Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 septembre 2019 | Matador

Hi-Res
HI-RES19,99 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 14 juin 2019 | Columbia

Hi-Res
Quelques mois avant de souffler ses 70 bougies, le Boss sort un album en total décalage avec ses propres clichés. Un disque qui ne ressemble à rien de ce qu’il avait enregistré jusqu’ici. Bye bye le E Street Band, son efficace groupe d’armoires à glace qui fait se lever des stades entiers, et hello cordes, cuivres et chœurs ! Avec Western Stars, Bruce Springsteen se transforme surtout en Glen Campbell du troisième millénaire. On pense souvent au chanteur disparu en 2017 qui tendit le pont le plus solide entre pop, country et soul, voix aussi iconique que celle de Sinatra et Elvis, brillant sur les tubesques Gentle on My Mind, By the Time I Get to Phoenix, Wichita Lineman, Galveston et autre Rhinestone Cowboy…Comme son défunt aîné, Springsteen se détache volontairement du temps présent et joue davantage la carte intemporelle de l’innocence et de la nonchalance plutôt que celle de la résistance et de la défiance. A cette ambiance parfois aux frontières du kitsch, qui fleure bon la Californie fin 60's/début 70's (le Boss a dû se passer en boucle Jimmy Webb, Harry Nilsson et Burt Bacharach), s’ajoute une atmosphère cinématographique due à la production de soie et de velours de Ron Aniello, déjà à l’œuvre sur Wrecking Ball (2012) et High Hopes (2014). Rien donc de purement rock’n’roll dans ce luxueux album à prendre dans son intégralité. Drapé dans la mélancolie, Western Stars s’appréhende comme un roman ou un film, non comme une simple compilation de 13 titres. Un film qu’on se repasse en boucle pour mieux en sonder la beauté comme les secrets. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en sortant Nebraska. À l’opposé des cinq précédents disques du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Rock - Paru le 17 avril 2012 | Columbia

Hi-Res
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Rock - Paru le 1 août 1996 | Columbia - Legacy

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Rock - Paru le 1 août 1995 | Columbia - Legacy

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 12 avril 1993 | Columbia

Hi-Res
Durant les années 1990 et 2000, toutes les stars défilaient devant les caméras de la chaîne MTV alors régnante pour se produire en live acoustique. D’Oasis à Jay Z en passant par Nirvana, Neil Young, Alicia Keys, Lauryn Hill, Hole, Alice In Chains, Maxwell ou encore Kiss, chacun vient prouver qu’en débranchant les amplis, il assure aussi… Bruce Springsteen ne pouvait guère éviter cette épreuve du feu. Le 22 septembre 1992, aux Warner Hollywood Studios de Los Angeles, alors qu’il va démarrer sa grande tournée Human Touch/Lucky Town sans le E Street Band alors séparé, il met en boîte son MTV Unplugged à lui tout seul. Sauf que le Boss triche et son unplugged est en fait un… plugged ! Tout commence pourtant en acoustique avec Red Headed Woman mais les douze titres qui suivent sont bien électriques. Huit d’entre eux proviennent d’ailleurs de Human Touch et Lucky Town qu’il a publié le même jour, le 31 mars 1992. Deux albums certes honnêtes mais qui ne comptent pas parmi ses plus impressionnants. Les classiques Atlantic City (de Nebraska), Darkness on the Edge of Town (de l'album éponyme) et Thunder Road (extrait de Born to Run) viennent compléter le tracklisting d’un live sérieux et carré mais réservé aux fans hardcore du Boss. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 31 mars 1992 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 4 juin 1984 | Columbia

Hi-Res
En 1982, le Boss mettait tout le monde par terre avec Nebraska. Loin du grand barnum du E Street Band, sa puissante formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Springsteen a joué le contre-pied, à la surprise générale, avec ce chef-d’œuvre d’épure tout acoustique, conçu à la guitare et à l’harmonica… Deux ans plus tard, comment va-t-il gérer la suite ? En ressortant l’artillerie lourde ! Guitare acoustique et magnéto cheap à la cave, le Boss signe le retour de la vengeance de la substantifique moelle de son E Street Band : batterie de bûcheron, saxo hurleur, guitares bombant le torse et hymnes de stade, il retrouve son costard de porte-parole des laissés-pour-compte. Chômage, misère, séquelles du Vietnam et grisaille quotidienne, le poète électrique du New Jersey fait de nouvelles étincelles avec son rock’n’roll frontal et sans fioriture, mélodies implacables et refrains uppercut inclus. Rien de salement chauvin dans ce Born in the USA (Quel titre ! Quelle pochette !), mais l’éternel besoin viscéral d’être la voix des prolos négligés, des sans-grade abandonnés, bref de ceux qui font aussi la bannière étoilée ; même lorsqu’elle est très froissée… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 30 septembre 1982 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en publiant ce Nebraska. À l’opposé des cinq précédents opus du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 2 juin 1978 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 25 août 1975 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 9 novembre 1973 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 5 janvier 1973 | Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio