Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 décembre 2019 | Passacaille

Hi-Res Livret
HI-RES10,79 €
CD8,09 €

Classique - Paru le 12 décembre 2019 | Capita & Navia

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2019 | JPK Musik

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Après avoir enregistré tous les Concertos brandebourgeois et les Suites pour orchestre, Zefiro s’associe au chanteur Dominik Wörner pour étudier les liens fascinants qui unissent la voix de basse et les instruments à anche dans les sonates sacrées de Johann Sebastian Bach. Carl Philipp Emanuel, le fils de Jean-Sébastien Bach, nous en dit beaucoup sur les talents de son père en tant que chanteur : « Il a une voix très pénétrante, en plus d’un registre étendu et d’un bon style de chant ». Il n’est dès lors pas surprenant que les trois cantates d’église pour basse seule font partie de ses pièces vocales les plus exquises et personnelles. La voix et les instruments ont une relation spéciale dans ces pièces. La polyphonie dense, et cependant pleine de sentiment, et remplie d’une chaleur et d’une tendresse qui semblent nous rapprocher de Bach, d’habitude considéré comme «hermétique». Le «je» dans les poèmes des Cantates BWV 56 et 82 devient la voix du compositeur. © Peter Wollny/Arcana
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Diction - Paru le 5 octobre 2018 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 juin 2018 | Lawo Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2018 | Lawo Classics

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Glossa

Hi-Res Livret
Sur les 200 cantates sacrées et 15 cantates profanes connues de Bach, seules deux font appel à la seule basse en termes d’effectif vocal : la célèbre BWV 82 Ich habe genug de 1727, d’ailleurs recyclée pour divers solistes vocaux différents au cours des ans, et Ich will den Kreuzstab gerne tragen BWV 56 de 1726. Si l’on ne veut pas qu’un énième enregistrement de ces deux cantates ressemble, en termes de programme, aux dizaines déjà enregistrés depuis plus de soixante ans (signés Hans Hotter, Dietrich Fischer-Dieskau, Gérard Souzay, Gerhard Hüsch, Hermann Prey, John Shirley-Quirk, Bernard Kruysen, Philippe Huttenlocher, Max von Egmond, Siegfried Lorenz, Siegmund Nimsgern, Matthias Goerne, Thomas Quasthoff…) et quand bien même cette nouvelle version serait chantée par Christian Senn, il convient de compléter par un brin d’originalité. Ce qui fut fait. En plus des deux « tubes » cités, on trouvera donc ici la rare cantate BWV 158 Der Friede sei mit dir – dont on ne connaît pas la date exacte de conception, peut-être déjà à Weimar pendant les années 1715, peut-être seulement aux alentours de 1730 à Leipzig. Cet ouvrage est sans nul doute la version remodelée d’une cantate plus ancienne, perdue. Certaines sources la donnent comme « cantate pour basse et soprano » mais en réalité, voilà une lourde erreur d’observation : certes, l’aria constituant le second mouvement est bel et bien indiquée Aria & Chorale, le choral étant confié au registre de soprano, mais en réalité il devait être chanté par « une ou plusieurs sopranos du chœur », et en aucun cas par une voix réellement soliste : c’est donc bien une cantate (inachevée ou incomplète) pour basse solo, et par conséquent une sorte d’intégrale des trois cantates de Bach pour cet effectif vocal. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2017 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 octobre 2017 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret
En présentant des transcriptions pour accordéon de plusieurs chefs-d’œuvre de Johann Sebastian Bach, cet album nous permet de redécouvrir et d’apprécier autrement la musique de ce grand maître de l’époque baroque. Les pièces choisies par l’accordéoniste Alexander Sevastian constituent une sélection où prédomine un certain caractère dramatique, qui ressort dans la Chaconne et dans les œuvres majeures pour orgue que sont le Prélude et fugue en la mineur, la Passacaille et fugue ou encore la célèbre Toccate et Fugue en ré mineur. Ce programme, équilibré par la légèreté de la Badinerie (extraite de la Suite pour orchestre no. 2 en si mineur) et par l’atmosphère plus méditative de l’Air (extrait de la Suite pour orchestre no. 3 en ré majeur) ou du Choral en fa mineur Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ, met en valeur à la fois la profondeur et la virtuosité de l’artiste. © Analekta
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 mai 2016 | Eudora Records

