Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

496 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Various Composers et 20,00 € à 50,00 €
HI-RES30,78 €
CD21,98 €

Musique symphonique - À paraître le 5 juin 2020 | Cleveland Orchestra

Hi-Res
A New Century — publication qui inaugure le propre label de l'orchestre, The Cleveland Orchestra —, propose sur trois disques une intrigante sélection musicale d'hier et d'aujourd'hui s'étalant sur trois siècles, incluant deux œuvres en première mondiale discographique de compositeurs actuels, Johannes Maria Staud et Bernd Richard Deutsch. André Grémillet, President et CEO de l'orchestre, s'en explique : "Le répertoire a été choisi pour souligner l'étendue et l'approfondissement du grand partenariat artistique entre Franz Welser-Möst et l'Orchestre depuis presque 18 ans, en mettant un accent particulier sur la musique des XXe et XXIe siècles". De son côté Welser-Möst s'exprime en ces termes : "Au cours de ma carrière, je n'ai trouvé aucun meilleur endroit au monde pour travailler et créer de la musique qu'ici à Cleveland, avec le Cleveland Orchestra. Depuis le début, j'ai été inspiré par les musiciens et le soutien comme le vif intérêt que toute la communauté de Cleveland apporte à leur orchestre. Les six œuvres de ce nouvel enregistrement ne représentent qu'un échantillon de ce que nous avons accompli ensemble." Tout a été enregistré en concert au Severance Hall de Cleveland durant les trois dernières années (2017 à 2019) sous la direction de Franz Welser-Möst, dont le contrat a été prolongé jusqu'en 2027, l'amenant ainsi à dépasser en durée le plus ancien directeur musical de l'orchestre, le légendaire George Szell. © Qobuz (GG)
HI-RES26,99 €
CD23,49 €

Folk - À paraître le 24 avril 2020 | Stockfisch Records

Hi-Res
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 avril 2020 | Gramola Records

Hi-Res
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Pop - Paru le 3 avril 2020 | Rocket

Hi-Res
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Rap - Paru le 27 mars 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
HI-RES23,99 €
CD20,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 27 mars 2020 | DMP

Hi-Res
HI-RES26,99 €
CD23,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 27 mars 2020 | DMP

Hi-Res
HI-RES30,78 €
CD21,98 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | RUBICON

Hi-Res Livret
HI-RES23,49 €
CD20,49 €

Country - Paru le 27 mars 2020 | WM - Thailand

Hi-Res
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Jazz vocal - Paru le 20 mars 2020 | Jube Legends

Hi-Res
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Pop - Paru le 20 mars 2020 | iMD-MARA

Hi-Res Livret
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Opéra - Paru le 6 mars 2020 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Variété francophone - Paru le 28 février 2020 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res
La carrière de Jean Ferrat (1930 – 2010) s’est construite autour de trois pôles distincts, dans lesquels il piochait selon l’humeur, et qui sont particulièrement bien mis en valeur dans cette rétrospective de ses années Decca et Barclay. Ferrat, pour le grand public, c’est d’abord le témoin parfois béat des beautés qu’offrent la vie (C’est beau la vie) et les paysages de son pays natal (La Montagne). Un romantisme fleur bleue, accompagné de musiques lyriques de son cru, et qu’il a si bien décliné dans cet éloge de la douceur de vivre intitulé Ce qu’on est bien mon amour, ainsi que dans son unique duo avec sa première épouse, Christine Sèvres (La Matinée). À l’occasion, il prend un recul amusé sur cet état d’esprit, comme dans ce sommet d’autodérision qui a pour titre L’Idole à papa. Dans ce tango volontairement poussiéreux, il se demande s’il ne serait pas finalement le « nouveau Tino Rossi », allant jusqu’à imiter dans les refrains la voix doucereuse du célèbre chanteur pour dames.Jean Ferrat ne manque pas d’humour non plus lorsqu’il porte la casquette de l’interprète engagé, en particulier dans les satiriques Alléluia (rock gentiment blasphématoire faisant le portrait de bigots alcooliques) et Pauvres Petits C…, chanson de 1967 dans laquelle il pourfend la jeunesse dorée qui s’improvise révolutionnaire. À noter qu’à l’image de ce petit bijou musical de pop baroque, la plupart des chansons présentées dans cette compilation fleuve sont arrangées par le premier collaborateur de Serge Gainsbourg, le talentueux Alain Goraguer. Mine de rien, Ferrat dessine au fil de ses chansons une sociologie assez précise de « sa France » (pour reprendre le titre d’un de ses plus grands tubes), à travers des portraits souvent tendres de personnages ou de métiers particuliers (la prostituée au grand cœur d'Horizontalement ou la prolétaire modeste de Ma Môme). Ses préoccupations sociales et politiques s’illustrent aussi à travers un esprit de fraternité sans faille faisant de lui une sorte de cousin éloigné du cinéaste Yves Robert – également moustachu et de gauche (La Fête aux copains, Camarade, ou encore la merveilleuse Berceuse). Dans un autre genre, on citera également Nuit et brouillard, hommage émouvant aux déportés de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier à son propre père Mnacha Tenenbaum, mort en 1942 à Auschwitz.Jean Ferrat, c’est enfin la poésie. Et il a la particularité de vénérer à la fois les textes et les auteurs : À Brassens, Federico Garcia Lorca, Si je mourais là-bas (sur un poème de Guillaume Apollinaire). Le répertoire de Ferrat comprend beaucoup de noms prestigieux, mais c’est surtout Louis Aragon qui est mis à l’honneur dans son œuvre, notamment dans le disque Ferrat chante Aragon en 1971. Même si elle ne fait pas partie de cet album, Aimer à perdre la raison a bien entendu une place de choix dans la présente rétrospective. Il s’agit probablement d’un des textes les plus connus du poète, une popularité due entre autres à la ferveur d’un interprète dont le lyrisme, mais aussi les combats politiques et sociaux, paraissent intemporels. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | col legno

Hi-Res Livret
HI-RES74,95 €
CD49,95 €

Classique - Paru le 14 février 2020 | Tonkunstler Orchestra

Hi-Res
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Musique de chambre - Paru le 14 février 2020 | Gramola Records

Hi-Res Livret
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Jazz - Paru le 14 février 2020 | Yellowbird Records

Hi-Res
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Pop - Paru le 7 février 2020 | Garaj

Hi-Res
HI-RES30,78 €
CD21,98 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | CAvi-music

Hi-Res Livret