Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

37 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Extraits d'opéra et 24 bits / 96 kHz - Stereo
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 mai 2003 | Chandos

Hi-Res
Extraits d'opéras / Elizabeth Futral, soprano - Philharmonia Orchestra, dir. Steven White
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 30 mars 2010 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
Un album fort séduisant, où deux grandes chanteuses - qui s’illustrent régulièrement dans les oratorios et oratorios baroques sur les scènes européennes et d’ailleurs - mêlent avec un plaisir non dissimulé leurs timbres mordorés. Bref, deux voix idéales pour enchanter les longues lignes mélodiques de Haendel. À ne pas manquer !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 5 avril 2011 | ATMA Classique

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Cet album met en vedette Jane Archibald dans son premier enregistrement solo. Cette cantatrice brilla de façon étourdissante dans les représentations d'Ariane à Naxos de Strauss à l'Opéra Garnier à l'hiver 2010, d'où l'événement que suscitera cette parution sur le label Atma. Elle chante ici des extraits d’opéras de Joseph Haydn dont Orlando Paladino, Il mondo della luna et L’isola disabitata. Un festival de virtuosité et de musicalité. A découvrir !
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Diamant d'Opéra
Cecilia Bartoli nous embarque dans un voyage menant d'Italie en Russie, qui retrace l'apparition de l'opéra à Saint Petersbourg grâce à l'action de trois puissantes tsarines qui réveillèrent la vie musicale alors inexistante de leur pays : Anne Ière (Anna Ivanovna), Elisabeth Ière (Elisabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand) et Catherine II (Sophie-Frédérique-Augusta d'Anhalt-Zerbst). Outre des interprètes, elles attireront également plusieurs compositeurs italiens dont le premier sera Francesco Araia suivi entre autres par Manfredini et Cimarosa. Au programme de ce disque à la thématique originale comme les aime Cecilia Bartoli, figurent des trésors cachés d'autres compositeurs oubliés comme Hermann Friedrich Raupach — d'abord claveciniste de la cour puis compositeur à la suite du renvoi d'Araia. C'est grâce aux archives du Théâtre Mariinsky que Cecilia Bartoli a pu rassembler ce florilège d'extraits d'opéra dont la plupart sont inédits.
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 21 janvier 2013 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Étonnante idée que de réunir un florilège d'airs de "mauvais garçons" dans l'oeuvre de Handel, d'autant que de persistantes rumeurs nous laissent accroire qu'il n'était pas insensible au charme de la gent masculine. En tout cas, le thème de l'impossible amour règne en maître dans ses opéras et l'idée de cet album est des plus plaisantes. Le contre-ténor espagnol Xavier Sabata n'a rien d'un ange asexué. Le ton est donné sur la pochette où il semble plutôt sortir d'une back-room au petit matin. Les spadassins et autres meurtriers un peu louches défilent sous ses vocalises virtuoses, accompagné par un orchestre transalpin tout aussi fiévreux et inquiétant. FH
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 13 septembre 2013 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 4 novembre 2013 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Vers 1760, sous l'impulsion de Gluck et de Traetta, l'opéra s'émancipe de ses vieux codes et de ses carcans qui rendaient les chanteurs prisonniers de leur corps, en les condamnant au rôle de statue chantante. La "vérité, commence à envahir les scènes européennes et les chanteurs deviennent acteurs ; ils se mettent à bouger, à se dénuder (prudemment) et même, ô scandale, à courir. Cet album se veut le témoin de cette révolution avec des interprétations très vivantes des principaux acteurs de cette évolution, Gluck, Traetta, Hasse, Jean-Chrétien Bach et le jeune Mozart. Le programme de ce disque est donc tout à fait passionnant par son contenu historique et, surtout, grâce à la variété expressive de Bejun Mehta qui sait multiplier les couleurs de sa voix et incarner pleinement ses personnages. En ancien chanteur qu'il fut, René Jacobs est un partenaire idéal qui n'a pas son pareil pour faire vibrer les timbres sensuels et corsés de l'Akademie für Alte Musik de Berlin. Une très grande réussite émergeant au milieu de la mode de tant de disques assez insipides consacrés au répertoire des castrats. FH
HI-RES5,99 €
CD5,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 1960 | BnF Collection

Hi-Res Livret Distinctions Vieux Sequins
La Flûte enchantée en français ! Il fut un temps, pas si lointain en somme, où l'on chantait Mozart, Wagner et les autres en français à l'Opéra. Tout cela semblera ridicule et inécoutable à ceux qui ne sont pas encore remis de la disparition de Gérard Mortier. Mais un coup d'oreille sur ce Vieux Sequin-là fait rêver. On est en 1956 et l'Orchestre de l’Association des Concerts Colonne est dirigé par Louis de Froment qu'on a connu plus tard si souvent à la tête de l'orchestre de RTL. La traduction en français est signée de Jacques-Gabriel Prod'homme et Jules Kienlin. La distribution réunit Mado Robin (la Reine de la Nuit), Janine Micheau (Pamina), Jane Berbié (Papagena), Irène Sicot, Monique Linval et Denise Monteil (les Trois Fées), Jean Giraudeau (Tamino), Michel Dens (Papageno), Xavier Depraz (Sarastro). Bonne écoute. Ah oui, ce n'est pas une intégrale, mais une anthologie parue chez Pathé sous la référence DTX 30509.
