Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

850 albums triés par Meilleures ventes et filtrés par À paraître
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - À paraître le 20 septembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Le jeune baryton allemand Konstantin Krimmel a remporté le prestigieux "Preis des Deutschen Musikwettbewerbs" en 2019, ainsi que le Prix Helmut Deutsch. Il rejoint Alpha pour plusieurs enregistrements, à commencer par ce programme de Lieder qu’il a conçu avec sa partenaire de longue date, la pianiste Doriana Tchakarova. Cet amoureux des mots, particulièrement expressif en concert, a voulu pour son premier album « raconter une histoire » : il a choisi d’enregistrer des ballades, car « ce sont de véritables opéras, en quelques minutes… des mini-sagas qui laissent une grande liberté d’interprétation ». Parmi les grands auteurs présents, citons Schiller, Goethe ou Heinrich Heine… Aux côtés des incontournables Schubert et Schumann, ce programme présente un grand maître du genre, Carl Loewe, qui écrivit plusieurs centaines de ballades : inspirées de poèmes écossais ou de légendes danoises, les oeuvres enregistrées ici sont particulièrement éloquentes. On découvre aussi le plus rare Adolf Jensen, grand admirateur de Wagner qu’il rencontre en 1861 : « traduire les idées de "Beauté" et de "Vérité" de Wagner dans des formes réduites a été mon but dans mes dernières compositions». © Alpha Classics
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Rap - À paraître le 13 septembre 2019 | Baco Records

Hi-Res
HI-RES19,99 €
CD17,49 €

Rock - À paraître le 30 août 2019 | RCA Records Label

Hi-Res
Depuis deux ans, Tool monde en parle. Début 2018, le chanteur Maynard James Keenan a en effet quasiment saboté la promotion de Eat the Elephant, quatrième album de son « autre groupe principal », A Perfect Circle, en annonçant à la stupeur générale et un peu présomptueusement que le successeur de 10,000 Days était au stade des finitions et qu’il verrait le jour « au plus tard à l’automne 2018 ». Sachant que 10,000 Days, quatrième album du groupe, remonte à 2006 (autant dire, musicalement, une autre ère), même les moins cyniques n’ont pas tardé à plaisanter sur les réseaux sociaux qu’on aurait bien de la chance si ce nouveau Tool arrivait en 2029. Et voilà donc, en avant-garde de l’album du même nom, ce long et épique Fear Inoculum qui, à lui seul, comblera même les plus exigeants. Passé l’intro zen au son d'une cymbale ting-sha, d’harmonies lancinantes (guitares ou synthé) et d’un tabla, qui transportent l’auditeur dans un salon de massage, la voix éthérée de Keenan vient rappeler que l’ambiance relaxante ne tardera pas à laisser place à une atmosphère nettement plus oppressante. Tout au long de cette composition complexe, la basse de Justin Chancellor, la batterie de Dany Carey (qui a lâché le tabla) et surtout les multiples couches de guitares d’Adam Jones passent en revue les différents styles abordés par le groupe depuis sa naissance en 1990. Un parfait hors-d’œuvre pour un menu qui s’annonce gargantuesque. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Blues - À paraître le 27 septembre 2019 | Provogue

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Jazz contemporain - À paraître le 27 septembre 2019 | Mi'ster

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - À paraître le 20 septembre 2019 | BMG Rights Management GmbH

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop - À paraître le 20 septembre 2019 | Columbia

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Funk - À paraître le 6 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Alternatif et Indé - À paraître le 20 septembre 2019 | Warner Records

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €
Ma

Alternatif et Indé - À paraître le 13 septembre 2019 | Nonesuch

Hi-Res Livret
HI-RES55,99 €
CD48,99 €

Rock - À paraître le 27 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
HI-RES11,19 €15,99 €(30%)
CD8,04 €11,49 €(30%)

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Country - À paraître le 6 septembre 2019 | Low Country Sound - Elektra

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Alternatif et Indé - À paraître le 18 octobre 2019 | Vicious Circle

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - À paraître le 13 septembre 2019 | Infectious Music

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Metal - À paraître le 11 octobre 2019 | Century Media

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Country - À paraître le 20 septembre 2019 | BMG Rights Management (US) LLC

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Piano solo - À paraître le 23 août 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
On l’attendait autant qu’on le redoutait !Soucieux de soigner le retour du pianiste, Sony Classical – adieu Deutsche Grammophon – a déroulé le tapis rouge. Enregistré au Schloss Elmau et au Concert Hall de Raiding – Beethoven dans la première salle, Rachmaninoff dans la deuxième – ce nouvel album offre un son ample à la réverbération dosée. De quoi accueillir la rugosité du jeu de Pogorelich ainsi que ses nuances plus tendres. Une main de fer gantée de velours.Ivo Pogorelich ne cherche pas à séduire. De Rachmaninoff, il choisit la deuxième Sonate en si bémol mineur, op. 36 dans sa version originelle non raccourcie et dont les nombreuses sections dépaysent l’auditeur qui se perd avec le musicien dans une errance hallucinée. Pogorelich nous y conduit progressivement et nous apprivoise d’abord avec deux œuvres, certes, de Beethoven mais rares au disque : ses sonates n° 22 en fa majeur, op. 54 et n° 24 en fa dièse majeur, op. 78. Le répertoire choisi est donc à la fois sage (deux figures majeures du répertoire), ambitieux (des partitions exigeantes) et généreux (justement pour les raisons qu’on vient d’évoquer).Ouf, nous voilà donc en continent bien connu. En réalité, rien n’est moins sûr car l’interprète empoigne littéralement les partitions, déployant un discours héroïque dans un souffle puissant. Mais Pogorelich reste ce musicien expressif scrutant les textes avec autant de malice que d’âpreté, en dépit de tempos souvent plus lents. Le programme en est comme rétro-éclairé par une vision personnelle des œuvres. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Alternatif et Indé - À paraître le 30 août 2019 | Columbia

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - À paraître le 30 août 2019 | Music For Nations

Hi-Res