Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

3001 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Various Composers et Depuis 3 mois
17,49 €
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mai 2019 | 4AD

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Ce huitième album de The National se distingue par de petits grains de sable bienvenus dans la mécanique huilée du groupe américain, à commencer par la présence de nombreuses chanteuses venues apporter leur soutien au leader Matt Berninger sur la plupart des morceaux. On retiendra notamment la performance de Gail Ann Dorsey (bassiste de David Bowie) sur You Had Your Soul With You, ainsi que celles, particulièrement habitées, de Lisa Hannigan et Mina Tindle sur, respectivement, So Far So Fast et le très émouvant Oblivions. Pourquoi cette présence féminine soudaine au sein d’un groupe exclusivement masculin ? Sans doute parce que l’album est né après que le cinéaste Mike Mills a proposé à The National d’illustrer en chansons son moyen-métrage I Am Easy to find, qui se trouve être le portrait d’une femme. C’est donc le rapport aux images qui a mis un coup de pied dans la fourmilière de la pop du groupe de Brooklyn. On note par ailleurs, ici ou là, quelques références à certains classiques du cinéma, en particulier à Roman Holiday de William Wyler (1953). Mais à part ces quelques nouveautés cinématographico-féminines, les admirateurs de The National retrouveront la mélancolie légendaire du groupe, à la fois dans les textes et la musique. On retiendra notamment la présence de nappes de cordes déchirantes sur tous les morceaux (seule exception : les violons staccato de Where Is Her Head), ainsi qu’un piano introspectif récurrent (en particulier dans le très beau Light Years). Quant à la rythmique si singulière de Bryan Devendorf, elle joue sur les contrastes puisqu’on trouve ici de percutantes saccades (Rylan, The Pull of You), ou là un toucher sensuel (Hairpin Turns, I Am Easy to Find). © Nicolas Magenham/Qobuz  
30,99 €
21,99 €

Rock - Paru le 17 mai 2019 | Capitol Records

Hi-Res
Pas facile de s’appeler Paul McCartney en 2018… Quiconque se lance dans l’écoute d’Egypt Station sait d’avance qu’à 76 ans passés, l’ex-Beatle a peu de chances de livrer un album, ou ne serait-ce qu’une poignée de chansons, égalant ses chefs-d’œuvre du siècle dernier. D’ailleurs, Sir Paul le sait sans doute lui-même… Ce disque réussit pourtant à viser juste. Et même si sa voix n’a logiquement plus la superbe de son âge d’or, Macca reste un maître de la pop song finement taillée. Lui qui en a écrit des centaines n’a aucune leçon à recevoir mais à l’écoute de Hand In Hand, Do It Now, Dominoes ou Confidante, on retrouve les marqueurs d’un artisanat bien à lui. Niveau production, l’ancien leader des Wings a aussi l’intelligence de ne pas faire du jeunisme déplacé. C’est d’ailleurs le classicisme qui prédomine tout au long de cet Egypt Station qui ravira ses fans irréductibles. © Clotilde Maréchal/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Reggae - Paru le 17 mai 2019 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret
Depuis vingt ans, imperturbablement Tiken Jah Fakoly suit sa mission d’éveilleur de consciences. Sur fond de reggae roots, il dénonce les errances malsaines des puissants qui pillent l’Afrique ou mutilent la terre pour leurs seuls profits. Comme il le martèle dans Ngomi, « le peuple est son roi » et il en est un porte-parole légitime. Emporté par l’accrocheuse chanson-titre Le Monde est chaud coécrite avec le slameur et romancier remarqué Gaël Faye et le rappeur Soprano, qui y pose son flow, ce nouvel album met sur la table des problématiques actuelles : Fous de dieu et mouvements migratoires (No No No), esclavagisme moderne (Libya), réchauffement climatique (Le Monde est chaud) ou détérioration de la planète (Ecologie).  Le beatmaker ivoirien Akatché signe une production tonique et moderne qui rafraîchit les fondamentaux du rasta africain. La basse, la guitare, les trompettes et les percussions de Manjul jouent leurs rôles rastafariens, alors que la harpe kora, la vièle sokou, les luths kamele n’goni et n’goni, comme les tambours doumdoum et djembé ou la guitare typique du Guinéen Petit Condé apportent un net parfum mandingue, notamment sur Libya ou Dieu nous attend. Cosigné par Mike D’Inca de Sinsemilia, Ça vole assume des accents caribéens bienvenus. Fidèle à ce que Tiken Jah défend depuis les débuts de sa carrière : un reggae contemporain aux propos francs et lucides. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Rap - Paru le 17 mai 2019 | Columbia

