Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - À paraître le 4 septembre 2020 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 17 juillet 2020 | Produccions BLAU S.L

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | SWR Classic Archive

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Symphonies - Paru le 10 août 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
[...] À rebours des versions unitaires et tragiques de Mravinski et Sanderling, Urbanski voit dans la 5e un diptyque dont les deux premiers mouvements, distanciés, en noir et blanc, contrastent avec les deux derniers, plus subjectifs. Dominant la grande arche de l'ample Moderato, il sait éclairer les détails. La texture orchestrale rafraîchie et décapée s'avère plus propice à une expression énergique, voire nerveuse, qu'à la méditation. Urbanski se garde d'exagérer pour autant l'aspect grinçant du Scherzo. Mouvement essentiel de l'œuvre, le Largo [...] acquiert une subjectivité plus profonde, au modelé frémissant et aux nuances parfaites. [...] Les brusques changements, les juxtapositions vigoureuses et le sauvage optimisme de façade du finale sont traduits avec une rage dévastatrice. [...] (Diapason, novembre 2018 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 juillet 2018 | Klanglogo

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2018 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2017 | Tañidos

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2017 | Tañidos

Hi-Res
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 21 août 2015 | Alpha

Hi-Res Livret
Bercée depuis sa tendre enfance par les eaux de la Mer Noire et la musique de Chostakovitch, la pianiste russe Anna Vinnitskaya (*1986) a tout naturellement inscrit ces deux concertos à son répertoire discographique et concertant, même si c’est avec un concerto de Prokofiev qu’elle remporta en 2007 le prestigieux Prix Reine Elisabeth de Bruxelles. Un prix qui lui ouvrit grand les portes d’une carrière internationale que Vinnitskaya mène avec finesse, évitant d’enfoncer trop de portes ouvertes. On notera que c’est elle-même qui mène la Kremerata Baltica dans le Premier Concerto, orchestré pour cordes et une trompette solo, dans une interprétation enflammée des premier et troisième mouvements – sa vision du très chostakovitchien clown hystérique et torturé des derniers moments est des plus saisissantes – et une infinie poésie dans le désolé mouvement lent. Pour le Second Concerto, la Kremerata Baltica est rejointe par les vents de la Staatskapelle de Dresde, excusez du peu. En complément de programme, Vinnitskaya offre le Concertino pour deux pianos, rarement entendu il faut bien l’avouer, ainsi qu’une brève Tarentelle d’après la musique de film Le Taon ; pour ces deux œuvres, c’est le pianiste Ivan Rudin qui joue la partie de deuxième piano. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 1 avril 2011 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret