Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 13 mars 2020 | EnPhases

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 étoiles de Classica
« Le Belge Albert Dupuis (1877-1967) compte parmi les nombreux élèves de D’Indy. Sa Sonate en ré mineur (1922) porte la marque tardive de l’école franckiste et de la Schola Cantorum, mais sa plume est plus claire que celle de son maître. C’est là une découverte qui méritait d’être exhumée. [...] Formée par Zino Francescatti notamment, Gaëtane Prouvost se considère à bon droit comme une représentante de l’école franco-belge de violon, avec cet alliage de légèreté et d’intensité lyrique, indispensables dans un tel programme. Son partenariat avec l’excellente Éliane Reyes, elle-même précise et intense, puissante et raffinée, fonctionne à merveille et facilite l’accès à ces œuvres exigeantes.» (Classica, avril 2020 / Jacques Bonnaure)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 14 février 2020 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Après l’avoir qualifié de "magnifique album à tous égards", le magazine Diapason concluait son article sur "Suite Case. Violin Duos from Vivaldi to Sollima" avec cette question : "Pour quand pouvons-nous espérer le deuxième volume ?" Pour ce nouveau projet, le violon de Stefano Barneschi cède la place au violoncelle de Giovanni Sollima, ce musicien de Palerme aux multiples talents que l’on découvre sous une autre facette que celle de compositeur. Pour ce nouveau voyage, qui commence à nouveau avec Antonio Vivaldi, Giovanni Sollima et Chiara Zanisi passent de la musique ancienne à la musique contemporaine, du classique au folk (les Old Scots Tunes de Francesco Barsanti), avec deux joyaux inédits du compositeur romain Giovanni Battista Costanzi. L’enregistrement tout entier est ponctué de morceaux tirés de Suite Case, un cycle composé spécialement par Sollima pour ce projet. © Arcana
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Duos - Paru le 7 février 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Isabelle Faust et Alexander Melnikov font revivre sur instruments d’époque ces “sonates pour clavier avec accompagnement de violon ˮ, une tradition que Mozart a su renouveler de l’intérieur, ouvrant la voie à un Beethoven, un Schubert ou un Schumann. Le premier volume avait reçu de nombreux éloges : “à écouter en boucle, en attendant avec impatience le prochainˮ. (CHOC de Classica) “Cette lecture audacieuse, servie par une violoniste s'impliquant sans retenue, mérite le détour (Diapason) © harmonia mundi 
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Duos - Paru le 7 février 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
« Raphaela Gromes et Julian Riem ne font pas que nous dévoiler la version princeps (1881) de la Sonate en fa majeur, ils la confrontent magistralement à sa rédaction définitive (1883) bien connue, publiée comme opus 6. [...] Les fées se sont penchées sur le berceau de la violoncelliste munichoise de vingt-huit ans [...]. Technique exceptionnelle, vibrato subtil et expressif, sonorité chaude (quel mangifique Vuillaume !), archet incisif, tempérament de feu maîtrisé. D'autant que Gromes a pour complice un pianiste au pedigree impeccable (élève de Schäfer, Béroff, Buchbinder). À la beauté de l'interprétation s'ajoute le travail exemplaire des techniciens de la Radio bavaroise [...]. Les différences entre les deux versions — la première beaucoup plus lumineuse que la seconde — culminent dans le finale : celui de 1881, aux allures de scherzo, devrait contribuer à pousser vers les estrades de concert cette partition récemment éditée, même si sa redoutable difficulté la réserve à des interprètes aussi habiles et complices que nos deux héros. [...]» (Diapason, mai 2020 / Michel Stockhem)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 7 février 2020 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
Avec « Post-scriptum », Marina Chiche et Aurélien Pontier rendent hommage à cet âge d'or où les grands violonistes arrangeaient, transcrivaient ou pastichaient des pièces brèves pour agrémenter la fin de leur récital. Un album en forme d'évocation d'un temps perdu, à la redécouverte de ces petites pépites miniatures dont Heifetz et Kreisler étaient les plus beaux ambassadeurs. © Nomadmusic
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 31 janvier 2020 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 31 janvier 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 17 janvier 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
« [...] Les qualités de ces huit partitions rarement jouées du dernier tiers du XIXe siècle et l'entrain de leur interprétation nous conquièrent sans peine. L'invention mélodique y est permanente [...] Au plaisir de la découverte s'ajoute le charme d'une interprétation peaufinée, qui jongle continuellement avec la ligne mélodique. Les couleurs variées et soyeuses de la flûte de Juliette Hurel s'apparient à merveille au piano élancé d'Hélène Couvert, à la richesse de ses nuances et à la chaleur de sa sonorité. Un superbe panorama de la flûte au féminin.» (Diapason, mars 2020 / Jérôme Bastianelli)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 17 janvier 2020 | Zip Records

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Duos - Paru le 17 janvier 2020 | Aliud Records

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Duos - Paru le 6 décembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« La multiplication des intégrales en cinq et non plus trois sonates montre les violonistes désireux d'augmenter leur répertoire en annexant les deux de l'Opus 120 [...] L'adaptation par le compositeur lui-même est un gage d'authenticité. [...] La deuxième sonate de l'Opus 20 est la dernière composition instrumentale que Brahms ait lui-même publiée. Les interprètes y restituent le lyrisme délié et le ton "aimable" voulu par l'auteur, dans un dialogue apaisé [...] où les deux instruments font jeu égal. La lumineuse Sonate, Op. 100 [...] leur offre ensuite le loisir d'élans plus vigoureux [...] sans perdre de vue l'immense tendresse qui baigne les trois mouvements. [...] Une intégrale de haute facture.» (Diapason, mars 2020 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Duos - Paru le 15 novembre 2019 | Alpha

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - Qobuzissime
Ce dernier volet d’un triptyque intelligent et équilibré mérite bien un Qobuzissime ! Voilà quelques années qu’on suit le duo noble mais décontracté formé par le violoniste Lorenzo Gatto et le pianiste Julien Libeer. Le tandem belge a clos son intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven. Il y a beaucoup de spontanéité dans cette intégrale, mais cette fraîcheur n’est pas synonyme de désinvolture. Au contraire, fruit d’un travail réfléchi, elle s’épanouit à la façon d’un passionnant roman en trois chapitres. Le premier volume s’ouvrait comme un lever de rideau sur le monument Beethoven avec l’emblématique sonate dite à Kreutzer, une partition musclée qui déjoue les attentes du genre. La véhémence dramatique de son premier mouvement, lent et mineur, contraste avec la douceur du deuxième et confirme que la sonate est bien une partition pour deux instruments égaux et non un faire-valoir du seul piano, ici un Steinway. Le second délimitait les bornes d’un genre en expansion. De la première à la dernière sonate, en passant par la plus populaire, surnommée Le Printemps, on assiste à l’amplification générale des moyens. De l’Opus 12 à l’Opus 96, la forme s’élargit, les difficultés techniques s’accumulent et le divertissement laisse place à une rhétorique énergique. Pour ce deuxième album, le duo a choisi la puissance brillante du piano à cordes parallèles de Chris Maene. L’instrument donne la résonance nécessaire à leur lecture tantôt franchement piquante, tantôt tendrement subtile de ces partitions. Le troisième encadre l’éclat du Steinway (Sonates 6 et 7) du plus ample piano Maene (Sonates 3 et 8) et se consacre aux œuvres nées alors que la surdité du compositeur s’installe. Paradoxalement, ce cauchemar du compositeur a fait notre bonheur. Combinaisons variées des timbres, caractères et styles constamment renouvelés, autant d’inventions que Gatto et Libeer déclinent tout au long du cycle. Notre récompense éclaire rétrospectivement les deux premiers jalons d’une aventure qui a vaillamment tenu ses promesses. Une intégrale de référence à connaître et à faire connaître ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 15 novembre 2019 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Nés tous les deux à quelques mois d’intervalle, la même année dans l’Allemagne fragmentée d’alors, Bach et Handel ne se sont pourtant jamais rencontrés. Si le premier connaissait bien la musique du second grâce à sa réputation et aux éditions qui en découlaient, il est probable qu’Handel n’ait pas eu une connaissance étendue de la musique de Bach, cantonné toute sa vie dans de petites villes allemandes et peu édité de son vivant. Malgré leur volonté, les deux hommes ne se virent jamais, ce qui prive à tout