Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 2 mars 2018 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Comme son compatriote et aîné Christian Zacharias, le pianiste allemand Lars Vogt, né en 1970, s’adonne avec passion à la direction d’orchestre. Cet album est la dernière pièce composant sa nouvelle intégrale des concertos de Beethoven (y compris le Triple Concerto) qu’il dirige du clavier, à la tête du Royal Nothern Sinfonia, dont il est le directeur musical depuis 2015. Cet orchestre de chambre anglais de « formation Mozart » (quarante musiciens environ), basé à Newcastle, joue avec les plus grands musiciens de la jeune génération d’aujourd’hui. L’enregistrement des six concertos de Beethoven a été réalisé au cours de trois concerts pris d’assaut par le public. On y retrouve tout l’art du pianiste allemand démultiplié par les musiciens de l’orchestre auxquels il infuse sa façon de chanter par des phrasés larges et amples, mais aussi par cette manière particulière de faire rebondir la musique de Beethoven en accentuant systématiquement les syncopes au risque de la surarticuler. L’ensemble est très vivant grâce à un parcours musical constamment inventif au cours duquel le piano et l’orchestre s’adonnent à une brillante conversation. La prise de son privilégie le piano au point de souligner une certaine dureté de l’interprète qui sait heureusement doser le rêve, la réflexion et l’action, éléments essentiel du langage beethovénien. © François Hudry/QOBUZ/fév. 2018
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Wiener Symphoniker

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 20 octobre 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice

Piano solo - Paru le 17 février 2017 | Accentus Music

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Téléchargement indisponible
Invité régulier de la série Piano 4 Etoiles à Paris, Sunwook Kim s’affirme d’année en année comme l’un des pianistes de la jeune génération les plus passionnants. Ce jeune Coréen voue une passion au cycle des 32 sonates de Ludwig van Beethoven. Il a déjà gravé les Nos. 21 et 29, et regroupe dans ce nouveau volet trois autres œuvres ultra-jouées et ultra-enregistrées du maître de Bonn. Comment se distinguer dans un répertoire marqué par Backhaus, Schnabel, Kempff, Kovacevich, Grinberg, Richter, Gilels, et tant d’autres. Tout simplement en ne renonçant pas à s’y illustrer ! Dès l’ouverture de la Pathétique, Sunwook Kim impose une vision d’un lyrisme très soutenu, d’une grande clarté d’articulation et d’une sureté architecturale indéniable. Un album assez saisissant. N’hésitez plus, écoutez ! © PYL/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 décembre 2016 | Wigmore Hall Live

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Quintettes - Paru le 10 juin 2016 | Winter & Winter

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
« Les deux quintettes, à la fois concertos de poche et festins chambristes, gagnent une version à la fois spectaculaire et sophistiquée […]. Au clavier, Torbianelli donne l’élan d’un discours sophistiqué mais jamais décousu, plastiquement irrésistible, où l’art des transitions est aussi captivant que la beauté des caractères. Les vents lui répondent avec une qualité et une variété de phrasés hors du commun. Trop maîtrisé tout cela, trop sérieux ? Ecoutez comment ils mettent en scène l’impatience des vents autour du piano dans le finale de l’Opus 16 ! La prise de son […] de Philipp Heck est un tour de force, qui transmet dans leurs moindres frémissements l’énergie des attaques et l’inflexion permanente des phrasés. Indispensable aux hi-fistes autant qu’aux mozartiens. » (Diapason, novembre 2016 / Gaëtan Naulleau)
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 13 mai 2015 | Berlin Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
À une certaine époque, les airs isolés étaient composés pour venir s’intercaler dans un opéra déjà composé, soit par un autre compositeur, soit par le même qui souhaitait rajouter ou modifier selon l’humeur – ou l’humeur de tel ou tel gosier exigeant… puis le format s’est émancipé pour devenir l’ « air de concert » individuel destiné à mettre en valeur un soliste donné – l’ancêtre du lied avec accompagnement d’orchestre, en quelque sorte ? Beethoven, Mozart et Haydn se trouvaient à l’époque de transition entre air utilitaire et air autonome. Ce disque présente donc des partitions célèbres, comme le « Ah, perfido ! » de Beethoven ou encore le Ch'io mi scordi di te? de Mozart, immortalisé en son temps par Elisabeth Schwarzkopf, avec le jeune Brendel. Ici, la partie de piano est jouée sur un pianoforte par Malcolm Martineau. Et la cerise sur le gâteau est cet air du tout jeune Mendelssohn, dans la version originale avec violon soliste en plus de l’orchestre : une étonnante rareté ! Habituée des grandes scènes internationales tels que Salzbourg, Glyndebourne, Dresde, Berlin, Hambourg, Munich, Vienne, Paris ou Londres, la soprano allemande Christiane Karg, qui avait par exemple fait sensation sur la scène du Théâtre des Champs Elysées de Paris, en remplacement de Soile Isokoski, est prodigieuse ici d’intensité. © SM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 3 février 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Inclassable violoncelliste-star Matt Haimovitz (* 1970) : après une première décennie comme soliste sur la grande scène internationale, et comme artiste de la DGG où il entra dès l’âge de dix-sept ans, il décida de s’éloigner de ce monde trop formaté pour explorer d’autres répertoires – jazz, rock, pop, folk, crossover… – et d’autres lieux de concert : bars, cafés, clubs underground, restaurants, petites salles paumées à la campagne, pour y apporter les Suites de Bach et autres grands monuments à un public moins standardisé. Depuis 1999, son propre label discographique propose des œuvres différentes, des artistes moins marketés, et des visions inhabituelles du répertoire. C’est dans cet esprit quasiment frondeur qu’il nous offre l’intégralité des sonates et variations de Beethoven pour violoncelle et piano, ici jouées sur un pianoforte Thomas Broadwood de 1823, un modèle similaire à celui que le facteur offrit à Beethoven en 1817. Sonorités boisées de part et d’autre, pour une lecture hardie et beethovenienne, sans affectation ampoulée, de ces sublimes sonates.© SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 mars 2013 | Avie Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le Quatuor Valentin Berlinsky présente le deuxième volume de sa série Chostakovitch / Beethoven, avec respectivement le Quatuor n°3 et le Quatuor Razoumovski N°2. Yo-Yo Ma et David Zinman figurent parmi les fervents admirateurs de ce quatuor tout à fait exceptionnel, qui a joué entre autres avec Martha Argerich, Julia Fischer ou Radu Lupu. Basé à Zürich, le quatuor est formé de musiciens issus des orchestre de l'Opéra et la Tonhalle, et tire son nom du violoncelliste fondateur du Quatuor Borodine, dont la fille la pianiste Ludmila Berlinskaia est la partenaire régulière du quatuor.
HI-RES14,99 €
CD11,99 €

Musique symphonique - Paru le 31 janvier 2013 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice