Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

129 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Symphonies
HI-RES2,99 €13,49 €(78%)
CD1,99 €9,99 €(80%)

Symphonies - Paru le 7 avril 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES2,00 €3,99 €(50%)
CD2,00 €3,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 1 janvier 1961 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES2,50 €4,99 €(50%)
CD2,50 €4,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 1 janvier 1961 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES2,50 €4,99 €(50%)
CD2,50 €4,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 1 janvier 1955 | BnF Collection

Hi-Res Livret
NOTA : Précisons qu'il s'agit bien de l'Orchestre Symphonique de Vienne et non du Philharmonique de Vienne comme indiqué par erreur sur la couverture.
HI-RES3,75 €7,49 €(50%)
CD2,50 €4,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 1 janvier 1960 | BnF Collection

Hi-Res Livret
Selon le manuscrit, la symphonie en ut fut commencée le 29 octobre 1855 et achevée le $!# ! (chiffre illisible) novembre de la même année. Lorsque l’on vous aura dit que le compositeur n’est autre que Georges Bizet, né le 25 octobre 1838, il suffira de faire le calcul : le petit Georges avait dix-sept ans et quatre jours lorsqu’il commença, et dix-sept ans et $!# ! jours lorsqu’il l’acheva. Une œuvre de la prime jeunesse donc, et pourtant, quel absolu chef-d’œuvre ! Déjà se dévoile la capacité du compositeur à brosser des phrases d’une infinie longueur – en particulier dans le deuxième mouvement –, son invention harmonique craquante comme un pré sous la rosée, ses trouvailles sonores. Un parfait coup de génie pour ce qui n’était pourtant qu’un exercice de Conservatoire : l’ouvrage ne fut jamais joué du vivant de Bizet, et lui-même n’en fit jamais mention dans sa correspondance. Ce n’est que bien des années après sa mort que sa veuve donna le manuscrit à Reynaldo Hahn, qui le versa dans les archives du Conservatoire où en 1933 un musicologue le redécouvrit, le proposa à Felix Weingartner – création triomphale en 1935. Comment un tel bijou put-il rester si longtemps négligé, y compris par son propre créateur ? Allez hop, direction, Discothèque idéale, dans la très piquante interprétation de Thomas Beecham en 1960 avec l’Orchestre National de la Radiodiffusion Française, l’ancien nom du désormais Orchestre National de France. © SM/Qobuz
HI-RES2,50 €4,99 €(50%)
CD2,50 €4,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 1 janvier 1955 | BnF Collection

Hi-Res Livret Distinctions Vieux Sequins
Charles Dean Dixon, plus connu sous le nom de Dean Dixon (1915-976) fut le premier chef noir-américain à se voir confier de grandes phalanges symphoniques dans son pays, et à prendre des postes en Europe. Né à Harlem, il a étudié avec Stoessel à la Juilliard Schoo. Empêché de diriger des orchestres en tant que chef invité pour raisons raciales, il forma son propre orchestre en 1931. Mais en 1941 il fut enfin invité au NBC Symphony et au New York Philharmonic pour sa saison d'été. Dès lors, il le fut sans discontinuer, en particulier à Philadelphie et à Boston. Durant la suite de sa carrière, il a contribué largement à une meilleure connaissance de la musique symphonique américaine. On vous propose en Vieux Sequin de choix, cette interprétation des troisième et quatrième symphonie de Schumann par Dean Dixon à la tête de l'Orchestre de l'Opéra de Vienne.C'est en allemand, mais on vous recommande aussi de regarder ce documentaire publié sur le site de la Hessiche Rundfunk de Francfort dans lequel on voit Dean Dixon à la tête de l'Orchestre de la Radio de Francfort, qu'il dirigea de 1961 à 1974. Enfin, en cherchant attentivement, vous retrouverez sur Qobuz derrière ce lien que Dean Dixon nous a laissé des enregistrements d'un partenariat avec Clara Haskil sur le Quatrième Concerto de Beethoven et une Neuvième à Francfort ainsi qu'un Perséphone de Strawinski, des œuvres de musique américaine... bref, de quoi passer quelques belles heures en compagnie de ce musicien remarquable qui, comme on l'a souvent plaisanté, est passé peu à peu du statut de "chef d'orchestre noir américain Dean Dixon" à celui de "chef d'orchestre américain Dean Dixon", puis "Chef d'orchestre Dean Dixon".
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Symphonies - Paru le 24 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Symphonies - Paru le 24 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res
HI-RES6,09 €8,99 €(32%)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Symphonies - Paru le 1 avril 2014 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - La Clef du mois RESMUSICA
Vasily Petrenko poursuit avec succès son intégrale des Symphonies de Chostakovitch à la tête de l'Orchestre Philharmonique Royal de Liverpool, le plus ancien orchestre professionnel du Royaume-Uni, dont il est le directeur artistique depuis 2006. Composée en 1969, la Symphonie no 14 est, comme toutes les dernières oeuvres du compositeur russe, marquées par l'imminence et la crainte de la mort. Ecrite pour deux solistes vocaux (soprano et basse), un orchestre à cordes et percussion, elle convoque des textes de quatre poètes (Garcia-Lorca, Apollinaire, Küchelbecker et Rilke) abordant le thème de la mort qui peuvent être chantés soit dans leur langue originale soit en russe, ce qui est le cas de cette version. Cette belle et grave symphonie est dédiée à l'ami Benjamin Britten. Vasily Petrenko montre les subtilités de Chostakovitch et pas seulement son côté démonstratif ou grinçant. Cet enregistrement confirme qu'il s'agit bien d'une des grandes intégrales contemporaines des Symphonies du géant russe. FH
HI-RES6,09 €8,99 €(32%)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Symphonies - Paru le 9 juin 2017 | Naxos

