Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique concertante - À paraître le 13 septembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 mars 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Franz Liszt a soixante-sept ans lorsqu'il compose le Via Crucis. Il faudra toutefois attendre 1929, soit quarante-trois années après le décès du compositeur, pour que ce Via Crucis soit joué pour la première fois. Cette œuvre de la maturité est construite en quinze parties retraçant les étapes du chemin de croix du Christ, de sa condamnation à mort à la mise au tombeau. Mêlant chant grégorien et liturgie luthérienne, langues latine, allemande et araméenne, le Via Crucis de Liszt présente une véritable originalité de forme. Très croyant, le compositeur signe là l'œuvre sacrée la plus emblématique de son catalogue. Liszt en a composé plusieurs versions : pour chœur mixte, solistes et orgue (ou avec la partie d'orgue arrangée pour piano), pour piano seul, pour orgue seul ou encore pour deux pianos. Après un album consacré à Janáček, le Collegium Vocale, créé par Philippe Herreweghe, se trouve à nouveau dirigé par Reinbert de Leeuw pour ce nouvel enregistrement chez Alpha. © Outhere
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
« Jouer le répertoire exigeant et toujours en mouvement du quatuor à cordes suffit à bien remplir quatre vies... Portés par cet héritage, nous avons souhaité explorer des terres moins connues. Dès les premières années du XIXe siècle, Bartók et Kodaly parcouraient les villages de Hongrie et de Roumanie, recueillant, transcrivant et enregistrant des centaines de mélodies et chants populaires. Forts de plusieurs rencontres avec des sommités du jazz et de la musique du monde, nous avons fait appel à cinq compositeurs instrumentistes afin qu’ils nous écrivent des pièces inspirées d’univers musicaux qui leur sont proches. A ces compositions nouvelles, nous avons voulu ajouter Escalay, du joueur de oud égyptien Hamza el Din décédé en 2006, clin d’œil au quatuor Kronos dont la démarche nous inspire. » (Quatuor Voce). Un enregistrement réalisé sous la direction artistique de Vincent Segal. © Alpha Classics/Outhere
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 21 septembre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Le ténor Julian Prégardien rejoint Alpha Classics pour plusieurs projets d’enregistrement qui mettront en valeur toutes les facettes de son talent : lied, oratorio… Son premier album est consacré à l’un des plus grands chefs-d’œuvre de toute l’histoire de la musique, Winterreise, mais dans une version avec orchestre composée par Hans Zender en 1993. Zender choisit un effectif orchestral très différent des ensembles employés au XIXe siècle, avec par exemple un saxophone soprano, un accordéon, un harmonica, une machine à vent, une guitare, une percussion très abondante. Hans Zender qualifie son travail de « transformation créatrice » : « Ma propre lecture du Voyage d'hiver ne cherche pas une nouvelle interprétation expressive, mais elle profite systématiquement des libertés que chaque interprète s'attribue normalement de façon intuitive : ralentissement ou accélération du tempo, transposition dans d'autres tons, mise en valeur et nuancement des couleurs ». A l’occasion d’une version mise en scène de ce Winterreise, Christian Merlin a écrit dans "Le Figaro" en 2018 : « Un Winterreise envoûtant (…) Le ténor Julian Prégardien, aussi exceptionnel chanteur qu’acteur habité, brûle les planches en alliant expressivité vocale, amour du mot et présence théâtrale avec autant de sensibilité que d’intelligence ». © Alpha Classics/Outhere Music
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Musique de chambre - Paru le 13 avril 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Alors que le Troisième Quatuor de Chostakovitch et son Quintette avec piano font partie depuis longtemps du répertoire commun du Quatuor Belcea et de Piotr Anderszewski, ils n’avaient jamais rien enregistré du compositeur. Ce moment du parcours musical du quatuor d’un côté, du pianiste de l’autre, présente d’ailleurs une analogie intéressante avec la biographie du compositeur lui-même ; en effet, ce n’est qu’à l’âge de trente-deux ans, alors qu’il en était déjà à sa cinquième symphonie, que Chostakovitch écrivit son premier quatuor à cordes. Longtemps, ses exigences envers lui-même l’avaient tenu éloigné de ce qu’il considérait comme « le plus difficile de tous les genres musicaux ». L’impulsion, si l’on peut dire, vint – bien involontairement – de l’infâme Staline, qui avait provoqué la plus grande crise de la carrière de Chostakovitch : en 1936, le dictateur avait assisté à une représentation de Lady Macbeth de Mzensk, suivie peu après de la