Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

89 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Duos
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 1 mars 2019 | Audax Records

Hi-Res Livret
Depuis plus de dix ans, l’Ensemble Diderot se distingue par ses interprétations captivantes de répertoires encore largement méconnus. Une soif de redécouverte qui a donné naissance depuis cinq ans à Audax Records, le label de l’ensemble. Il s’agit aujourd’hui d'une plateforme artistique au service de projets musicaux qui échappent à des critères purement commerciaux. Les deux violonistes de l’Ensemble Diderot, Johannes Pramsohler et Roldan Bernabé, présentent ici un éblouissant programme de duos de violons sans basse continue. Ils offrent un panorama fascinant sur la « Ligue des champions » des violonistes en France au milieu du XVIIIe siècle. Outre les deux célèbres recueils de pièces de Leclair, ils explorent des découvertes d’une rare beauté qui combinent la virtuosité italienne à l’élégance française. © harmonia mundi
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 16 novembre 2018 | Klarthe

Hi-Res Livret
12,24 €17,49 €
8,74 €12,49 €

Duos - Paru le 9 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
À l’époque où Mozart composa ses premières sonates pour violon et clavier, en 1778, l’usage était plutôt d’écrire des sonates pour piano avec accompagnement de violon, où la partie de violon reste assez modeste, suffisamment pour ne pas rebuter les acheteurs de ces partitions : les amateurs éclairés. Or, Mozart prend le contre-pied de cette habitude et s’aventure dans un monde nouveau, celui des véritables duos dans lesquels les deux instruments sont sollicités d’égale manière. Toutefois, il évite l’excès inverse qui serait de développer des quasi-concertos pour violon dans lesquels le piano n’aurait qu’un rôle accompagnateur. On trouve donc ici l’équilibre parfait entre les deux compères, en l’occurrence Isabelle Faust au violon et Alexander Melnikov au clavier ; ce dernier joue ici une copie d’un forte-piano viennois de 1795 signé Anton Walter. La balance sonore n’en est que plus parfaite, car trop souvent, ces sonates, lorsque jouées au piano, penchent un peu trop en faveur du clavier, ou bien, le violoniste doit forcer. On entendra ici deux sonates écrites à Paris, peu après la mort de la mère de Mozart qui l’avait accompagné pour ce voyage, puis une de 1787 écrite dans le sillage de la mort de Leopold Mozart ; pourtant le compositeur semble toujours garder le sourire, quand bien même un sourire empreint d’une tendre nostalgie dans le cas de la Sonate en mi mineur K. 304. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 26 octobre 2018 | Colin Currie Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Malgré ce titre plutôt évocateur de l’opéra, « La scène du crime », cet album est en réalité un duo trompette-percussion qui rassemble deux des stars actuelles de leurs instruments respectifs, Håkan Hardenberger à la trompette, Colin Currie à la percussion. Quand ici on dit « percussion », on parle naturellement d’un invraisemblable arsenal allant des instruments polyphoniques à hauteur déterminée (marimba, xylophone etc.) aux instruments à hauteur non-déterminée, issus des cultures du monde entier. L’œuvre de référence avec laquelle s’ouvre l’album est Heptade d’André Jolivet, écrite en 1972, dans laquelle le compositeur explore mille et un langages de son temps ou des temps passés, des accents venus du fond de la forêt préhistorique jusqu’au jazz. Joe Duddell ensuite, un compositeur britannique qui a souvent écrit pour Currie ; les percussions, ici aussi, se répandent dans les infinis méandres de l’instrumentarium, et Hardenberger lui-même passe de la trompette au cornet. À la fin de l’exploration qui passe ensuite par Tobias Broström puis Daniel Börtz et quelques incursions dans le minimalisme mais aussi le gamelan et autres langages exotiques, l’album se referme avec …the scene of the crime… de Brett Dean (2017) qui donne son titre à l’enregistrement. Il semblerait qu’il y soit fait allusion à Shakespeare dont l’unique mention d’une scène géographiquement précise est Helsingør au Danemark, dans Hamlet, et Helsingør est juste en face de Malmö où Hardenberger organise un festival ! On ne pourra pas dire que cet intrigant volume soit sans tambours ni trompettes. © SM/Qobuz
16,79 €20,99 €
16,79 €

Duos - Paru le 3 octobre 2018 | Printemps des Arts de Monte-Carlo

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Liana Gourdjia et Matan Porat évitent de se crisper sur l’absolue précision solfégique pour que cette musique polystylistique et pourtant homogène puisse respirer. La violoniste déploie une palette de timbres assez étendue, n’hésitant à détimbrer ou introduire un léger souffle. Pour cette raison, et pour sa propension à assouplir les rythmes, elle apparaîtra plus impressionniste que Hilary Hahn (DG, 2011). Globalement, on préfère cette option, même si Hahn, plus incisive, rend plus lisibles les détails de la polyrythmie, au prix de tempos un rien précipités. Plus subtil que le piano de Valentina Lisitsa, celui de Matan Porat est clair, réactif. Un peu fauréenne cette lecture de Ives ? Son charme n’en est que plus séduisant. » (Diapason, janvier 2019 / Pierre Rigaudière)  
10,49 €
6,99 €

Duos - Paru le 28 septembre 2018 | Indésens

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« [...] D'une formidable présence, la violoniste russe Tatiana Samouil, qui enseigne aujourd’hui à la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Belgique, a collectionné les prix et constitué, assez discrètement, une belle discographie. Elle se sent parfaitement à l’aise dans le répertoire français, sous toutes ses formes. [...] dans la Sonate en sol de Ravel, elle parvient à conjuguer un lyrisme prenant et une précision mécanique parfaite [...] la Sonate de Fauré est d’autant plus réussie que sa lecture est sobre. Le duo fonctionne parfaitement, dans l’équilibre des volumes et le dialogue permanent. [...] » (Classica, février 2019 / Jacques Bonnaure)
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 14 septembre 2018 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les sonates pour violon et piano de Brahms furent soumises à un dur criblage d’autocritique qui n’en laissa passer que trois, datant d’un âge mature et contemporaines, respectivement, du Concerto pour violon, du Trio pour piano en ut mineur et de la Sonate pour violoncelle No. 2. D’autres échos, intimes, y résonnent, provenant de lieder sur des poèmes de Klaus Groth. Cette atmosphère romantique d’un Brahms amoureux se reflète dans le jeu des interprètes de ce nouvel enregistrement Glossa : la violoniste Leila Schayegh et le pianiste Jan Schultsz. Schayegh joue sur une copie d’un violon d’époque avec un archet original du milieu du XIXe, tandis que le piano de Schultsz est un Streicher original de 1879. Les deux instrumentistes se proposent de récupérer la tradition interprétative que Brahms, évidemment, connaissait. Schayegh et Schultsz ont travaillé avec Clive Brown et Neal Peres da Costa afin de recréer « l'esprit au-delà de la lettre morte de la partition », en se focalisant avec le plus grand soin sur les questions interprétatives de la musique de cette époque. Et bien entendu, tout en nous offrant une réponse émotionnelle intuitive au lyrisme des deux premières sonates et au climat plus sombre de la Troisième qui imprègnent la musique de la fin du XIXe siècle. © Glossa « [...] La Suissesse signe la première version du genre complètement convaincante [...] Les interprètes [...] dialoguent avec une liberté proprement inouïe, sans garder les yeux rivés sur le texte imprimé. [...] Le pianiste sait pertinemment où rejoindre sa partenaire pour épouser et renforcer sa ligne lorsque la musique l'exige. S'il faut plusieurs écoutes pour faire le tour des idées induites par cette nouvelle approche, on saisit la poésie qui en émane dès la première audition. Cerise sur le gâteau, [...] chaque transition sonne comme l'évidence même, et l'architecture tient debout toute seule dans l'enchaînement des sections [...] » (Diapason, novembre 2018 / Nicolas Derny)
18,00 €
11,99 €

