Votre panier est vide

Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

119 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique symphonique, 24 bits / 96 kHz - Stereo et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Ballets - À paraître le 30 octobre 2020 | PM Classics Ltd.

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 octobre 2020 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Symphonies - Paru le 25 septembre 2020 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 25 septembre 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
À la tête de l’Orchestre National de Lille depuis 2016, Alexandre Bloch a choisi de consacrer toute une saison de concerts aux symphonies de Mahler, dont la 7e (1904-1905) est la plus rarement enregistrée. Un traitement injuste car cette œuvre surnommée a posteriori « Le chant de la nuit » témoigne tout autant que les autres symphonies de la grandiloquence métaphysique qui habitait le compositeur autrichien lors de sa gestation. De l’Adagio lugubre du premier mouvement au tonitruant Rondo clôturant la pièce, Alexandre Bloch et son orchestre parviennent à nous faire passer de l’angoisse du crépuscule aux extases de l’aurore. © Alpha Classics
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 septembre 2020 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
Le troisième projet de la philharmonie zuidnederland rassemble des oeuvres du compositeur néerlandais Hendrik Andriessen et d’Hector Berlioz. C’est un jalon du répertoire français d’Andriessen qui a été choisi, le cycle de mélodies Miroir de peine (1923) sur des textes d’Henri Ghéon, ici défendues par le chant très expressif de la mezzo-soprano Christianne Stotijn. On y trouve également la Symphonie fantastique de Berlioz. Une oeuvre que le compositeur romantique écrivit à la fin d’une période de « surchauffe mentale » causée par son amour pour Harriet Constance Smithson. Avec ce véritable bijou, "Épisode de la vie d’un artiste, Symphonie fantastique en cinq parties" de son titre original, il a mis toutes les techniques en oeuvre pour séduire le public. Berlioz ne laisse rien à l’imagination. © Fuga Libera
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Symphonies - Paru le 28 août 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
Il reste fascinant d'entendre le cheminement de Charles Ives dans le genre de la symphonie. De la Première (1898), relativement classique, ancrée dans la tradition européenne, dans le sillage d'un Schumann ou d'un Brahms via Dvořák et Tchaikovski, mais qui malgré tout demeure prodigieuse par sa grande maîtrise structurelle, à la Quatrième (1910-1916, créée uniquement en 1965), ovni comme il n'en existe aucun autre dans l'histoire du genre, c'est une plongée dans l'atelier d'un avant-gardiste qui aura décidé de suivre des chemins inconnus et bien escarpés, et qui marquera à tout jamais la musique américaine. Gustavo Dudamel est d'un lyrisme poignant dans le premier opus, qualité qu'il maintiendra jusque dans la Quatrième, dont on saisit moins l'esthétique de collage fourmillante que dans d'autres interprétations, à commencer par Christoph von Dohnanyi (Decca) qui recherchait la modernité dans tous les interstices de cet ouvrage, même si la poigne naturelle de Dudamel y apporte aussi son grain de folie - la fin de l'Allegretto, avec ses superpositions complètement insensées de musiques militaires et mélodies folkloriques ! Véritable événement, cet ensemble est un apport décisif au catalogue Deutsche Grammophon, qui, depuis les disques célèbres mais sélectifs de Seiji Ozawa et Michael Tilson Thomas (Boston, au début des années 1970), Leonard Bernstein (New York, années 80) et de l'Orpheus Chamber Orchestra (New York, années 1990) ne s'illustra pas dans ce répertoire orchestral. La proposition de Dudamel vient ainsi compléter le récent enregistrement de Tilson Thomas sur le label du San Francisco Symphony. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 15 mai 2020 | Berlin Classics

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