Hi-Res Livret
Les Symphonies n° 8, 9 et 11 de Villa-Lobos furent toutes trois créées par de grands orchestres nord-américains : Philadelphie (respectivement sous la direction du compositeur en 1950 et d’Eugene Ormandy en 1952) pour les deux premières, puis Boston dirigé par Munch en 1955 pour la dernière. Ce sont là d’intenses chefs-d’œuvre de l’ultime maturité du compositeur, un personnage alors célébré, mais dont la musique semble avoir un peu été négligée depuis sa disparition en 1959 hormis pour quelques indéboulonnables tubes tels que les Bachianas Brasileiras. Dommage que l’on ne joue pas plus bien plus fréquemment ses (très imposantes, souvent, il est vrai) symphonies au-delà des frontières brésiliennes, même si l’on ne peut que se réjouir de les entendre ici enregistrées par l’Orchestre Symphonique de l’État de Saõ Paulo, sans doute le meilleur du pays, dirigé par le non moins brésilien et brillant chef Isaac Karabtchevsky. Notez que ce ne sont pas là des rééditions mais bel et bien des enregistrements récents, réalisés en 2015 et 2016, et dont la vitalité rend pleinement justice à cette musique prométhéenne de l’infatigable Villa-Lobos qui, jusqu’à son dernier souffle, irradiait l’imagination et le génie. © SM/Qobuz
HI-RES6,09 €8,99 €(32%)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Symphonies - Paru le 3 février 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES6,09 €8,99 €(32%)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Symphonies - Paru le 27 octobre 2009 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Symphonies n° 5 & n°9 / Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, direction
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Symphonies - Paru le 12 juillet 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
C’est en entendant à l’âge de quinze ans la Symphonie « Pathétique » de Tchaïkovski dirigée par Arthur Nikisch, que le jeune Nikolaï Miaskovski se détourna de ses études d’ingénieur, alors qu’il faisait partie d’un bataillon de sapeurs à Moscou. Élève, comme son grand ami Prokofiev, de Reinhold Glière, il étudia ensuite la composition avec Rimski-Korsakov et Liadov. Compositeur prolixe, Miaskovski laisse, entre autres, vingt-sept symphonies qui sont peu à peu enregistrées. Il dirigea le Conservatoire de Moscou pendant une grande partie de sa vie. Récipiendaire à cinq reprises du Prix Staline, Miaskovski fut un des compositeurs de premier plan du régime soviétique, réussissant habilement à louvoyer avec les autorités sans devoir s’engager ouvertement dans une confrontation idéologique. Mais, en 1947, il est désigné avec Chostakovitch, Khatchaturian et Prokofiev, comme l'un des principaux auteurs de la création de musique à tendance anti-soviétique, anti-prolétarienne et formaliste. Il ne fut réhabilité qu’après sa mort d’un cancer en 1950. Sa Première Symphonie, composée pendant ses études en 1908, puis révisée en 1921, est encore toute empreinte des compositeurs russes de sa jeunesse, en particulier Tchaïkovski, Glazounov et Taneïev. Datée de 1933, sa Symphonie n° 13 n’a été créée qu’en 1994 lors d’un concert avec l’Orchestre de la BBC du Pays de Galles. Elle fait partie des années expérimentales de Miaskovski qui abandonnera ensuite les dissonances que l’on peut entendre ici. Moins connu que ses contemporains Prokofiev et Chostakovitch, Miaskovski reste à découvrir. Homme introverti comme sa musique, il ignore le sarcasme ou l’humour grinçant au profit d’une musique austère et sans concession. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Symphonies - Paru le 7 avril 2015 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Symphonies - Paru le 13 octobre 2017 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 7 avril 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Musique et totalitarisme… La septième symphonie de Chostakovitch a fait l’objet de maintes appropriations politiques et chauvines, toutes plus inutiles les unes que les autres. Que tel enchaînement de notes décrive Staline ou Hitler ou le Petit chaperon rouge n’est que convention ou imagination, et d’ailleurs rien n’atteste que le compositeur lui-même ait dévolu tel ou tel thème à ceci ou cela, ou même que cette symphonie officiellement appelée Léningrad ait été entièrement conçue lors des faits de guerre que connut la malheureuse ville. Ce sont surtout les observateurs, les chroniqueurs, les amis et familiers qui – après la mort de Chostakovitch ! – ont affirmé des tas de choses. Le mieux pour l’auditeur est tout simplement qu’il se réjouisse de cette nouvelle interprétation signée de Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre national de Russie. Le chef a su justifier musicalement de l’extravagante longueur des divers mouvements – le plus court dure douze minutes, le premier carrément une petite demi-heure – en déployant une impressionnante panoplie de couleurs, de sonorités, qui rendent pleinement justice à la musique sans se préoccuper d’une guigne du prétendu contenu historico-politico-ceci-cela. © SM, Qobuz 2015 « Une symphonie "Leningrad" sans chape de plomb mais d'une décantation radicale, c'est le pari tenu à Moscou par Paavo Järvi, qui signe là un de ses meilleurs disques. [...] Enregistré à la quasi-perfection à la tête d'un National de Russie des grands jours, Paavo Järvi trouve une force extrême dans la mise en valeur de chaque détail et par l'exigence d'une profonde continuité dramatique » (Diapason / septembre 2015 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 17 novembre 2015 | Phi

