Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 12 janvier 2016 | NoMadMusic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Choc de Classica
Singulière mise en parallèle qu’effectue là le pianiste Jonas Vitaud entre le monde de Franz Liszt et d’Henri Dutilleux. Du côté de Liszt, il a choisi des pièces pour la plupart peu jouées, hormis la Méphisto-Valse, et parmi lesquelles le visionnaire Nuages gris dont il est de bon ton d’affirmer que c’est l’acte de naissance de la musique atonale – disons plutôt qu’il y a développé un certain flou dans la tonalité, et tendu la main vers les futures expériences de Debussy et de Scriabine. Du côté de Dutilleux, Vitaud a sélectionné les trois Préludes écrits respectivement en 1973, 1977 et 1988, ainsi que la Sonate Op. 1, une œuvre de la première maturité du compositeur qui l’acheva en 1948, trois ans donc avant sa Première symphonie qui lui valut une reconnaissance autant internationale que durable. Là aussi, il n’est pas impossible d’y voir une main tendue vers Scriabine et Debussy ! L’écoute de ces œuvres de Liszt et Dutilleux ainsi entremêlées fait ressortir l’évident modernisme du premier, l’évident ancrage dans un monde traditionnel (quand bien toujours moderne) du second. © SM/Qobuz« Le jeune pianiste Jonas Vitaud associe dans ce nouveau récital Dutilleux et Liszt : un rapprochement aussi inattendu qu'intelligent. [...] Il fallait tout l'art de Jonas Vitaud pour entreprendre semblables "correspondances". [...] On ne trouvera rien de tapageur dans le jeu racé de Jonas Vitaud — de la trempe d'un Bolet [Mephisto-Valse]. La Sonate de Dutilleux enchante par son lyrisme épuré et ses textures aérées [...], les Préludes pourraient être des études sur l'évanescence tant l'interprétation donne son juste poids à chaque son et agrégat [...]. Sous les doigts de Jonas Vitaud, les jeux de timbres et de sonorités des fascinants Angelus et Klavierstücke n'ont jamais paru aussi proches de la musique française. » (Classica, avril 2016 / Jérémie Bigorie)
16,99 €
14,49 €

Piano solo - Paru le 6 novembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
À l’âge où tant d’écoliers commencent à peine à penser à entrer en Sixième, le pianiste et compositeur anglo-taïwanais Kit Armstrong usait déjà les bancs de l’Université : biologie, chimie, physique… ah oui, et musique aussi. Après ses débuts en concert à huit ans, il se produisit rapidement avec rien moins que le Gewandhaus de Leipzig, le Philharmonia, l’Orchestre de la NDR de Hambourg, la Suisse Romande, le Mozarteum, ainsi que sur plus ou moins toutes les grandes scènes planétaires. On lui doit aussi plusieurs concertos (pas que pour le piano !), de nombreuses œuvres de musique de chambre dont trois quatuors à cordes. L’aimable lecteur l’aura compris, on a ici affaire à un esprit hors du commun ; Kit Armstrong s’attaque à quelques monuments du répertoire lisztien, dont les trois Méphisto Valses et quelques autres « scènes symphoniques » pour piano généralement inspirées par quelques grands moments de la littérature, comme Goethe ou Le Tasse. On reste bouche bée… © SM/Qobuz« Le beau programme que voilà, contournant les pièces les plus rabâchées pour se concentrer sur des raretés ! Même la célèbre Méphisto Valse n° 1 bénéficie d'un nouvel éclairage en succédant à la Procession nocturne, son pendant faustien. [...] Est-ce en raison d'un grand Bechstein (dont Liszt s'était entiché durant ces dernières années) ? Toujours est-il qu'on est à l'opposé du "noble souffle romantique" tant son obsession à orchestrer le piano opère une déconstruction des sonorités annihilant toute spontanéité du jeu. Mais le résultat ne laisse pas d'impressionner [...] Les tempos majoritairement retenus, comme la mise en valeur des nombreux intervalles de tritons, font de l'ultime Mephisto Valse un combat à mort dont on ressort exténué. [...] L'interprétation de Kit Armstrong frappe par sa hauteur de vue. Un disque en tout point atypique.» (Classica, février 2016 / Jérémie Bigorie)
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 1 octobre 2015 | CAvi-music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
[...] « Après deux disques marquants consacrés à Janacek, puis Rameau et Ligeti, pour le même éditeur, la pianiste luxembourgeoise nous propose un nouvel album intriguant, sorte de jeu d’équilibriste entre quatre compositeurs posant le socle d’un piano nouveau. [...] Un disque aussi intelligent que sensible. » (Classica, mai 2016 / Stéphane Friédérich) 
13,49 €
8,99 €

Piano solo - Paru le 15 octobre 2014 | DiscAuverS - Collection DiscAnnecY

Hi-Res Livret
La jeune pianiste ukrainienne Anna Fedorova vole de succès en succès qui ne sont nullement usurpés, car son jeu et son style vont bien au-delà du seul piano. C'est une vraie nature d'artiste qui sait allier les orages comme la poésie la plus diaphane. Ecoutez-là modeler les phrases de Chopin ou de Brahms. La pointe de maniérisme qu'elle instille à l'opus 118 donne à ces pièces une dimension autre que la seule mélancolie, comme si le vieux Brahms voulait encore séduire. Et comme ce piano est bien timbré... Le son est ample et toujours plein jusque dans les registres les plus ténus. Du beau, du très beau piano. FH
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 8 septembre 2014 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Ce programme original, né d'un concert donné à Venise à la demande de la Fondation Bru-Zane, est captivant, car il mêle les transcriptions wagnériennes de Liszt, à celles d'Alfred Jaëll et de Hugo Wolf, ainsi qu'une chanson de marin imaginée par Gérard Pesson, dans l'ombre de l'Acte I de Tristan. On y trouve aussi deux compositions originales de Wagner qui n'ont rien de révolutionnaire, mais qui permettent de découvrir un aspect pour le moins inattendu. Ainsi cette Fantaisie en fa dièse mineur qui, par sa nudité et son manque d'indications dynamiques, pose pas mal de problèmes à l'interprète, en même temps qu'elle le met dans une position créative. FH
13,49 €
8,99 €

Piano solo - Paru le 25 août 2014 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Tout cet album est placé sous la thématique de l’invocation, de l'appel des cloches, de Bach à Tristan Murail, en passant par Messiaen et Ravel (La Vallée des cloches) mais, curieusement, en évitant la musique de Rachmaninov, dans laquelle les cloches sont pourtant omniprésentes et inspiratrices de presque toute son oeuvre. Il en résulte un disque grave, un vrai projet, intime et complètement fascinant. FH
5,99 €
5,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 1961 | BnF Collection

Hi-Res Livret