Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Alia Vox

Hi-Res Livret
Lorsque cet album a été publié en 1993, il a fait aussitôt sensation dans la presse et les médias. Il faut dire qu’il arrivait dans le sillage de l’immense succès obtenu par Jordi Savall à la suite de Tous les matins du monde, le film d’Alain Corneau, d’après le roman-scénario de Pascal Quignard, qui mettait en scène Monsieur de Sainte-Colombe (Jean-Pierre Marielle) et Marin Marais (Gérard Depardieu), deux grands violistes du XVIIe siècle. Les musiques additionnelles, fort bien troussées par Jordi Savall, grand violiste du XXème siècle, ont valu à ce dernier le César de la meilleure musique de film, le Grand Prix de l’Académie Charles Cros et le titre de Soliste de l’année aux Victoires de la Musique. Ce fut un succès sans précédent qui a vu l’austère et confidentiel répertoire de viole de gambe arriver aux cimes du Top 50 ! Le recueil des Cantigas de Santa Maria constitue une des plus vastes compilations du XIIIe siècle parvenue jusqu’à nous. Composées en partie par le roi de Castille Alphonse le Sage (Alfonso el Sabio) à la tête d’un atelier d’artistes, entre 1250 et 1280, ces cantigas (chansons monodiques espagnoles) mystiques, mais non destinées à la liturgie, ont été très populaires dans toute la péninsule hispanique jusqu’au XVème siècle. Cette musique d’inspiration vernaculaire, à la naïve ferveur mariale, est inspirée par de nombreuses mélodies d’origine ou d’influence arabe ou juive, par leur mode ou leur rythmique. C’est un vaste corpus de plus de 400 chansons, existant sous la forme de 4 manuscrits qui se recoupent plus ou moins. Bien sûr, quelques pionniers avaient ouvert la voie, parmi lesquels René Clemencic, Thomas Binkley (déjà avec Montserrat Figueras), Esther Lamandier ou encore Joel Cohen, mais le travail quasi scientifique de Jordi Savall a rendu populaire du jour au lendemain cette musique joyeuse et fervente, grâce à une instrumentation colorée imaginée par Jordi Savall, ses chanteurs (magnifique Montserrat Figueras) et ses musiciens, donnant une vitalité exceptionnelle à une musique située aux confins des styles et des peuples et qui participe à la naissance de notre musique savante occidentale. Ecrite sur des textes glorifiant les miracles et la bonté de la Vierge, cette musique vise à plaire autant qu’à émouvoir, atteignant parfois une grande densité poétique et mystique. La démarche de Jordi Savall, les programmes de ses concerts et de ses disques font de la musique un instrument de médiation pour l’entente entre les peuples et les cultures. Son travail ne cesse d’être récompensé sur toute la planète, comme par exemple à Louvain, où l’Université Catholique lui décerne le titre de Docteur honoris causa ou encore l’UNESCO qui l’a nommé Artiste pour la Paix. La réédition de cet enregistrement célèbre a été réalisée avec soin, grâce à un nouveau montage et à une mastérisation multi-canal qui rend parfaitement justice aux sonorités des instruments anciens et à la spatialisation de l’ensemble. © FH/Qobuz