Duos - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 10 août 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Deux jeunes solistes belges – y compris Lorenzo Gatto, malgré la consonance transalpine du nom – se rassemblent depuis plusieurs années autour de Beethoven, voici leur lecture de trois sonates de Beethoven : la Première écrite avant même la fin du XVIIIe siècle – 1798 –, suivie de la toute dernière qu’est la Dixième Op. 96 de 1812 – créée par le fameux Pierre Rode au violon, l’archiduc Rodolphe d’Autriche qui, soit dit au passage, devait être un sacré pianiste –, pour finir avec l’une des plus célèbres, la Cinquième dite « Le Printemps » (le nom n’est pas de Beethoven). Bien que ne datant « que » de 1801, cette sonate se distingue considérablement de la Première par sa maturité architecturale, son intense lyrisme et ses hardiesses en tout genre. Gatto, lauréat du Concours Reine Elisabeth, joue rien moins que le Stradivarius « Joachim », tandis que Libeer, chambriste passionné, s’en donne à cœur joie sur un grand piano de concert aux cordes parallèles, d’une sonorité quasi-orchestrale. Leur premier volume, sorti en 2016, avait été plus que remarqué par la critique et le public – et un grand succès d’écoute sur Qobuz. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 15 juin 2018 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 1 juin 2018 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Cette intégrale de l'œuvre pour violon de Stravinsky, la plus complète jamais publiée, s'avère aussi l'une des plus imaginatives et des plus abouties. Présentée en deux volumes, [...] elle démontre la sincère passion des interprètes à livrer les saveurs savamment épicées de ce répertoire. Stravinsky, après avoir longtemps répété son aversion pour le mariage du violon et du piano, aux sonorités "incompatibles", allait revoir sa position au contact de Samuel Dushkin. [...] La dynamique, la complicité et l'inspiration foisonnante d'Ilya Gringolts et Peter Laul font merveille dans les deux volumes. [...] Gringolts, dont nous avons souvent reconnu la virtuosité et l'originalité, démontre encore une fois son audace dans le concerto. Soutenu par un orchestre coloré et un chef réactif, son jeu séduit de bout en bout [...] Une somme épatante et sans équivalent.» (Diapason, novembre 2018 / Jean-Michel Molkhou)
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 11 mai 2018 | Paraty

Hi-Res Livret
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 11 mai 2018 | Klarthe