jamais l’histoire de la musique d’une rencontre qui n’aurait sans doute pas manqué de saveur. L’imagination du duo formé par les musiciens espagnols, Lina Tur Bonet au violon et Dani Espasa au clavecin, a concrétisé musicalement cette improbable rencontre avec cet album consacré à des sonates des deux compositeurs. Le visuel de la pochette, montrant les deux musiciens en pleine partie d’échecs, décrit bien leur projet comme leur proximité. Tous les deux d’une extrême polyvalence, ils englobent un vaste répertoire qui abolit les frontières. Lina joue du violon baroque, le répertoire romantique et la musique contemporaine. Dani est directeur musical de l’ensemble Vespre d’Arnadí qu’il a fondé en 2005, compositeur, pianiste claveciniste et accordéoniste. Ils jouent tous deux avec les meilleures formations baroques actuelles. La vivacité de leur interprétation tout en virtuosité et en finesse répare un peu les ratés de la grande histoire. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 15 novembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Ce dernier volet d’un triptyque intelligent et équilibré mérite bien un Qobuzissime ! Voilà quelques années qu’on suit le duo noble mais décontracté formé par le violoniste Lorenzo Gatto et le pianiste Julien Libeer. Le tandem belge a clos son intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven. Il y a beaucoup de spontanéité dans cette intégrale, mais cette fraîcheur n’est pas synonyme de désinvolture. Au contraire, fruit d’un travail réfléchi, elle s’épanouit à la façon d’un passionnant roman en trois chapitres. Le premier volume s’ouvrait comme un lever de rideau sur le monument Beethoven avec l’emblématique sonate dite à Kreutzer, une partition musclée qui déjoue les attentes du genre. La véhémence dramatique de son premier mouvement, lent et mineur, contraste avec la douceur du deuxième et confirme que la sonate est bien une partition pour deux instruments égaux et non un faire-valoir du seul piano, ici un Steinway. Le second délimitait les bornes d’un genre en expansion. De la première à la dernière sonate, en passant par la plus populaire, surnommée Le Printemps, on assiste à l’amplification générale des moyens. De l’Opus 12 à l’Opus 96, la forme s’élargit, les difficultés techniques s’accumulent et le divertissement laisse place à une rhétorique énergique. Pour ce deuxième album, le duo a choisi la puissance brillante du piano à cordes parallèles de Chris Maene. L’instrument donne la résonance nécessaire à leur lecture tantôt franchement piquante, tantôt tendrement subtile de ces partitions. Le troisième encadre l’éclat du Steinway (Sonates 6 et 7) du plus ample piano Maene (Sonates 3 et 8) et se consacre aux œuvres nées alors que la surdité du compositeur s’installe. Paradoxalement, ce cauchemar du compositeur a fait notre bonheur. Combinaisons variées des timbres, caractères et styles constamment renouvelés, autant d’inventions que Gatto et Libeer déclinent tout au long du cycle. Notre récompense éclaire rétrospectivement les deux premiers jalons d’une aventure qui a vaillamment tenu ses promesses. Une intégrale de référence à connaître et à faire connaître ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 25 octobre 2019 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Les deux violoncellistes se connaissent depuis trente ans, et ont en commun une sonorité sans gras et un trait fin, souvent dessiné d'un archet vif dans les mouvements extrêmes. [...] Les complices se renvoient la balle avec entrain dans les rondeaux conclusifs des Opus 53 n° 1 et n° 3, ils savent aussi ménager des instants de pure grâce, comme dans le cantabile de l'Opus 51 n° 2, qui s'apparente à une double confidence amoureuse et s'éteint sur un murmure. Dans l'Opus 52 n° 3 qui referme l'album, on succombe à l'élégance souveraine du chant. Deux Tempo di Marcia (on pense bien sûr au Concerto militaire contemporain...) encadrent un Adagio auquel Phillips et Gastinel instillent une mélancolie pleine de douceur : cet Offenbach la larme à l'œil est un délice — et le sommet de l'album.» (Diapason, novembre 2019 / François Laurent)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 4 octobre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Vainqueur du tout premier Concours Reine Elisabeth de Bruxelles consacré au violoncelle en 2017, Victor Julien-Laferrière a également remporté la Victoire de la Musique Classique en 2018 dans la catégorie "Soliste de l’année". Ses enregistrements de musique de chambre avec le pianiste Adam Laloum ont obtenu de nombreuses récompenses, dont un "Diapason d’Or de l’Année" en 2016. Victor Julien-Laferrière rejoint Alpha Classics pour plusieurs enregistrements. Le violoncelliste français qui a étudié successivement avec Roland Pidoux, Heinrich Schiff et Clemens Hagen a décidé de graver deux sommets du répertoire, les Sonates de Rachmaninov et de Chostakovitch en compagnie du pianiste Jonas Vitaud avec lequel il a une grande proximité. Ensemble, ils ont beaucoup donné ces oeuvres en concert. Une pièce rare du compositeur russe Edison Denisov complète ce programme : les Variations sur un thème de Schubert, composées en 1986. © Alpha Classics