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 décembre 2015 | Lawo Classics

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2015 | ARTALINNA

Hi-Res Livret
Après un remarquable programme Chopin en 2010 sous étiquette Artalinna, François Dumont embarque ici pour un voyage au coeur de l'oeuvre de clavier de Johann Sebastian Bach. Les quatre Suites de danses ici regroupées forment un cycle imaginaire de variations sur les lettres du compositeur, B.A.C.H, composant une pluralité de caractères, d'atmosphères et d'expressions. Le pianiste français propose de l'oeuvre du Cantor une vision dynamique. Témoignant d'une profonde compréhension de la polyphonie, son jeu, somptueux, coloré, libère ici une énergie dansante des plus enthousiasmantes. « [...] La prise de son de Frédéric Briant laisse le toucher ferme et nuancé de François Dumont s’installer dans une acoustique généreuse [...] On reprocherait difficilement à François Dumont (dont la belle intégrale Ravel sera bientôt suivie par les deux concertos) de ne pas lire les textes en profondeur. Sans négliger aucun détail, il équilibre les tensions harmoniques dans la Partita en si bémol. Dans le "Prélude", la qualité du toucher s’accorde à une organisation des couleurs habile. [...] La "Courante" nous assure que Dumont sait jouer à la fois profond et mobile – à la manière d’un Igor Levit (Sony), et d’un Perahia (Sony).» (Diapason, octobre 2016 / Gaëtan Naulleau)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2015 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2015 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Classique - Paru le 21 janvier 2015 | HORTUS

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 janvier 2015 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 janvier 2014 | Lawo Classics

Hi-Res
HI-RES9,99 €15,49 €(36%)
CD6,99 €10,99 €(36%)

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Archiv Produktion

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Grand interprète de Vivaldi auquel il a consacré plusieurs enregistrements, dont une lecture habitée du Concerto des « Quatre Saisons » avec Andrea Marcon à la baguette (Sony Classical, 2002), le violoniste Giuliano Carmignola est aussi et avant tout un passionné de l'ère baroque et de la musique d'inspiration divine de cette époque. Un an après le clin d'oeil humoristique Vivaldi Con Moto (2013), succédant à six récitals dédiés à l'oeuvre du « Prêtre roux », le professeur de l'Académie musicale de Sienne consacre un opus au « Père de la musique occidentale », Jean-Sébastien Bach, dont il a précedemment effleuré le répertoire avec un recueil de six Sonates pour violon et clavecin éditée en 2002. Pour ce faire, le virtuose vénitien s'est entouré d'une formation solide et prestigieuse, le Concerto Köln, qui a donné ses lettres de noblesse à nombre de productions renommées depuis sa création en 1985, notamment auprès de René Jacobs et d'Andreas Staier. Le premier violon de l'ensemble, Mayumi Hirasaki, s'illustre à merveille dans le fluide Double concerto pour violon et basse continue en ré mineur (BWV 1043), joyau du baroque finissant remarqué pour la dualité de son expression entre l'entrelacement de cordes du premier mouvement Vivace, le dialogue du Largo ma non tanto et la fugue Allegro. Avant cette pièce maîtresse jouée avec clarté et précision, le soliste et ses partenaires ont tout loisir de s'exprimer pleinement dans le Concerto pour violon n°1 en la mineur (BWV 1041), d'une belle concision qui n'exclut pas l'exécution enflammée, et son pendant le Concerto n°2 en mi majeur (BWV 1042), renommé pour son majestueux Allegro d'ouverture, auquel répond le galant Allegro assai final. Afin de compléter ce ravissant programme, Giuliano Carmignola a apporté toute son expertise pour la reconstitution de deux œuvres initialement écrites pour le violon, les Concerto n°1 en ré mineur (BWV 1052, agrémenté d'un sublime départ Allegro) et Concerto n°5 en fa mineur (BWV 1056), avant de figurer au répertoire du clavecin. C'est donc à une reconstitution des ébauches perdues que s'est attelé le violoniste, à sa manière vive, d'un enthousiasme contagieux. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016