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Héritier désigné de Luciano Pavarotti, le ténor napolitain Vittorio Grigolo se penche sur quelques-uns des plus emblématiques airs d'opéras français après un récital de variétés (In the Hands of Love), deux épisodes italiens (The Italian Tenor et le plus varié Arrivederci) puis un recueil de chants sacrés (Ave Maria). Si le chanteur connu pour son énergie sportive a tenu ses promesses sur scène, ses enregistrements ne furent pas aussi heureux, malgré un indéniable plébiscite public.Cette douzaine d'extraits, survenant deux mois après le magnifique L'Amour de son concurrent direct Juan Diego Flórez, a le mérite de posséder une sélection attrayante entre les airs incontournables et quelques découvertes. Pour deux passages de Manon et Roméo et Juliette ou un de Werther, Faust, Carmen et Les Contes d'Hoffmann, sont proposés un échantillon du Cid de Massenet et deux pièces signées Meyerbeer (L'Africaine) et Halévy (La Juive). Au jeu des comparaisons avec le récital du ténor péruvien, The Romantic Hero (dommage pour ce titre international) abrite en commun les airs « Pourquoi me réveiller », tiré du Werther de Massenet, et « L'amour, l'amour...Ah, lève-toi soleil », du Roméo et Juliette de Gounod. La diction parfaite de Grigolo, moins quelques « r » trop bien roulés, s'ajuste à un accompagnement plutôt discret de l'Orchestre symphonique de la RAI, conduit par Evelino Pido. Au chapitre des classiques, « La fleur que tu m'avais jetée » (Carmen), « Quel trouble inconnu... » (Faust), « Je suis seul...Ah fuyez, douce image » (Manon) et « O Dieu, quelle ivresse » (Les Contes d'Hoffmann) méritent leur présence. Le florilège est également bonifié par l'apparition de l'épouse du ténor, Sonya Yoncheva, sur « En fermant les yeux...c'est un rêve » (Manon) et « Va ! je t'ai pardonné...Nuit d'hyménée » (Roméo et Juliette) et de la récitante Alessandra Martines. Le projet abordé avec sérieux se révèle digne de la réputation scénique de Vittorio Grigolo. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 13 juin 2014 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Diamant d'Opéra - 4 étoiles Classica
Semiramide- La Signora Regale est un opus riche de musiques rares et peu jouées pour la plupart d’entre elles. Ces mélodies opératiques des XVIIIème et XIXème siècles sont parfaitement servies par la légèreté vocale de la mezzo- soprano italienne à la tessiture large et expressive ; Anna Bonitatibus. De Porpora à Rossini, le chef Frederico Ferri, accompagné de l’orchestre de l’Academia deglia Astrusi et du chœur de la Stagione Armonica n’a guère de difficulté à transporter son auditoire vers un passé baroqueux. © TDB/QOBUZ
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 22 septembre 2014 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES4,99 €
CD4,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 1963 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 23 janvier 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Tout récemment hissée au rang de jeune star mondiale du chant, la soprano lyrique bulgare Sonya Yoncheva consacre son premier enregistrement à Paris. Paris dans une acception des plus larges, puisque ce sont soit les actions qui s’y déroulent (La Bohème, La Traviata), les compositeurs qui y ont vécu ou travaillé (Lecoq, Offenbach, Messager, Gounod) ou carrément l’auteur, d’après qui a été concocté le livret, qui fut un ardent parisien (Alphonse Karr dont le roman Les Willis a été repris par Puccini). Mais l’objet principal de ce CD est la Yoncheva et sa voix transparente, aérienne, tendre et colorée, plus particulièrement à l’aise dans la langue italienne, même si le répertoire français lui colle musicalement à la peau. On notera que pour le duo de Thaïs et celui de La Traviata, elle s’est adjoint les voix du baryton Etienne Dupuis et du ténor Celso Abelo. Belle première réalisation de cette jeune artiste qui a su, pour la majeure partie de son album, éviter les trop grands tubes pour nous offrir des airs un peu plus rares de répertoires moins courus. (SM)