sinistre critique dans la « Pravda » qui avait craché « Le chaos remplace la musique » et fustigé une « musique hystérique, dégénérée ». Le jeune compositeur risquait arrestation et exécution ; et l’on ne s’étonnera guère qu’il se soit alors concentré sur le genre plus privé du quatuor à cordes. Libre à chacun de lire à travers les lignes d’éventuels messages de protestation politique ou humaniste, car il est fort possible de n’y voir aussi « que » de la musique pure quand bien même très éloquente. La remarque s’applique autant pour le Troisième Quatuor de 1946, dans lequel se mêlent des passages haydniens avec d’autres bien plus violents. Le Quintette pour piano et cordes date déjà de 1940, et il reçut le Prix Staline – voilà qui est symptomatique des relations imprévisibles entre Chostakovitch et le régime, qui le traita à tour de rôle de traître au peuple et d’artiste modèle. Le compositeur prétend avoir ajouté une partie de piano à son quintette afin de pouvoir la jouer elle-même et profiter des occasions de voyages que cela pouvait lui procurer… © SM/Qobuz
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Classique - Paru le 23 février 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
Vittorio Ghielmi, l’un des gambistes les plus reconnus aujourd’hui, est issu d’une famille de musiciens (son frère fonda Il Giardino Armonico avec Giovanni Antonini)… Parallèlement à ses lectures érudites et virtuoses de Marais ou de Graun, Vittorio Ghielmi est un artiste qui dépasse les frontières. Avec son ensemble Il Suonar Parlante, il recherche de nouveaux langages musicaux et collabore avec les grands du jazz (Uri Caine) ainsi que les maîtres de musique traditionnelle (Khaled Arman, Dhruba Ghosh). Avec "Gypsy Baroque", lui et ses amis tziganes nous présentent un album éblouissant et plein de vie. Il est allé en Transylvanie à la découverte des musiques gitanes du XVIIIe siècle qui se jouaient aux frontières de l’Empire ottoman et de l’Autriche… musiques qui ont influencé des compositeurs comme Mozart ou Haydn pour leurs fameuses « turqueries ». Pour cet enregistrement, il met en perspective ces musiques tziganes (dont seule la mélodie est écrite) avec les orchestrations de l’époque. Aux musiciens baroques de son ensemble, se sont joints des complices de longue date (la soprano Graciela Gibelli et la flûtiste à bec Dorothee Oberlinger) et des musiciens traditionnels, comme le violoniste slovaque Stanislav Palúch et Marcel Comendant, virtuose du cymbalum et de l’improvisation. Au-delà du témoignage « documentaire » passionnant, une véritable recréation musicale ! © Alpha Classics
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 27 janvier 2017 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Les œuvres choisies pour cet album reflètent l’éventail d’époques et de lieux correspondant au concert idéal du début du XVe siècle : on y troue les choses les plus récentes d’Antonio Zacara da Teramo et de Matteo da Perugia, à côté de « classiques » comme Jacopo da Bologna et Francesco Landini. Beaucoup de musique fut écrite localement, mais les frontières – naturelles ou politiques – n’empêchaient pas l’importation de grandes œuvres de Guillaume de Machaut et de Philippe de Vitry. Du reste, un compositeur italien cosmopolite tel que Filippotto da Caserta pouvait aussi bien écrire sur des textes français qu’italiens ou latins, en sachant que ses auditeurs comprendraient ou du moins apprécieraient la variété et la diversité de telles formes fantastiques (musicales et surtout mythologiques) dans leur juxtaposition. Ce que représentait pour les auditeurs de l’époque d’entendre évoquer les transformations et les voyages, les phénix et les serpents magiques, nous ne le saurons jamais exactement, mais nous savons ce à quoi cela ressemblait, grâce à l’ensemble La fonte musica, dont le centre d’intérêt principal couvre l’étonnant répertoire de la fin du Moyen Âge au début de l’humanisme, plus particulièrement centré sur le Trecento italien – le XIVe siècle donc. Au cœur de la démarche de La fonte musica se trouve l’exigence humaniste : « tornare alle fonti » (d’où le nom de l’ensemble), un « retour aux sources » de la polyphonie médiévale, à la signification plus profonde des textes, à un déchiffrage attentif de la rhétorique et de la grammaire musicales afin de traduire le langage de cette musique extraordinairement créative, expérimentale et raffinée – mais toujours méconnue dans une large mesure – et la laisser nous parler, aujourd’hui encore, du haut des voix et des instruments de l’époque : luth médiéval, harpe gothique, violons divers, flûte à bec et clavicymbalum – un psaltérion à clavier, ancêtre du clavecin. © SM/Qobuz
HI-RES16,79 €23,99 €(30%)
CD11,19 €15,99 €(30%)

