Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Fontaines D.C. - A Hero's Death

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

A Hero's Death

Fontaines D.C.

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, subscribe to Sublime+

Dogrel, leur premier album coup de poing, fait toujours résonner sa candeur cambrée, sa tension extrême et sa rage sincère que Fontaines D.C. bat déjà le fer encore chaud. Sauf qu’avec A Hero’s Death, les teigneux de Dublin changent de braquet. Leur ADN intègre toujours des éléments piqués aux Saintes Écritures post-punk de The Fall, Joy Division, Gang Of Four ou Public Image Ltd., mais ce « difficile deuxième album » va surtout voir ailleurs. Le rythme lent, presqu’oppressant, du I Don't Belong d’ouverture offre un nouveau visage. Celui d’un groupe qui tire déjà des conclusions du succès instantané de son premier essai et du poids de la tournée marathon qui a suivi. Fontaines D.C. élargit son champ de vision avec des ballades comme Sunny et sa guitare baryton qui fleure bon l’été indien, ou Oh Such a Spring sur lequel Grian Chatten chante avec une délicatesse inédite. Mais A Hero’s Death possède aussi ses uppercuts imparables qui rendaient Dogrel si irrésistible. Ces hymnes sur lesquels Chatten répète à l’infini la même phrase, comme « Life ain't always empty » scandé trente fois sur la chanson-titre A Hero’s Death, et « What ya call it, what ya call it, what ya » quasiment tout autant sur Televised Mind… A l’arrivée, A Hero’s Death oscille entre tension juvénile rebelle à souhait et séquences méditatives presque nostalgiques. Dogrel se refermait par Dublin City Sky, ballade acoustique qui fleurait bon le vieux pub, la Guinness fraîchement tirée et qu’on croyait échappée d’un disque des Pogues (leur groupe préféré). A Hero’s Death se termine avec No, une autre ballade dépouillée, à la Oasis cette fois, et qui substitue le pessimisme post-punk au profit d’une lueur d’optimisme ponctuée par « Please don’t lock yourself away just appreciate the grey ». Brillant et puissant. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

A Hero's Death

Fontaines D.C.

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
I Don't Belong
00:04:31

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

2
Love Is The Main Thing
00:03:53

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

3
Televised Mind
00:04:10

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

4
A Lucid Dream
00:03:53

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

5
You Said
00:04:36

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

6
Oh Such A Spring
00:02:32

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

7
A Hero's Death
00:04:18

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

8
Living In America
00:04:57

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

9
I Was Not Born
00:03:49

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

10
Sunny
00:04:52

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

11
No
00:05:08

Tom Coll, Composer - FONTAINES D.C., MainArtist - Conor Curley, Composer - Grian Chatten, Composer - Carlos O'Connell, Composer - Conor Deegan, Composer

2020 Partisan Records 2020 Partisan Records

Descriptif de l'album

Dogrel, leur premier album coup de poing, fait toujours résonner sa candeur cambrée, sa tension extrême et sa rage sincère que Fontaines D.C. bat déjà le fer encore chaud. Sauf qu’avec A Hero’s Death, les teigneux de Dublin changent de braquet. Leur ADN intègre toujours des éléments piqués aux Saintes Écritures post-punk de The Fall, Joy Division, Gang Of Four ou Public Image Ltd., mais ce « difficile deuxième album » va surtout voir ailleurs. Le rythme lent, presqu’oppressant, du I Don't Belong d’ouverture offre un nouveau visage. Celui d’un groupe qui tire déjà des conclusions du succès instantané de son premier essai et du poids de la tournée marathon qui a suivi. Fontaines D.C. élargit son champ de vision avec des ballades comme Sunny et sa guitare baryton qui fleure bon l’été indien, ou Oh Such a Spring sur lequel Grian Chatten chante avec une délicatesse inédite. Mais A Hero’s Death possède aussi ses uppercuts imparables qui rendaient Dogrel si irrésistible. Ces hymnes sur lesquels Chatten répète à l’infini la même phrase, comme « Life ain't always empty » scandé trente fois sur la chanson-titre A Hero’s Death, et « What ya call it, what ya call it, what ya » quasiment tout autant sur Televised Mind… A l’arrivée, A Hero’s Death oscille entre tension juvénile rebelle à souhait et séquences méditatives presque nostalgiques. Dogrel se refermait par Dublin City Sky, ballade acoustique qui fleurait bon le vieux pub, la Guinness fraîchement tirée et qu’on croyait échappée d’un disque des Pogues (leur groupe préféré). A Hero’s Death se termine avec No, une autre ballade dépouillée, à la Oasis cette fois, et qui substitue le pessimisme post-punk au profit d’une lueur d’optimisme ponctuée par « Please don’t lock yourself away just appreciate the grey ». Brillant et puissant. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
Chopin : Piano Concertos Benjamin Grosvenor
Live In Europe Melody Gardot
À découvrir également
Par Fontaines D.C.
A Lucid Dream Fontaines D.C.
Dogrel Fontaines D.C.
A Hero's Death Fontaines D.C.
Televised Mind Fontaines D.C.
Dans la même thématique...
Shore Fleet Foxes
Myopia Agnes Obel
What Kinda Music Tom Misch
Les Grands Angles...
40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Le trip hop en 10 albums

A l’aube des années 90, la vague trip hop submerge la Grande-Bretagne avec une électro influencée par la musique jamaïcaine et les beats rap. Rythmiques chloroformées et ambiances oppressantes, Massive Attack, Portishead, Tricky, Morcheeba et quelques autres inventent une sorte de soul music sombre, futuriste et parfois très cinématographique. Coup de zoom en 10 albums sur un genre aux frontières floues mais à l’influence nette.

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer, les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Dans l'actualité...