L’Orchestre de la Wiener Akademie et son chef Martin Haselböck poursuivent la série "Resound Beethoven", sur instruments d’époque, en respectant scrupuleusement l’implantation de l’orchestre d’il y a deux cents ans. Le volume 8, dernier de la série, est consacré à deux œuvres emblématiques toutes deux dédiées au prince Franz Joseph Maximilian Lobkowitz et au comte Andreï Kirilovitch Razoumovski : les Symphonies n° 5 et n° 6. Chacune de ces symphonies a hérité d’un nom qui lui est propre. Si la Symphonie n° 5 est parfois appelée « Symphonie du destin » pour des raisons plus ou moins avérées, Beethoven a lui-même qualifié de "Pastorale" la Symphonie n° 6, l’inscrivant dans le célèbre genre de la pastorale tout en lui donnant une nouvelle ampleur. L’Orchestre de la Wiener Akademie enregistre ces deux œuvres dans la Landhaus Saal du Palais Niederösterreich, la salle préférée de Beethoven. De 1819 à 1827, les neuf symphonies de Beethoven y sont exécutées dans le cadre des « Concerts spirituels » fondés par Franz Gebauer et c’est dans ce palais que débutera la révolution autrichienne de 1848. © Alpha Classics
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 février 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - 5 étoiles de Classica
Succès mondial pour le nouveau Concerto pour piano composé en 2018 par Thomas Adès pour Kirill Gerstein, son pianiste favori. Commandée par le Boston Symphony, l’œuvre, dont la création mondiale du 7 mars 2019 fait l’objet du présent album, est d’ores et déjà demandée dans le monde entier pour une cinquantaine de concerts aux États-Unis comme en Europe, tous joués par son dédicataire qui en détient l’exclusivité. D’une durée d’une vingtaine de minutes, ce concerto, à la coupe classique en trois mouvements et à l’écriture kaléidoscopique, conjugue tous les genres grâce à une écriture habile faite de nombreuses allusions et citations qui rangent aussitôt cette œuvre nouvelle aux côtés des grands concertos pour piano du XXe siècle de Ravel, Prokofiev, Bartók, Poulenc et Rachmaninov, sans oublier le côté jazzy de celui de Gershwin qui vient pimenter l’ensemble. Une nouveauté qui prend donc largement en compte le passé sans dérouter le public généralement assez traditionnel des concerts classiques. L’autre volet de ce nouveau "disque" consacré à Thomas Adès par lui-même, l'un des compositeurs les plus reconnus et les plus joués d’aujourd’hui, est consacré à sa vaste Totentanz ("Danse macabre") pour mezzo-soprano, baryton et orchestre composée en 2013 pour les fameux Concerts Prom’s de Londres, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Britten et Lutosławski, deux compositeurs essentiels du XXe siècle. Enregistrée lors d’un concert donné à Boston en 2016 et inspirée par une célèbre fresque de l'église Sainte-Marie de Lübeck détruite par les bombardements alliés en 1942, la Totentanz d’Adès se place dans la tradition des œuvres traitant de la fragilité de la condition humaine en résonance avec les tragédies contemporaines. Écrite sur des textes anonymes du XVe siècle, elle se compose de chansons à boire sur le thème de la mort incarnée par le baryton. Au fil de l'œuvre, on suit les réactions de différents individus de l'humanité face à la mort — prédicateur, pape, empereur, cardinal, roi, moine, chevalier, docteur, usurier, homme d'affaires, sacristain, artisan, agriculteur, fille, enfant —, qui sont incarnés par la mezzo-soprano. Quand Pape et Empereur paraissent blasés, le Roi est paniqué tandis que le paysan, fataliste, accepte son sort... © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 21 février 2020 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Distinctions 5 étoiles de Classica
« Le 22 février 2016, Georges Prêtre célébrait à La Scala le demi-siècle d’un partenariat musical initié en 1966 avec un Faust au casting exceptionnel (Freni, Gedda et Ghiaurov). Baguette sensuelle et sophistiquée, Prêtre privilégiait la souplesse de phrasés éloquents campés sur une rythmique vigoureuse et une structure solide. [...] L'ouverture de La Force du destin, est admirablement ciselée ; neuf minutes de perfection préméditée [...] Les nuances y sont accusées, les climats soignés. Ce n’est plus le vieux sage qui officie dans Offenbach, mais un jeune homme de 91 ans, plein de fougue et d’esprit. [...] Un Can-can routinier tourne, hélas, à la démonstration de force un peu vaine. De même, le Boléro souffre de quelques scories d’exécution et de légers rubatos à proscrire