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 13 septembre 2019 | MUSO

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Duos, sonates et caprices pour violon et violoncelle. Ce parcours musical de duos, sonates et caprices offre une expérience riche et passionnante ; interpréter la musique des grands violonistes du XVIIIè siècle avec un accompagnement de violoncelle seul fait découvrir une nouvelle image sonore. La plénitude de seulement deux instruments de la même famille surprend, tandis que les couleurs infinies et la flexibilité inédite offertes par cette combinaison, révèlent un moment musical inoubliable. © Paraty
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Duos - Paru le 6 septembre 2019 | Delos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« " Sensationnel !!! [Gringolts et Kouzov] comprennent et sentent chaque fibre de ma musique. Je veux cet enregistrement !" s'exclame Jörg Widmann [...]. Les nouveaux venus nous offrent l'intégralité de ces aphorismes portant parfois la marque de Webern [...] ou Ligeti [...], lorsque ce n'est pas l'ironie de Schnittke. Aussi époustouflants de virtuosité qu'intimidants dans leurs rugissements, les interprètes savent mugir, griffer [...]. Ils peuvent aussi jouer sur la fragilité d'une respiration près de s'éteindre [...], explorer toutes les nuances de l'angoisse sans perdre la raison [...]. Pour encadrer cet incroyable kaléidoscope émotionnel, Gringolts et Kouzov ont choisi l'Opus 7 de Hanns Eisler (1924), qu'ils affranchissent de l'abstraction dans laquelle le jeune compositeur, tout juste sorti des cours de Schönberg, se complaît encore. Toujours très engagés, les deux complices jouent la carte de la séduction. [...] Tant mieux si la sonate de Ravel n'a pas la silhouette attendue dans ce répertoire [...].» (Diapason, mars 2020 / Nicolas Derny)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 30 août 2019 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
Émerveillé dès l'adolescence par des sonorités inouïes venues d'Orient, curieux du folklore d'Europe de l'Est, chérissant une culture espagnole en partie liée à ses origines intimes, Ravel ne cessera d'enrichir son écriture de rencontres réitérées avec l'altérité musicale. Ce programme nous entraîne dans un voyage qui revisite les facettes multiples de l'univers de Ravel et ses influences bigarrées. Mais nous y découvrons aussi que pour arpenter les terres inconnues de la musique, Ravel substitue bien souvent au bâton du pèlerin les mille trésors de son propre imaginaire. © Mirare« Sur deux instruments magnifiques, voici un Ravel tout en séductions, jusque dans Tzigane. Son plus bel atout ? Un arrangement "maison" des Cinq mélodies populaires grecques.» (Diapason, octobre 2019)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 30 août 2019 | Paraty

Hi-Res
Dans ce nouveau programme, le Duo Palissandre - Vanessa Dartier & Yann Dufresne - vous propose une mosaïque d’œuvres reflétant une esthétique française singulière qui se transforme au fil des siècles : le raffinement de la musique baroque pour clavecin du grand théoricien et humaniste Jean-Philippe Rameau dans deux extraits de la Nouvelle Suite en la ; la trop rare musique classique du compositeur et guitariste clermontois Antoine de Lhoyer dans un de ses chefs-d’œuvre : l’Opus 31 No. 3 pour deux guitares ; une transcription de la suite Dolly, la seule pièce de Gabriel Fauré écrite pour piano quatre mains, dans laquelle on peut apprécier tout son génie harmonique et son talent de mélodiste ; le célébrissime Clair de lune, extrait de la Suite bergamasque de Claude Debussy, compositeur emblématique du renouveau de la musique française du XXe siècle ; la Toccata de Pierre Petit, œuvre dédiée au duo de guitare historique Presti-Lagoya, pièce rondo parsemée d’hommages aux compositeurs qui l’ont marqué en cette fin de XXème siècle : Gershwin, Stravinsky. © Paraty