Classique - Paru le 21 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES12,59 €17,99 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Classique - Paru le 24 septembre 2013 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 13 novembre 2015 | Alpha

Hi-Res Livret
Říkadla, ce sont des comptines, c’est également le titre de l’une des œuvres présentées par le Collegium Vocale Gent ; mais le présent album comporte bien d’autres splendeurs négligées de Janáček, pour petit ensemble vocal et/ou petit ensemble instrumental. Le Concertino pour piano et ensemble de chambre, écrit en 1925 – l’ultime grande maturité du compositeur donc –, rassemble trois cordes et trois vents autour du piano, pour une sorte de musique étonnamment discursive, presque une sorte de discussion entre les instrumentistes tour à tour tendre, animée, hargneuse, méchante même… un étonnant moment de musique de chambre. On y trouve aussi Janáček socialement engagé avec 1.X.1905, une pièce conçue pour le piano dont le compositeur avait lui-même détruit le manuscrit – mais le premier interprète en avait copié deux mouvements sur trois, de sorte qu’il nous en reste une trace ; Reinbert de Leeuw l’a adaptée pour un petit ensemble instrumental dans lequel intervient l’accordéon, une sorte de rappel que 1.X.1905 évoque la mort d’un ouvrier tué lors des manifestations en faveur d’une université tchèque à Brno (l’empire Austro-Hongrois imposait la germanophonie universitaire par la force ; l’Université ne fut fondée qu’en 1919, à la chute de la monarchie). Et bien sûr, l’on n’oubliera pas l’ouvrage majeur du CD, Říkadla, les comptines pour ensemble instrumental (on y entend même l’ocarina !) et chœur, un sommet dans l’art du compositeur. © SM/Qobuz
CD3,00 €5,99 €(50%)

Classique - Paru le 4 septembre 2015 | Alpha

Livret Distinctions Choc de Classica - Prise de son d'exception
Après de longues années de recherches et de maturation musicale, Alpha présente : Combattimenti ! Vincent Dumestre nous livre ici son interprétation de La Fiera di Farfa, œuvre totalement inédite au disque, accompagnée de joyaux de la musique vocale profane écrite par Monteverdi. La Fiera de Marazzoli contient la parodie du célèbre Combatimento di Tancredi e Clorinda (composé une année plus tôt), qui justifie ici sa présence. Nous avons ainsi choisi de faire figurer les deux œuvres, accompagnées d’un complément de programme qui fait écho à La Fiera (nous citerons entre autre le trio de pêcheurs qui rappelle par son écriture le célèbre Lamento della Ninfa de Monteverdi ; ou le non moins célèbre Hor ch’el ciel, figure emblématique du premier baroque qui influencera fortement l’écriture musicale à venir…). Composé par Marco Marazzoli en 1639, La Fiera di Farfa est un interlude opératique, pur théâtre mis en musique, comme on en trouvait dans les théâtres de foire italiens au XVIIe siècle. Cette œuvre était si connue qu’elle fut notamment mise en scène par Le Bernin, et repris tout au long du XVIIIe siècle, et encore commentée durant le XIXe siècle.  
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Folk - Paru le 10 février 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Suite au lyrique Birds On A Wire, la délicate Rosemary Standley dévoile Love I Obey, du titre d’une mélodie de William Lowes, compositeur anglais du XVIIème siècle. Il représente bien l’esprit de l’opus, entre interprétations de Purcell, composition d’Henry VIII, ballades oubliées et chants traditionnels américains ; Rosemary Standley s’est pour cela entourée de l’ensemble de Bruno Helstroffer, guitariste et luthiste, qui collabore avec des musiciens spécialistes des instruments anciens (théorbe, viole de gambe, clavecin…). Un projet salutaire qui fait revivre un répertoire vieux de 400 ans dans une modernité surprenante. © HR/Qobuz
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Classique - Paru le 23 septembre 2014 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Piano solo - Paru le 11 mars 2014 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Pour ce premier disque chez Alpha, Sergey Kasprov, jeune artiste russe formé au Conservatoire de Moscou, défie les lois du temps. Il a en effet choisi de faire dialoguer les grands génies baroques et les romantiques russes : Rameau, Lully, Loeillet, Bach et Scarlatti relus et corrigés par Tausig, Godowsky et Rachmaninov.
HI-RES1,50 €2,99 €(50%)
CD1,00 €1,99 €(50%)

