Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 6 septembre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | UMC - Decca Gold

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Composé de cinq musiciennes éclectiques et polyvalentes, le Quintette à vent Aquilon cultive activement au sein de sa démarche artistique des projets faisant la part belle aux grands sujets de société actuels : lutte contre le réchauffement climatique avec ce dernier album, « Saisons », ou encore place de la femme dans le monde de la musique classique avec son spectacle en herbe « Où sont les femmes? ». Eveiller les consciences et faire germer chez son public un intérêt croissant pour les instruments à vent, telles sont les ambitions du Quintette Aquilon. En 2020, le Quintette Aquilon fêtera ses vingt printemps de carrière ! © Klarthe
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Quatuors - Paru le 11 janvier 2019 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Avec des portraits intérieurs qui ressemblent aux photographies des années 1940, les musiciens du Quatuor Modigliani abandonnent délibérément l’image de « jeunes musiciens dans le vent » soulignée jusque-là par leur éditeur. Symbole voulu sans aucun doute pour mieux afficher la maturité venue d’un ensemble qui fête ses quinze ans d’existence avec ce nouvel album, consacré à des miniatures pour quatuor et non à une compilation de disques antérieurs comme un premier coup d’œil peu attentif pourrait le faire croire. Treize plages présentant une collection hétéroclite passant par Mendelssohn, Rachmaninov, Puccini, Korngold, Kreisler, Barber, Mozart, Schubert, Chostakovitch et quelques autres. Treize façons aussi d’exprimer la diversité d’un quatuor devenu peu à peu un des meilleurs de France.Conçu comme « une respiration dans leur parcours discographique », cet album propose aussi une galerie de portraits à travers des compositeurs très différents mais dans une démarche logique et cohérente, des pages célèbres étant associées à des œuvres peu connues, voire inconnues du public. Ce sont les « Tableaux d’une exposition » imaginaires, pour quatuor à cordes. Ce disque anniversaire se termine par Plink, Plank, Plunk !, un clin d’œil signé Leroy Anderson, qui fut l’élève de Georges Enesco, une pièce qui a servi de générique à un célèbre « show » de la télévision américaine. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 17 août 2018 | CAvi-music

Hi-Res Livret
Le terme de « Chant du cygne » signifierait un peu, quand même, que les compositeurs savaient que leur heure était venue, et qu’il leur convenait de donner à la postérité une sorte d’adieu et de rétrospective sur leur vie et leur œuvre. Que nenni ! Aucun des quatre compositeurs ici représentés n’avaient l’intention de retourner ad patres à courte échéance, à commencer par Schubert dont le Schwanengesang est en réalité un assemblage réalisé de manière posthume par un éditeur, qui emballa sous ce titre quelque quatorze Lieder isolés, qui n’avaient pas vocation à former un cycle. Le baryton Christian Immler a choisi les six Lieder dont les poèmes sont de Heinrich Heine. Brahms lui-même, en 1896, ne faisait que lamenter la disparition de Clara Schumann, mais savait-il qu’il ne lui survivrait que d’une année lorsqu’il écrivit ses Quatre chants sérieux. À tout prendre, son propre chant du cygne seraient les onze préludes de choral pour orgue qui, eux, évoquent la mort imminente de manière poignante – même si les quatre chants sont eux-mêmes d’une profonde émotion. Les Three Songs de Samuel Barber, écrits en 1972 pour Fischer-Dieskau, sont certes parmi ses dernières œuvres (et son ultime opus pour voix et piano), mais le compositeur avait presque une dizaine d’années encore à vivre. Cela dit, l’atmosphère crépusculaire n’échappera à personne, ainsi que l’extrême concentration du propos. Enfin, à l’opposé de cette impression, les Arias and Barcarolles de Bernstein, écrites en 1988 – deux ans avant sa mort donc – n’ont rien, mais alors rien de rien, de funèbre ou de recueilli ! C’est là un ouvrage d’une vitalité explosive, délicieusement conçu pour baryton, mezzo et piano à quatre mains. Pour cette fin d’album, Immler est rejoint par la mezzo-soprano Anna Stéphany. © SM/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 8 juin 2018 | WM Japan

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 23 mars 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 2 février 2018 | La Musica