dans cette mécanique bien huilée. Mais ces menues critiques n’entament en rien l’admiration que nous portons à ce grand artiste.» (Classica, avril 2020 / Jérémie Cahen)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 7 février 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Après le succès retentissant du Volume 1 (Gramophone Editor’s Choice, Preis der Deutschen Schallplattenkritik, Diapason d’Or, Choc Classica, ffff Télérama), l’intégrale des symphonies de Sibelius se poursuit avec l’orchestre symphonique de Göteborg et Santtu-Matias Rouvali, alors que sa carrière de chef explose et qu’il vient d’être nommé à la tête du Philharmonia Orchestra à Londres. Au tournant du XXe siècle, alors que la Finlande a du mal à s’affranchir du règne russe, les Sibelius affrontent plusieurs difficultés familiales dont la perte d’une de leurs filles, Kirsti, emportée par la fièvre typhoïde. La Deuxième Symphonie, écrite dans la tonalité brillante de ré majeur, semble marquée par les événements de la vie privée du compositeur, mais beaucoup de ses contemporains y voient malgré tout un manifeste politique ! En 1898, Sibelius compose la musique de scène de la pièce d’Adolf Paul, Le Roi Christian II, histoire de la chute du roi de Scandinavie (Danemark, Suède et Norvège) au XVIe siècle. La suite qui en est tirée fut jouée avec succès dans plusieurs villes d’Europe. © Alpha Classics« Santtu-Matias Rouvali compte désormais parmi les chefs finlandais de haut vol. Après l'impressionnante réussite d'une Symphonie n° 1 couplée avec En saga (Diapason découverte), il aborde ici la Symphonie n° 2 (1902) [...]. Son style effervescent s'apparente davantage à la vision à la fois granitique et incandescente d'un Barbirolli qu'à la transparence et au lumineux classicisme d'un Colin Davis pour ne citer que deux références suprêmes. Rouvali est puissant, dramatique, interrogatif à souhait dans l'erratique premier mouvement. [...] L'orchestre symphonique de Göteborg répond comme un seul homma à la science du détail et de la mise en espace dont fait preuve son jeune chef titulaire. [...]» (Diapason, mars 2020 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Symphonies - Paru le 31 janvier 2020 | Sony Music Labels Inc.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Paavo Järvi privilégie d'abord la puissance narrative des timbres et ne relâche jamais la tension. C'est clair dès le deuxième thème du premier volet, totalement intégré à un discours tenu que le chef ne fait pas éclater en îlots expressifs. [...] L'intense engagement de la phalange nipponne et le soin porté à la caractérisation (thème central "altväterisch" du Scherzo, point faible chez Currentzis, si bien croqué et amené ici) ne font pas oublier le cri ultime, la sensation de vie, de mort et d'enfer qui manquent dans cette lecture [...]. À la fin du Scherzo, Bernstein, Haitink ou Barbirolli parviennent à une impression d'épuisement, du poids du monde porté par le compositeur sur ses épaules. Avec Paavo Järvi, cela reste un passage admirablement réalisé. [...]» (Diapason, avril 2020 / Christophe Huss)
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 10 janvier 2020 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 étoiles de Classica
« [...] Frisson garanti et prise de son à grand spectacle pour l'imposante Dante-Symphonie, vaste triptyque lisztien. Kirill Karabits et les forces de Weimar — ville dans laquelle l'œuvre fut écrite en 1855-1856 — prennent à bras-le-corps cette fresque où épouvante, angoisse et rédemption se succèdent et tiennent l'auditeur en haleine. [...] Dans le Purgatoire, Karabitz emporte l'adhésion par le relief de ses clairs-obscurs, une dramaturgie alliant éloquence et retenue. [...] » (Diapason, avril 2020 / Hugues Mousseau)
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Ballets - Paru le 17 décembre 2019 | Intrada