Classique - Paru le 16 décembre 2013 | Alpha

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
CD7,50 €14,99 €(50%)

Messes, Passions, Requiems - Paru le 21 octobre 2013 | Alpha

Livret
HI-RES10,50 €20,99 €(50%)
CD7,00 €13,99 €(50%)

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
C'est la rare version de Dardanus revue en 1744 par Rameau que Raphaël Pichon nous propose ici. Enregistrée en concert à l'Opéra Royal de Versailles, après avoir été présentée au Festival de Beaune, elle est animée de bout en bout par la direction vigoureuse du jeune chef avec un plateau aux mérites divers. La belle voix de ténor de Bernard Richter, assorti d'une impeccable diction, fait ici merveille, même si le style passionné de son chant est quelquefois un peu trop romantique. Alain Buet, Gaëlle Arquez, Sabine Devieilhe complètent cette distribution. La partition de Rameau regorge de pages admirables, dans une instrumentation pleine d'heureuses trouvailles (le basson de "Lieux funestes" ou les flûtes gazouillant dans l'ariette "Amour, Amour" au IVe acte) qui sont soigneusement mises en valeur par l'Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon. Le moment éphémère du concert est ainsi heureusement prolongé par le disque. FH
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Musique concertante - Paru le 9 avril 2013 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Le meilleur et le plus ancien orchestre du monde est l'ancêtre de la Staatskapelle de Dresde d'aujourd'hui. C'est pour cet orchestre magnifique, inspiré des fastes de Versailles, que Vivaldi a composé plusieurs opus réunis dans cet album festif. On y trouve des concertos que Vivaldi composa pour les solistes virtuoses de cet orchestre de légende. Un véritable festival de couleurs et de rythmes.
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Classique - Paru le 9 octobre 2012 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
Quelle joie de suivre dans les petites rues bruyantes de Naples le ténor Marco Beasley et son compère Guido Morini, compositeur et arrangeur. Leur itinéraire est un voyage fictif dans la musique vocale napolitaine du XVIème siècle à nos jours. Avec des accompagnements très soignés, Marco chante les joies et les peines de l'amour sous le soleil de Naples. Le plaisir est encore décuplé par la qualité d'une prise de son offrant une présence et une spatialité idéales. FH
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 11 septembre 2012 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
La genèse de cette « Grand-Messe » demeure encore aujourd’hui en partie mystérieuse. Après avoir joué et enregistré pendant plusieurs années les Messes dites « luthériennes » (BWV 233 à 236) avec l’ensemble Pygmalion, Alpha propose ici la version primitive de la Messe en si mineur BWV 232, autrement dit la « cinquième Messe Brève », ne comportant que le Kyrie et le Gloria, portant donc l’appellation de Missa, et écrite en 1733 à l’intention du Prince électeur de Saxe installé à Dresde. Version presque inédite, cet enregistrement clôt le cycle des Messes Brèves de manière spectaculaire et confirme la qualité technique et artistique du jeune ensemble Pygmalion.