sur la forme, on pourrait ranger ce disque au rayon néo-new wave ou dream pop : des chansons mélancoliques hypnotiques, cotonneuses et pleines d’écho. Les mélodies incantatoires évoquent une Patti Smith indie, et le lyrisme frisquet rappelle le style des Cocteau Twins. Rien de nouveau sous le soleil d’hiver, mais Emily Jane White connaît ses classiques. © Stéphane Deschamps/Qobuz

Plus d'informations

Alluvion

Emily Jane White

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de CHF 14,16/mois

1
Show Me the War
00:03:45

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

2
Crepuscule
00:04:55

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

3
Heresy
00:03:42

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist - Darkher, FeaturedArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

4
Poisoned
00:03:52

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

5
Body Against the Gun
00:04:17

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

6
The Hands Above Me
00:03:43

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

7
Mute Swan
00:04:26

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

8
Hold Them Alive
00:04:06

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

9
Hollow Hearth
00:03:50

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

10
I Spent the Years Frozen
00:03:17

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

11
Battle Call
00:03:43

Emily Jane White, Composer, Lyricist, MainArtist

2022 Talitres 2022 Talitres

Descriptif de l'album

Écrit sous l’ère Covid, ce septième album d’Emily Jane White commence par un morceau titré Show Me the War. L’Américaine y fait référence aux émeutes urbaines en Californie après l’assassinat de George Floyd par la police en 2020. Mais à chacun sa guerre. Ce titre, comme quelques autres de l’album, fait écho à la désolation du monde contemporain, et confirme Emily Jane White dans son rôle de pythie folk. En quinze ans, elle est passée du statut de doublure de Cat Power à celui de cousine américaine d’Agnes Obel : du nanan pour les amateurs de folk beau à pleurer, et qui console. Heureusement, malgré des thèmes assez pesants, qui tournent autour du deuil, Alluvion cherche à nous élever plutôt qu’à nous tirer vers le bas. Ce septième album ressemble au précédent, qui aurait grandi : il éloigne la chanteuse de ses racines folk acoustiques, affirme une force électrique, se déploie sur de nouveaux terrains musicaux. Sur la forme, on pourrait ranger ce disque au rayon néo-new wave ou dream pop : des chansons mélancoliques hypnotiques, cotonneuses et pleines d’écho. Les mélodies incantatoires évoquent une Patti Smith indie, et le lyrisme frisquet rappelle le style des Cocteau Twins. Rien de nouveau sous le soleil d’hiver, mais Emily Jane White connaît ses classiques. © Stéphane Deschamps/Qobuz

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Best Of Oktoberfest

Various Artists

Best Of Oktoberfest Various Artists
À découvrir également
Par Emily Jane White

Victorian America

Emily Jane White

Victorian America Emily Jane White

Immanent Fire

Emily Jane White

Immanent Fire Emily Jane White

They Moved In Shadow All Together

Emily Jane White

Ode To Sentience

Emily Jane White

Ode To Sentience Emily Jane White

The Hands Above Me

Emily Jane White

The Hands Above Me Emily Jane White
Dans la même thématique...

Will Of The People

Muse

Unlimited Love

Red Hot Chili Peppers

Unlimited Love Red Hot Chili Peppers

Music Of The Spheres

Coldplay

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey
Les Grands Angles...
Le grunge en 10 albums

Au début des 90’s, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin de la décennie. Retour sur dix albums qui ont marqué le mouvement.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...