Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Soilwork - A Whisp of the Atlantic

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

A Whisp of the Atlantic

Soilwork

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Ni véritablement EP (avec une durée de quasiment 37 minutes), ni véritablement album (avec seulement 5 titres), A Whisp of the Atlantic n'en est pas moins une sortie majeure pour les Suédois de Soilwork. Le combo s'y risque en effet à un exercice plus que périlleux sur lequel bien des concurrents se sont déjà cassé les dents : proposer en ouverture de ban une longue pièce évolutive de 16 minutes qui donne son titre au disque. Une démarche étonnante de la part du quintette qui n'avait jusqu'à lors encore jamais affiché de façon aussi flagrante ses velléités progressives. Si l'on y retrouve l'ADN du groupe à bien des égards (le death metal de ses débuts, tout comme le versant plus mélodique de son œuvre abordé dès 2002 avec Natural Born Chaos), il est évident que l'expérience du chanteur Björn « Speed » Strid et du guitariste David Andersson au sein de leur projet parallèle classic rock The Night Flight Orchestra a dû considérablement influencer l'écriture de ce morceau de bravoure : les interventions du piano et du sax semblent en être directement issues. Mais la grande force de cette compo extraordinaire est sans nulle doute sa grande cohérence en regard du nombre de styles abordés : on s'étonne même de voir le titre s'achever tant son gros quart d'heure passe à une vitesse sidérante. Une réussite époustouflante qui fera assurément date dans l'histoire de Soilwork. Les quatre chansons qui complètent le tableau ne sont pas en reste : rien n'est à écarter, mais on soulignera toutefois les deux pépites que sont ce Feverish méchant comme la teigne et Death Diviner, un vrai hit aux lignes de chant claires absolument superbes. Si ce genre de produit hybride a souvent pour vocation de faire patienter les fans entre deux « vrais » albums, A Whisp of the Atlantic n'a, lui, rien d'une anecdote. Il surclasse certaines des sorties récentes du groupe et repositionne Soilwork dans le peloton de tête des formations de metal scandinaves. Brilliant. © Charlélie Arnaud/Qobuz

Plus d'informations

A Whisp of the Atlantic

Soilwork

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
A Whisp of the Atlantic
00:16:31

David Andersson, Composer, Lyricist - Soilwork, MainArtist

2020 Nuclear Blast 2020 Nuclear Blast

2
The Nothingness and the Devil
00:05:36

David Andersson, Composer, Lyricist - Soilwork, MainArtist

2020 Nuclear Blast 2020 Nuclear Blast

3
Feverish
00:05:55

David Andersson, Composer, Lyricist - Soilwork, MainArtist

2020 Nuclear Blast 2020 Nuclear Blast

4
Desperado
00:03:44

David Andersson, Composer, Lyricist - Soilwork, MainArtist

2020 Nuclear Blast 2020 Nuclear Blast

5
Death Diviner
00:05:06

David Andersson, Composer, Lyricist - Soilwork, MainArtist

2020 Nuclear Blast 2020 Nuclear Blast

Descriptif de l'album

Ni véritablement EP (avec une durée de quasiment 37 minutes), ni véritablement album (avec seulement 5 titres), A Whisp of the Atlantic n'en est pas moins une sortie majeure pour les Suédois de Soilwork. Le combo s'y risque en effet à un exercice plus que périlleux sur lequel bien des concurrents se sont déjà cassé les dents : proposer en ouverture de ban une longue pièce évolutive de 16 minutes qui donne son titre au disque. Une démarche étonnante de la part du quintette qui n'avait jusqu'à lors encore jamais affiché de façon aussi flagrante ses velléités progressives. Si l'on y retrouve l'ADN du groupe à bien des égards (le death metal de ses débuts, tout comme le versant plus mélodique de son œuvre abordé dès 2002 avec Natural Born Chaos), il est évident que l'expérience du chanteur Björn « Speed » Strid et du guitariste David Andersson au sein de leur projet parallèle classic rock The Night Flight Orchestra a dû considérablement influencer l'écriture de ce morceau de bravoure : les interventions du piano et du sax semblent en être directement issues. Mais la grande force de cette compo extraordinaire est sans nulle doute sa grande cohérence en regard du nombre de styles abordés : on s'étonne même de voir le titre s'achever tant son gros quart d'heure passe à une vitesse sidérante. Une réussite époustouflante qui fera assurément date dans l'histoire de Soilwork. Les quatre chansons qui complètent le tableau ne sont pas en reste : rien n'est à écarter, mais on soulignera toutefois les deux pépites que sont ce Feverish méchant comme la teigne et Death Diviner, un vrai hit aux lignes de chant claires absolument superbes. Si ce genre de produit hybride a souvent pour vocation de faire patienter les fans entre deux « vrais » albums, A Whisp of the Atlantic n'a, lui, rien d'une anecdote. Il surclasse certaines des sorties récentes du groupe et repositionne Soilwork dans le peloton de tête des formations de metal scandinaves. Brilliant. © Charlélie Arnaud/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Magma

Gojira

Magma Gojira

We Are Not Your Kind

Slipknot

Cowboys From Hell (Édition Studio Masters)

Pantera

Eliminator (Hi-Res Version)

ZZ Top

À découvrir également
Par Soilwork

Verkligheten

Soilwork

Verkligheten Soilwork

Death Diviner

Soilwork

Death Diviner Soilwork

The Ride Majestic

Soilwork

The Living Infinite

Soilwork

The Nothingness and the Devil

Soilwork

Playlists

Dans la même thématique...

For Those That Wish To Exist

Architects

Back In Black

AC/DC

Highway To Hell

AC/DC

S&M2

Metallica

S&M2 Metallica

Metallica

Metallica

Metallica Metallica
Les Grands Angles...
La naissance du death metal suédois

Berceau d’une quantité incalculable de groupes de metal, la Suède s’est illustrée au niveau international au début des années 90 avec l’apparition soudaine d’une scène death metal féconde et dynamique. Petit retour en arrière pour comprendre comment s’est développée cette chapelle musicale et ce qui fait son originalité.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

“Back in Black” : AC/DC en pleine lumière

Avec ses 50 millions d’exemplaires, “Back in Black” est le deuxième album le plus vendu au monde, juste derrière “Thriller” de Michael Jackson ! Qui aurait imaginé que ce septième opus studio d’AC/DC arborerait un tel palmarès alors que son charismatique chanteur Bon Scott est mort prématurément après la sortie de “Highway to Hell”. La fin du tome 1 mais surtout le début du tome 2 dont les fans du gang australien continuent aujourd’hui à tourner les pages…

Dans l'actualité...