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 13 avril 2018 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Des œuvres « françaises » (Ysaÿe étant quand même Belge…) des années 1877 pour la Première Sonate de Fauré jusqu’à Extase d’Ysaÿe de 1908, voilà ce que nous propose la violoniste française Aténik Khourdoïan, une habituée désormais du Concertgebouw d’Amsterdam, du Philharmonique de Radio-France, de l’Orchestre de Marseille, de la Roque-d’Anthéron, de la Grange du Meslay, du Festival d’Aix-en-Provence, de France-Musique et de France-Culture – dont on précisera également qu’elle est premier violon solo de la Monnaie de Bruxelles. Son choix illustre tout un pan de la création hexagonale d’alors, celle qui reste résolument à l’écart de la route tracée un peu « dans son coin » par Debussy, puisque Saint-Saëns, Fauré et Ysaÿe resteront toujours dans le giron du romantisme français d’écriture rigoureuse, si l’on veut. On appréciera à sa juste valeur l’exploit d’Aténik Khourdoïan dans le Caprice en forme de valse de Saint-Saëns, dans la délirante transcription signée Ysaÿe. Voilà une superbe carte de visite pour cette violoniste dont on n’a pas fini d’entendre parler. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 30 mars 2018 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
« Contrastes vifs, élans intenses et soutenus, timbres riches, prises de risque : les premières mesures de l'Opus 80 promettent un disque hors du commun : la palette des nuances est aussi tendue au violon qu'au piano. La violoniste moldave [...] démontre qu'une personnalité ardente (Allegro brusco) peut rester maître de ses émotions. Quant au pianiste ouzbek Michail Lifits [...], il joint l'agilité à la puissance. La connivence de ces deux forts tempéraments nous aura tenus en haleine tout au long de la première sonate. Chaque phrase a quelque chose à dire, et les climats les plus étranges sont livrés "en chair et en os" sans que les deux jeunes musiciens n'aient jamais besoin de forcer. [...] » (Diapason, juillet-août 2018 / Jean-Michel Molkhou)
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 23 mars 2018 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ainsi que ne l’indique pas son titre, cet album propose des duos pour deux violons, un répertoire très ample et pourtant assez rarement enregistré. « Suit Case » est tout simplement le nom de la première pièce, signée Giovanni Solima et dédiée précisément à nos deux solistes, Chiara Zanisi et Stefano Barneschi. Suit un impressionnant éventail d’œuvres écrites entre le milieu de l’époque baroque jusqu’à notre temps avec Bartók et Berio. Il est à noter que ces pièces pour deux violons, une formation assez peu propice au concert public, avaient deux vocations bien distinctes : l’usage pédagogique, comme c’est le cas pour les 44 Duos de Bartók (avec une insistance magyare folklorique très prononcée) ou Haydn avec ses Trois duos faciles et progressifs pour deux violons dont le nom dit tout ; ou l’usage à titre familial, comme les Canons mélodieux ou sonates en duo à flûtes traverses, ou violons, ou basses de viole de Telemann – le compositeur, excellent businessman, s’adressait à tous les acheteurs possibles et imaginables qui voulaient se faire des petits concerts domestiques avec n’importe quelle combinaison de deux instruments. Seul le duo de Vivaldi – du moins pour le répertoire de cette époque – semble avoir été destiné à une paire de virtuoses, un peu dans l’absolu : le langage ne s’adresse ni à des étudiants ni à des amateurs même éclairés, car bien trop épineux. Chose curieuse, la partition indique que la basse est optionnelle… même si elle n’est pas écrite, n’importe quel claveciniste aurait pu l’improviser en continuo. La pièce de Solima sert de guide à l’album, l’ouvrant et le refermant. © SM/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Duos - Paru le 23 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Dans la famille Chung – dynastie serait le mot plus exact –, je voudrais… la violoniste. Et voilà donc Kyung-wha Chung (née en 1948), dont la carrière commença avec éclat avant même qu’elle atteignît l’âge de dix ans ; ce qui ne l’a pas empêché par la suite de poursuivre ses études à la Juilliard, car l’état d’enfant-prodige comporte un grand risque, celui de rester enfant. Chung n’a pas commis cette erreur, de sorte que sa carrière d’adulte a ensuite pris un essor planétaire. Elle a choisi ici le répertoire franco-belge de Fauré et Franck, dont la Première Sonate de l’un et l’unique Sonate de l’autre représentent bien évidemment les piliers de l’enregistrement. Franck offrit la sienne au monde en 1886, mais en réalité celle de Fauré est bien antérieure puisqu’elle date de 1876 déjà ! C’est donc à la fois le premier Fauré et le Franck de la grande maturité qui se confrontent ; toutes deux partagent la tonalité radieuse de la majeur (au violon, les tonalités sont bien plus différentiées que par exemple au piano, certaines étant bien plus éclatantes, pour des raisons techniques un brin… techniques à expliquer), toutes deux sont architecturées en quatre mouvements, mais dans l’une s’exprime la jeunesse et la fougue – et un brin de ton de salon, peut-être – tandis que chez Franck on sent l’assise des ans, l’ample construction cyclique et l’art consommé de donner à chaque instrument une part égale du discours. En complément de programme, Chung et le pianiste Kevin Kenner proposent quelques bonbons des deux compositeurs, ainsi qu’un petit Debussy et Salut d’amour d’Elgar, adressée à sa fiancée en gage de sincérité. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 16 mars 2018 | Le Palais des Dégustateurs