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musiques pour le cinéma - Paru le 7 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Quel plaisir de retrouver Riccardo Chailly, à la tête de la Filarmonica della Scala, dans un programme Rota (1911-1979), et plus particulièrement dans des suites écrites pour les grands films de Fellini, comme Amarcord, Huit et demi ou encore La dolce vita ! Avant lui, un autre Riccardo, Muti, avait consacré, dans les années 1990, deux albums chez Sony Classical aux musiques d'écran du compositeur italien - avec une seule incursion dans le corpus non cinématographique, ce qui finalement a peu d'importance : qu'il écrivit pour le cinéma, ou directement pour la salle de concert, Nino Rota déployait, à l'instar d'un Bernard Herrmann aux Etats-Unis, un style propre à lui, où l'on sent une prouesse de génie dans l'évocation des ambiances, mêlant avec une dextérité incroyable les genres les plus divers, comme peut en témoigner la Suite extraite ici de La dolce vita. L'incipit (O Venezia, Venaga, Venusia) de la suite Il Casanova di Federico Fellini, dont le tintement de pendule évoque sans doute le sort tragique du personnage, et l'orchestration aux sombres couleurs plante un décor marin, reste sans doute l'une des plages les plus saisissantes de l'album. une ambiance qui revient dans la dernière partie, plus planante encore (La poupée automate). Régulièrement, des influences de l'Est, de Chostakovitch à Khachaturian (Il Duca di Württenberg), se font sentir, avec un style mélodique plus mériodional, hérité des symphonistes italiens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Un album passionnant, à ne pas manquer. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 7 juin 2019 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
B-Side, ou les deux facettes de la Camerata Alma Viva réunies sur un seul et même album…Traçant sa route depuis maintenant dix ans, les musiciens de la Camerata Alma Viva défendent avec autant de ferveur et de fougue les grands classiques du répertoire, comme ici les incontournables Divertimenti de Mozart, ou leurs propres arrangements de quelques tubes qui restent à jamais dans l’oreille, à l’image de la Passacaille de Haendel, la Czardas de Monti ou la Valse de Kabalevsky ! © Nomadmusic
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Symphonies - Paru le 10 mai 2019 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
À l’heure où Kirill Petrenko s’apprête à prendre les rênes du Philharmonique de Berlin (12 août 2019), voilà qu’est publié, sous le label de l’orchestre, son tout premier enregistrement à la tête de la prestigieuse phalange berlinoise. Comme tous les Russes, Petrenko avoue sa profonde affinité spirituelle avec Tchaïkovski, ajoutant que son « sang coule simplement plus vite » lorsqu’il dirige ou entend sa musique. Il était donc parfaitement légitime que ce premier enregistrement soit consacré à l’illustre compositeur. Véritable testament musical (Tchaïkovski est mort quelques jours après avoir dirigé sa création), la Symphonie « Pathétique » a fait couler beaucoup d’encre, depuis Nina Berberova à Dominique Fernandez en passant par Klaus Mann et son fameux roman Symphonie Pathétique, paru en 1935 et traduit dans plusieurs langues depuis. Largement autobiographique, cette extraordinaire symphonie au programme tenu secret par son auteur parle en fait des démons intérieurs de Tchaïkovski et de ses conflits entre sa vie publique et ses élans émotifs personnels qu’une société rigide n’était pas en mesure d’accepter. Jamais peut-être depuis Mravinski, on n’avait entendu une interprétation d’une ardeur si violente, si dévastatrice et si brûlante de l’ultime chef-d’œuvre du compositeur russe. Réticent à enregistrer « juste pour produire un disque après l’autre », Petrenko se souvient avec émotion de ces deux concerts de mars 2017 à la Philharmonie de Berlin, des moments exceptionnels dont l’intensité était « presque insupportable ». C’est vrai qu’on y entend hurler les violons, vrombir les contrebasses, sangloter les cuivres et vibrer les peaux des timbales et de la grosse caisse avec une force expressive noire et morbide rarement atteinte. Devant une telle vision qui semble lézarder le ciel, on ne peut qu’attendre avec impatience le travail de ce chef singulier à la tête des Berliner Philharmoniker. © François Hudry/Qobuz
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Musique symphonique - Paru le 26 avril 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Symphonies - Paru le 5 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Symphonies - Paru le 22 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res