Hi-Res Livret
Pour cette tout nouvelle aventure schubertienne (l’enregistrement fut réalisé à l’été 2014), Philippe Herreweghe a choisi trois « symphonies de jeunesse » de Schubert, sachant que le terme « de jeunesse » ne signifie en rien que ce seraient là des ouvrages insatisfaisants ou inaboutis. Certes, le compositeur avait entre seize et vingt-et-un ans lorsqu’il écrivit ses Première, Troisième et Quatrième symphonies, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne manqua jamais de maturité précoce. Avec la Philharmonie Royale de Flandres, Herreweghe privilégie la transparence, l’aspect « musique de chambre à cinquante musiciens », dans une conception teintée de ses nombreuses recherches dans le domaine de l’exécution « à l’ancienne » ; et même si l’orchestre joue sur instruments modernes, Herreweghe leur imprime des articulations, des phrasés, des couleurs, tout à fait particulières. © SM/Qobuz
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Symphonies - Paru le 3 février 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La Troisième Symphonie du génial Alfred Schnitte était une commande à l’occasion de l’ouverture du nouveau Gewandhaus de Leipzig, et créée par l’excellent orchestre-maison que l’on sait. Le compositeur y renoue avec une certaine tradition mahlerienne ou straussienne du très grand orchestre, de la forme imposante, de l’opulence harmonique, thématique et chromatique… Un langage peut-être plus « germanique » que russe, mais Schnittke n’est-il pas un citoyen soviétique qui dit lui-même « ne pas avoir une goutte de sang russe » ? Son héritage allemand, sa culture germanique d’ « Allemand de la Volga », ses trois ans vécus à Vienne juste après la Guerre, le poussent tout naturellement vers un monde duquel ne sont pas absents Hindemith, Bach, Schütz, Beethoven, Orff, Weill, Schumann, Mendelssohn, Wagner bref, un peu tout un monde qui a pu à un moment ou un autre avoir un quelconque lien avec Leipzig. Mais il ne s’agit pas d’un collage, ni même d’une œuvre « à citations » – certes, l’ouvrage s’achève sur l’inévitable B-A-C-H à jamais associé avec la ville, mais c’est là une tournure plutôt qu’un socle. On entend ici l’Orchestre de la Radio de Berlin, sous la direction de Vladimir Jurowski, pour une vision apocalyptique de cette œuvre apocalyptique en diable, malgré les quelques accents rédempteurs de l’ultime instant. Un chef-d’œuvre absolu de la musique symphonique au cours du XXe siècle tardif. © SM/Qobuz
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Symphonies - Paru le 1 décembre 2017 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Après le succès rencontré par son album autour des Symphonies n° 1, 3 et 4, paru chez Phi en 2016, Philippe Herreweghe nous propose la suite de ce travail réalisé avec la Philharmonie royale de Flandre : la Symphonie n° 2, D. 125, et la Symphonie n° 5, D.485 – toutes deux en si bémol majeur. Comme les premières, ces oeuvres de jeunesse – écrites alors que le compositeur Viennois n’avait pas vingt ans – sont les débuts prometteurs d’un artiste déjà en pleine possession de ses moyens. Elles témoignent d’un esprit tout en finesse et raffinement quant à la construction symphonique de grande envergure, bien que la Cinquième soit celle dont l’instrumentation est la moins fournie – elle est la seule qui ne demande ni clarinette, ni trompette, ni timbale. La Deuxième, de caractère léger, n’en demande pas moins de subtilité à l’orchestre – ce que Philippe Herreweghe et la Philharmonie imposent par leur jeu précis et intelligent. © Phi
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Symphonies - Paru le 2 octobre 2015 | Gustavo Dudamel

Hi-Res Livret