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« [...] Gérard Poulet, né en 1938, remet sur le métier, dans l'excellente acoustique du Clos de Tart en Bourgogne, ces pages qui l'ont accompagné tout au long de sa carrière, y manifestant une qualité stylistique toujours aussi accomplie, avec pour partenaire le remarquable pianiste belge Jean-Claude Vanden Eynden, jadis lauréat du Concours Reine Elisabeth. D'un engagement saisissant, les deux complices rivalisent d'intensité, et si la sonorité du violon au galbe très pur se fait plus émaciée aujourd'hui, la musicalité prévaut continûment. L'entente transparaît dans l'équilibre des échanges et une fraîcheur juvénile anime leur lecture [...] Le naturel de l'exécution, la finesse de timbre et la légèreté d'archet s'allient aux élans lyriques et passionnés du clavier, surtout dans la Sonate n° 2 en ré mineur. [...] Gérard Poulet et Jean-Claude Vanden Eynden parlent une langue commune [...]. Une éclatante réussite.» (Classica, avril 2018 / Michel Le Naour)
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 9 mars 2018 | Ramée

Hi-Res Livret
À l'époque où Haydn, Mozart et Beethoven dominaient la vie musicale viennoise, Johann Franz Xaver Sterkel (1750-1817) travaillait comme pianiste et compositeur à la Cour de Mayence. En 1768, il reçut les ordres inférieurs et un poste d’organiste, puis fut ordonné prêtre en 1774. C’est de cette époque que datent ses premières compositions : sonates pour piano, violon et violoncelle, airs et symphonies. À cette même époque il fit la connaissance du corniste virtuose Giovanni Punto, qui emporta quelques-unes de ses premières œuvres à Paris. Ses huit symphonies y firent grand triomphe dans la célèbre série du « Concert spirituel », furent jouées cinquante-deux fois et Sterkel devint ainsi le compositeur le plus joué à Paris entre 1777 et 1779. Après de nombreux voyages en Italie, Sterkel retourna à Mayence en 1782 et put se consacrer en toute sérénité à la composition. Il renforça en outre sa renommée en tant que pianiste par son intense activité de soliste et de chambriste. L'Électeur honora cet engagement en octobre 1784 avec une augmentation salariale. Les œuvres enregistrées ici datent de cette époque de sa vie. La Romance tirée du recueil de Six pièces pour le clavecin ou piano-forté Op. 24 parut en 1785. Même si le pianoforte, grâce à sa large palette sonore et à ses possibilités dynamiques bien plus étendues, était en passe de s'imposer parmi les instruments à clavier dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ces éditions restaient destinées « au clavecin ou au pianoforte ». Les indications de dynamique comme crescendo et diminuendo, cependant, désignent clairement l'instrument auquel ces pièces étaient destinées. À cette époque, comme chez Mozart et Beethoven, les sonates étaient traditionnellement prévues pour l'instrument à clavier « accompagné d'un violon ». Néanmoins, dans cette littérature, la partie de violon est largement équivalente à celle de clavier en termes de virtuosité et de densité. La Grande Sonate pour Clavecin ou Piano-Forte avec un Violon obligé Op. 25 fut éditée en 1786 par Schott à Mayence, ainsi que comme Op. 16 par Imbault à Paris. Le recueil des Six Sonates Op. 33, duquel est tirée la Sonate No. 1 en fa majeur enregistrée ici, fut publié en 1792. Ce n'est qu'à la fin de sa vie que Sterkel vit la Fantaisie pour le Piano-Forte Op. 45 publiée à Bonn et à Cologne. Bien qu’il fut un compositeur et un interprète très apprécié de son vivant et peut être considéré comme un précurseur de Schubert dans le domaine du lied, il connut après sa mort le même sort que nombre de ses collègues : il tomba dans l'oubli. Le but évident de cet enregistrement est d’enfin faire connaître sa musique pleine de charme, d'inventivité et de finesse à un large public de mélomanes. © SM/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Duos - Paru le 23 février 2018 | Indésens

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
« Moins d'une heure de musique mais voici un programme fort cohérent. Pour Bridge et son élève Britten, ces pages sont en résonance tandis que l'admirable Fratres d'Arvo Pärt est une des deux pages que l'Estonien voua à Britten. [...] Cela sonne très bien et la réalisation instrumentale est de mains de maîtres. [...] À placer dans la discothèque idéale.» (Classica, mars 2018 / Xavier de Gaulle)