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 13 mai 2015 | Berlin Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
À une certaine époque, les airs isolés étaient composés pour venir s’intercaler dans un opéra déjà composé, soit par un autre compositeur, soit par le même qui souhaitait rajouter ou modifier selon l’humeur – ou l’humeur de tel ou tel gosier exigeant… puis le format s’est émancipé pour devenir l’ « air de concert » individuel destiné à mettre en valeur un soliste donné – l’ancêtre du lied avec accompagnement d’orchestre, en quelque sorte ? Beethoven, Mozart et Haydn se trouvaient à l’époque de transition entre air utilitaire et air autonome. Ce disque présente donc des partitions célèbres, comme le « Ah, perfido ! » de Beethoven ou encore le Ch'io mi scordi di te? de Mozart, immortalisé en son temps par Elisabeth Schwarzkopf, avec le jeune Brendel. Ici, la partie de piano est jouée sur un pianoforte par Malcolm Martineau. Et la cerise sur le gâteau est cet air du tout jeune Mendelssohn, dans la version originale avec violon soliste en plus de l’orchestre : une étonnante rareté ! Habituée des grandes scènes internationales tels que Salzbourg, Glyndebourne, Dresde, Berlin, Hambourg, Munich, Vienne, Paris ou Londres, la soprano allemande Christiane Karg, qui avait par exemple fait sensation sur la scène du Théâtre des Champs Elysées de Paris, en remplacement de Soile Isokoski, est prodigieuse ici d’intensité. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 29 avril 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
À la différence de tant de disques d’airs d’opéras qui se concentrent sur l’aspect vocalisant et virtuose – histoire de jeter de la poudre aux yeux –, cet enregistrement signé Karine Deshayes met l’accent sur des airs méditatifs, recueillis, tranquilles, amoureux ou désespérés selon le cas, chez Rossini. Et ces airs sont légion ! De la Cenerentola à Otello en passant par Semiramide et Le Barbier de Séville, l’éventail est large. On entendra aussi quelques mélodies initialement conçues avec accompagnement de piano, ici dans une légère orchestration très rossinienne. La pièce de résistance de l’enregistrement est quand même Giovanna d’Arco, une cantate de quelque seize minutes, dans l’orchestration d’après la version pour piano qu’en a réalisé Salvatore Sciarrino en 1990 à la demande de Teresa Berganza. Un véritable mini-opéra pour une seule voix ! C’est le Rossini le plus ample, le plus lyrique que voilà, sans doute aussi le plus moderne : on est en 1832 et le maestro s’est déjà retiré de l’avant-scène depuis quelques années, mais l’ouvrage est destiné à Olympe Pélissier… qui deviendra Madame Rossini par la suite, une fois qu’elle en aura fini avec sa liaison avec Balzac. Découvrez ce Rossini plus rare, plus intime sans doute, et sans doute bien plus riche musicalement que les choses plus virtuoses ! © SM/Qobuz« Aucune Française, depuis Martine Dupuy, n’a entretenu une telle intimité avec Rossini. Appuyés sur un parfait contrôle du souffle, l’art du cantabile et l’agilité de la colorature servent toujours l’expression. Certes, dans cette voix charnue et moirée, le bas médium et le grave restent relativement modestes quand il faudrait pencher vers le contralto : Karine Deshayes ressortit plutôt au mezzo soprano, à l’aigu aisé et rond. Elle ne triche jamais, là où certaines abuseraient du registre de poitrine pour ressembler à Marylin Horne ou Ewa Podles. Elle préserve ainsi l’égalité de la tessiture et la beauté des couleurs, fondements de l’esthétique bel cantiste. On lui pardonnera donc cette faiblesse, tant elle est musicienne [...] La cantate Giovanna d’Arco, à travers l’orchestration habile de Salvatore Sciarrino, nous rappelle que la mezzo, au-delà du chant, a le sens du pathétique. [...] Les jeunes musiciens des Forces Majeures sont à l’unisson de la voix par le refus de l’outrance et la variété de couleurs [...] » (Diapason, juin 2016 / Didier Van Moere)« Ce récital de la mezzo-soprano Karine Deshayes cultive le plaisir du chant dans un programme fort bien conçu qui dévoile les différentes facettes du compositeur. [...] Comme dans