Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret
« Une joie profonde » : c’est ainsi que Masaaki Suzuki a envisagé son second enregistrement de la Passion selon Saint-Matthieu, réalisé vingt ans tout juste après le premier, dans la salle de concert du Saitama Arts Theater au Japon en avril 2019 pour le label BIS. Une occasion de faire le point puisque, dans ce laps de temps, le chef et son ensemble ont enregistré la musique chorale de Bach dans sa presque totalité, y compris les messes et les cantates sacrées et profanes complètes. Comme à son habitude, Suzuki collabore pour ce nouvel enregistrement avec des solistes européens, tel le jeune et splendide ténor allemand Benjamin Bruns dans le rôle écrasant de l’Evangéliste. D’autres solistes nous sont également familiers, tels Carolyn Sampson, Damien Guillon, Makoto Sakurada et Christian Immler. Rien de monumental dans cette nouvelle version intime et épurée, qui suit le récit funeste avec une grande sobriété. On y trouve néanmoins un grand élan de ferveur, et une certaine innocence, dans une optique luthérienne résolument dépouillée – il n’y a aucune recherche réelle de théâtralité. Signalons une nouvelle fois la qualité instrumentale exceptionnelle des solistes du Bach Collegium Japan et le doux moelleux des deux ensembles choraux. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret
La production de chants et de chansons (« Songs ») a toujours été très vivace sur le continent britannique depuis les œuvres pour luth et consorts du XVIIe siècle, avec John Dowland en particulier, jusqu’au XXe siècle où le genre est devenu aussi intellectuel que raffiné. Pour son nouvel album avec le pianiste Joseph Middleton, la soprano anglaise Carolyn Sampson a choisi des pièces composées au cours des cent-vingt dernières années, en omettant volontairement la musique de Britten et de Tippett largement enregistrée et donc connue du public. C’est la désinvolture un peu décalée de Walton qui ouvre les feux de ce plaisant album et qui le referme. Tout commence avec une pièce de circonstance décrivant divers aspects de la vie londonienne pour s’achever avec des extraits de Façade, une œuvre écrite sous l’influence du Groupe des Six et d’Erik Satie et qui avait fait scandale à Londres lors de sa création en 1923, propulsant du même coup son jeune auteur sur le devant de la scène britannique. Entre les deux, c’est un tourbillon de « vignettes » qui nous est proposé signées Ralph Vaughan Williams, Frank Bridge, Roger Quilter et Huw Watkins dont les Five Larkin Songs ont été commandées par Carolyn Sampson. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret
Après un extraordinaire Kullervo de Sibelius (Hypérion), un non moins remarquable album Bartók pour chez Onyx Classics, inutile de dire que la parution de cette Sixième Symphonie d’Anton Bruckner par Thomas Dausgaard chez BIS avec l’Orchestre Philharmonique de Bergen suscite l’intérêt. Sa vision de Bruckner est vive, sans excès. Elle met volontiers l’accent sur les différentes voix, soyeuses, de la polyphonie, et valorise surtout les pupitres de bois, renouvelant ainsi totalement les équilibres, notamment dans le merveilleux et si aérien Finale (Bewegt, doch nicht zu schnell) dont le thème mélodique conserve presque les échos d’une fête villageoise un rien badine.Une vision parfaite, qui aurait réellement mérité une prise de son plus claire. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret

Classique - Paru le 21 février 2020 | BIS

Téléchargement indisponible