Hi-Res
Pente ascendante pour le leader terrible d'Odd Future. Après avoir été le gamin le plus fascinant de la scène underground rap puis essuyé plusieurs ratés, Tyler avait avoué sa flamme pour les belles orchestrations et les beaux mâles avec l'excellent Flower Boy sous la chaleur de l'été 2017. L'homme en fleur révélait l'étendue de sa palette au moyen d'une soul/R&B apprêtée, soignée et terriblement sensible qui s'éloignait déjà des carcans rap, privilégiait l'étude plutôt que les fulgurances mal dégrossies façon Cherry Bomb. Une position divergente que l'Angelino avait déjà tenue, mais à son exact opposé trash, avec le poisseux Goblin. S'il suit musicalement les traces de Flower Boy dans la place accordée aux mélodies (EARFQUAKE, A BOY IS A GUN), IGOR ne ressemble finalement à rien d'autre et nous rappelle que si Tyler a autant enchaîné les sabotages, c'est que son génie restait mal contenu plutôt que bien géré.  Si Flower Boy gardait des beaux vestiges de l'époque Goblin, IGOR se radicalise. Ne vous y trompez pas : IGOR n'a rien d'un album rap. Non, IGOR raccroche les wagons entre rap, électro, soul, R'n'B avec d'énormes couches de mix, de synthés et de samples bien choisis (Head West, Bibi Mascel, Run DMC, Ponderosa Twins Plus One...) avec, toujours, cette influence prégnante de Pharrell Williams (I THINK) que l'on retrouve à la production d'ARE WE STILL FRIENDS?. Côté texte, Tyler déroule la panoplie des amours contrariées pour mieux soulever l'ambiguïté entretenue sur son homosexualité. Côté feat, on retrouve les habitués : Kali Uchis, King Krule, Frank Ocean, A$ap Rocky ou Playboi Carti. Un pur classique. © Charlotte Saintoin/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Jazz contemporain - Paru le 17 mai 2019 | Masterworks

Hi-Res Livret
Le trompettiste Theo Croker est né en 1985. Comme la plupart de ses congénères, il n’a évidemment pas grandi qu’au son du jazz. Rock, funk, hip-hop, soul et électro ont aussi nourri son éducation musicale et ses créations personnelles. Petit-fils du grand trompettiste Doc Cheatham et protégé de la chanteuse Dee Dee Bridgewater, il recontextualise toujours ses albums. Et Star People Nation ne déroge pas à la règle. « J'ai mis trente ans à analyser ma propre identité d'artiste noir pour enfin intégrer tout cela dans mon interprétation de la musique noire américaine, précise Croker. Nous avons été positionnés pour recevoir des transmissions créatives. Nous sommes ancrés dans le présent afin de façonner la vision de notre avenir. La star people nation est maintenant en mouvement. » Ainsi, cette Star People Nation est la traduction de son expérience personnelle, spirituelle et créative, mais aussi un recueil introspectif de compositions provocantes, passionnées et sans œillères qui parlent des valeurs humaines communes. En musique, Theo Croker traduit cela par un jazz assez funky, nourri aux percussions africaines, aux cuivres américains et aux ambiances caribéennes. Même lui ne se limite pas à sa trompette et joue ici des parties de claviers, de batterie, de percus et intervient aussi dans certains chœurs. Mais l’essence de ses compositions groovy au possible reste avant tout jazz. Et Croker s’inscrit dans la tradition de son instrument et chaque nouvel album confirme qu'il en est l’un des ambassadeurs les plus aventureux. © Marc Zisman/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Pop - Paru le 17 mai 2019 | Schoolboy - Interscope Records

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
17,49 €
14,99 €

Electro - Paru le 17 mai 2019 | WM Australia

Hi-Res
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 17 mai 2019 | Warner Bros.

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Opéra - Paru le 17 mai 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Musique de chambre - Paru le 17 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
En associant ces cinq chansons yiddish contemporaines de Leonid Desyatnikov, sorte de miroir de la vie du peuple juif de Varsovie sous la République de Weimar, et les merveilleuses œuvres de Schulhoff et Korngold issues de cette période si tourmentée de l’Entre-deux-guerres, cet album révèle l’étroite connexion du langage musical au sein des deux cultures juive et occidentale. Avec la complicité de la soprano Hila Baggio, le Jerusalem Quartet nous entraîne dans leur cabaret, dévoilant une gamme stylistique et émotionnelle des plus rares. © harmonia mundi
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

R&B - Paru le 17 mai 2019 | JUST LOOKING PRODUCTIONS

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Rap - Paru le 17 mai 2019 | Artside

Hi-Res
5,99 €
3,99 €

Zouk & Antilles - Paru le 17 mai 2019 | Heavenly Sweetness

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 mai 2019 | Music and Arts Programs of America

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mai 2019 | Constellation

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Variété francophone - Paru le 17 mai 2019 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Mirare

Hi-Res Livret
C’est en 1774 que Joseph Haydn fait graver son premier opus pour clavier seul et que Mozart aborde à son tour ce genre musical. Les cinq sonates présentées ici datent toutes des années 1773-1783, décennie qui va voir très vite le pianoforte devenir le medium favori d’un nouveau style d’écriture pour le clavier, au détriment du clavecin. Restait à trouver l’instrument pour parler cette langue nouvelle : le pianoforte allemand de la fin du XVIIIe enregistré par Jérôme Hantaï nous fait entendre une voix unique, expressive et chantante. © Mirare
13,49 €
8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mai 2019 | Trouble In Mind Records

Hi-Res