tout ce qu’elle fait, Karine Deshayes est ici le contraire d’une diva égotiste : la musique est plaisir partagé et sa complicité avec Raphaël Merlin est totale. [...] C’est parce qu’elle ne joue par la carte de l’épate qu’elle conquiert. Tout ici sonne vrai et juste. Et comme, évidemment, la technique est suprême, nous sommes comblés.» (Classica, juin 2016 / Sylvain Fort)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 3 février 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La soprano bulgare Sonya Yoncheva poursuit son ascension fulgurante avec ce nouvel album d’héroïnes de Haendel, des airs tirés d’opéras majeurs tels que Giulio Cesare, Rinaldo, Alcina et quelques autres – car une partie considérable de sa carrière se développe encore et toujours dans le domaine baroque, en particulier avec Les Arts Florissants de William Christie, ce qui ne l’empêche pas de se retrouver aussi dans Rossini, Offenbach, Bizet ou Janáček quand l’occasion se présente. Accompagnée de l’Academia Montis Regalis, elle termine l’album avec un air qui n’a rien d’italien ni de haendelien, puisqu’il s’agit du déchirant lamento de Didon dans Didon et Enée de Purcell, preuve que sa voix lui permet aussi d’aborder des répertoires habituellement confiés à des mezzo-sopranos. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 3 février 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La délicieuse soprano suédoise Camilla Tilling nous propose un choix d’airs d’opéras de Mozart et de Gluck : Idomeneo, Les Noces de Figaro, Cosi fan tutte du premier, Orfeo ed Euridice, Armide et Iphigénie en Tauride du second. On notera que si les airs de Mozart appartiennent tous à son répertoire italien, ceux de Gluck sont en majorité chantés dans les versions françaises originales. Camilla Tilling, une habituée de Covent Garden, d’Aix-en-Provence, de Glyndebourne, du Metropolitan Opera de New York ou la Monnaie de Bruxelles, avec des chefs tels que Gardiner, Herreweghe, Christie, Paavo Järvi pour n’en citer que quelques-uns, surfe allègrement dans une carrière qui la mène du baroque jusqu’au répertoire contemporain, puisqu’on a même pu l’entendre voici peu dans le rôle de l’Ange de Saint François d’Assise de Messiaen. © SM/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 6 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« Au long de vingt ans d’une carrière au sommet, Juan Diego Flórez a toujours chanté Rossini avec une rigueur mozartienne. Ce n’est que justice que de l’entendre aborder Mozart avec la science consommée du belcantiste. La grâce pure. » (Classica, novembre 2017)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 20 octobre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
À maintenant cinquante-deux ans, la soprano Angela Georghiu n’a rien perdu de son mordant, de son caractère – et surtout de sa voix, ainsi qu’en témoigne cet album d’airs du répertoire vériste italien. Ce sont pour une grande part de grands tubes : Vissi d’arte de Tosca, des moments saillants de Cavalleria rustincana, de La Joconde de Ponchielli, mais aussi des perles plus négligées comme La Bohème … mais pas celle de Puccini : celle, non moins fascinante et beaucoup plus proche du livre de Murger, composée par Leoncavallo ; ou encore Siberia de Giordano que l’on ne donne plus, et tant d’autres. Après une carrière planétaire faite d’éclats, de superbes réussites, de revirements, de virages et de virevoltages, la soprano serait-elle arrivée à un stade de quiétude qui lui offre précisément l’occasion de se replonger dans ce répertoire avec un regard nouveau ? À l’auditeur d’en juger, mais quoi qu’il en soit, il ne sera sans doute pas déçu. Pour deux grands duos, elle a fait appel au ténor Joseph Calleja et à la basse Richard Novak. © SM/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 27 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« Cette authentique belcantiste est une superstar en devenir. Outre les plus grandes qualités vocales, et malgré sa jeunesse, sa maîtrise technique, évidente dans ce « Spargi d’amaro pianto » est à couper le souffle.» (Classica, novembre 2017)