Hi-Res Livret
Oui, le pivot de cet album sont une belle douzaine de Songs tirés du Songbook de Gerswhin, des adaptations que le compositeur lui-même réalisa pour piano solo de quelques-uns de ses innombrables « songs ». Mais bien loin de n’être qu’une décoction vaguement pianoteuse de mélodies jazziques, voilà un extraordinaire recueil oscillant entre idiomes jazzy, certes, mais aussi Rachmaninov, Debussy, Ravel, le ragtime parfois, dans une écriture pianistique d’un flair sans faille, d’une écriture tirée à quatre épingles, un vrai bonheur pour le pianiste comme pour l’auditeur. Autour de ce pivot, David Lively a échafaudé un magnifique tissu d’autres œuvres états-uniennes de Ives et Joplin pour les plus anciens, jusqu’à William Bolcom, Aaron Copland, Samuel Barber et même Eliott Carter pour les plus récents et, dans le cas de Carter, les plus avant-gardistes – l’unique incursion avant-gardiste de tout l’album, que les anti-avant-gardistes se rassurent. Le chemin parcouru de Ives – avant-gardiste avant la lettre, dont South Paw Pitching de 1919 est un extravagant moment de modernité et de farce – à Carter est des plus immenses, mais force est de constater que l’on reconnaît bel et bien le langage états-unien à travers tout l’album. Aussi lively que ne le laisse imaginer le nom du pianiste ! © SM/Qobuz
HI-RES24,99 €
CD17,49 €

Classique - Paru le 26 janvier 2018 | CAvi-music

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 août 2017 | Universal Music Classics

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 août 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Il est vrai que le répertoire romantique de lieder avec accompagnement d’orchestre reste, hélas, très modeste. Il fallut attendre Wagner, Mahler et Strauss pour que le genre explose. Rien de plus tentant donc que d’orchestrer des Lieder de Schubert, Wolf ou Brahms : voilà ce que nous propose le baryton Thomas Hampson, accompagné par l’Amsterdam Sinfonietta. Mais attention, ce ne sont pas là de lourdes orchestrations à la postromantique, avec force forces orchestrales. David Matthews, qui signe les adaptations, se borne à l’orchestre à cordes (avec adjonction d’un chœur dans le cas de Ständchen de Schubert). D’aucuns regretteront le caractère percussif du piano, d’autres seront interloqués des richesses cachées dans les partitions, car le piano reste toujours un peu limité en termes polyphoniques ; la chose est encore plus frappante dans les Quatre chants sérieux de Brahms, d’une écriture ramassée et dense si typique de l’ultime production du compositeur. L’auditeur aura donc la véritable sensation de redécouvrir des œuvres qu’il croyait connaître… D’autant que la tendre voix de Hampson se marie à merveille avec la fluidité des cordes. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après Knoxville de Samuel Barber qui fait office, en quelque sorte, d’ancrage dans la tradition, Renée Fleming aborde des répertoires autrement inhabituels, du moins pour l’auditeur français, puisque le compositeur suédois Anders Hillborg (*1954) est par ailleurs joué par le Philharmonique de Berlin, celui de Los Angeles, celui de New York, l’Orchestre de Chicago, la Tonhalle de Zürich… excusez du peu. Son cycle The Strand Settings, créé en 2013 par Renée Fleming qui était à l’origine de la composition – pas tellement une commande, mais une suggestion appuyée – est un extraordinaire arc-en-ciel orchestral dont les coloris se reposent sur Strauss, sur Britten, sur Ligeti, sur Penderecki, sur Messiaen parfois dans les étagements harmoniques irisés, tout en explorant son propre monde d’une beauté époustouflante. Si l’auditeur souhaite découvrir un tout nouveau répertoire nordique qui ne serait pas assujetti à l’avant-garde atonale ou sérielle, Hilborg deviendra rapidement son idéal. Pour finir cet album, Fleming a choisi quelques chansons de la pop-star Björk, de son nom complet Björk Guðmundsdóttir (mais en Icelande on se présente surtout par le prénom), dûment réécrites pour orchestre symphonique « classique », même si Fleming propose une voix à mi-chemin entre la variété et le style lyrique. On aime, on n’aime pas, mais c’est fichtrement bien fait ; et quoi qu’il en soit cet album se singularise tellement avec l’œuvre de Hillborg que tout est pardonné ! © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 22 novembre 2016 | NoMadMusic

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 9 septembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 4 septembre 2015 | Orlando Records

Hi-Res Livret