Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 13 mai 2015 | Berlin Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
À une certaine époque, les airs isolés étaient composés pour venir s’intercaler dans un opéra déjà composé, soit par un autre compositeur, soit par le même qui souhaitait rajouter ou modifier selon l’humeur – ou l’humeur de tel ou tel gosier exigeant… puis le format s’est émancipé pour devenir l’ « air de concert » individuel destiné à mettre en valeur un soliste donné – l’ancêtre du lied avec accompagnement d’orchestre, en quelque sorte ? Beethoven, Mozart et Haydn se trouvaient à l’époque de transition entre air utilitaire et air autonome. Ce disque présente donc des partitions célèbres, comme le « Ah, perfido ! » de Beethoven ou encore le Ch'io mi scordi di te? de Mozart, immortalisé en son temps par Elisabeth Schwarzkopf, avec le jeune Brendel. Ici, la partie de piano est jouée sur un pianoforte par Malcolm Martineau. Et la cerise sur le gâteau est cet air du tout jeune Mendelssohn, dans la version originale avec violon soliste en plus de l’orchestre : une étonnante rareté ! Habituée des grandes scènes internationales tels que Salzbourg, Glyndebourne, Dresde, Berlin, Hambourg, Munich, Vienne, Paris ou Londres, la soprano allemande Christiane Karg, qui avait par exemple fait sensation sur la scène du Théâtre des Champs Elysées de Paris, en remplacement de Soile Isokoski, est prodigieuse ici d’intensité. © SM/Qobuz