Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Jazz - Paru le 22 novembre 2013 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
« Le quintet enregistré ici en public et en plein air à Tokyo, au Den-En Colosseum, le 23 juillet 1977, est prodigieux. [...] La ballade Diana, que Wayne Shorter composa pour la fille de Flora Purim et Airto Moreira, est interprétée ensuite en trio et atteste de la variété des climats que cette formation peut créer. [...) Le feu d’artifice final est dû au standard classique de Freddie Hubbard, Red Clay. Baptisé V.S.O.P., autour d’Herbie Hancock, le quintet rassemble Freddie Hubbard (tp), Wayne Shorter (ts), Ron Carter (b) et Tony Williams (dms) ; c’est-à-dire le quintet de Miles Davis des années 1964 à 1966, où Hubbard remplace Miles. [...] Flamboyant, dynamité par un Tony Willams volcanique, ce groupe déploie une énergie contagieuse et une maîtrise instrumentale hors du commun. [...] » (Classica, mai 2019 / Jean-Pierre Jackson)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Jazz - Paru le 22 novembre 2013 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Jazz - Paru le 22 novembre 2013 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Bandes originales de films - Paru le 18 janvier 1986 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 1977 | Columbia - Legacy

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 22 juillet 1968 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Le second quintet de Miles Davis fut l’une des formations de l’histoire du jazz les plus innovantes. Avec le pianiste Herbie Hancock, le saxophoniste Wayne Shorter, le contrebassiste Ron Carter et le batteur Tony Williams, le trompettiste enregistrera, entre 1965 et 1968, sept albums essentiels : E.S.P., Miles Smiles, Sorcerer, Nefertiti, Miles in the Sky, Filles de Kilimanjaro et Water Babies. Dans son autobiographie parue en 1989, il écrira : « Si j'étais l'inspiration, représentais la sagesse et assurais l'homogénéité du groupe, Tony en était le feu, l'étincelle créatrice. Wayne était l'homme des idées, le concepteur intellectuel. Ron et Herbie en étaient les ancrages. Je n'étais que le leader qui avait rassemblé tout le monde. Ils étaient jeunes mais, même si je leur apprenais certaines choses, ils m'en apprenaient d'autres, sur la new thing, sur le free… J'apprenais quelque chose chaque soir avec cette formation. »Publié le 22 juillet 1968, Miles in the Sky (clin d’œil au Lucy in the Sky with Diamonds des Beatles) documente les derniers mois du mythique quintet mais aussi la connivence qui l’anime. Dès l’intro de Stuff, première des quatre compositions du disque, le clavier électrique d’Hancock laisse entrevoir le tunnel en fusion dans lequel ces musiciens vont s’engouffrer dans les mois qui suivront. Même Ron Carter lâche sa contrebasse pour une basse électrique sur ce morceau d’ouverture ! Difficile pourtant de parler encore de jazz-rock ou de jazz-fusion mais le post-bop de ce Miles in the Sky ne sonne pas comme les autres. Sur Paraphernalia, le quintet accueille même un jeune guitariste d’à peine 25 ans : George Benson. Souvent, Tony Williams déroule des rythmiques quasi rock. Bref, cet album enfin réédité en Hi-Res 24 Bit témoigne d’une énième révolution en marche signée Miles… © Marc Zisman/Qobuz