Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 2 décembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - Prise de Son d'Exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 6 septembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 6 mars 2012 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 26 février 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le Chœur de solistes norvégien projette sa vocalité sur un autre de ses compatriotes, Fartein Valen (1843-1907). Ce compositeur philologue et botaniste, admiré de Glenn Gould, a creusé son sillon quelque part entre Brahms et la seconde école de Vienne. Il en résulte un programme lumineux qui, comme son titre l'indique, se "réfracte" vers d'autres territoires choraux de la première moitié du XXe siècle. [...] Le Norvégien étudiait à Berlin auprès de Bruch lorsqu'il écrivit ce Psaume CXXI dont chœur et orchestre mêlés font un grand geste de facture encore très romantique, plein de vie et de souffle. Un peu plus tard, la période berlinoise suscitait un Ave Maria (1915-1921) aux chromatismes entêtants, dont le charme, ici, doit en partie au chemin qu'y trace le soprano solo. » (Diapason, juin 2013 / Benoît Fauchet)