Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1900 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES5,99 €
CD5,99 €

Duos - Paru le 1 janvier 1959 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2004 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Wolfgang Amadeus Mozart : Concerto pour clarinette K. 622 - Quintette pour Clarinette K. 581 / Andrew Marriner, clarinette - Academy of St. Martin in the Fields - Academy of St. Martin in the Fields Chamber Orchestra - Direction, Claudio Abbado
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2006 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
La « musique pour harmonie », en cette fin de XVIIIe siècle, était un genre très largement répandu : des partitions pour petit ensemble de vents, destinées à être jouées lors des soirées de la haute société, et dont beaucoup reprenaient des airs d’opéras alors célèbres. Or, dans sa lettre du 20 juillet 1782 à son père, Mozart écrit : « [...] ce n’est pas une mince tâche qui m’attend à présent puisque je dois avoir achevé l’arrangement pour Harmonie de mon opéra [en l’occurrence L’Enlèvement au sérail] avant dimanche en huit, sans quoi quelqu’un d’autre risquerait de me devancer et d’en encaisser les bénéfices à ma place. » Or, il a longtemps semblé que soit Mozart n’a jamais écrit cet arrangement, soit il a été perdu ; mais pof, voilà-t’y pas qu’en 1983, l’on découvrit dans une bibliothèque à Donaueschingen le manuscrit d’un arrangement pour Harmonie de ce même opéra, réalisé entre 1792 et 1804 ; de la main d’un copiste certes, mais d’une telle ampleur, avec de telles « libertés » avec l’original qui paraissaient pourtant de la plus haute facture, que l’on a remué ciel et terre pour tenter d’en découvrir l’auteur. Les explications, toutes exposées dans l’excellent livret (aussi en français) qui accompagne cet album, sont suffisamment convaincantes pour que l’on puisse admettre avec une forte dose de certitude que c’est bien là l’arrangement réalisé par Mozart lui-même : quel copiste aurait eu vent (si l’on ose dire) de toutes les variantes de l’opéra alors en circulation à travers la sphère germanophone ? Quel copiste connaîtrait suffisamment l’œuvre de Mozart pour connaître la Symphonie « Haffner » contemporaine de l’opéra, et en évoquer quelques traits dans l’un des numéros ? Tout porte à croire que le compositeur en personne est à l’origine de ce travail énorme, et l’écoute – ici sous les doigts des vents de l’Academy of Saint Martin in the Fields – ne peut que donner raison à ce raisonnement. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 janvier 2011 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 février 2012 | Farao Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 février 2014 | Groupe Analekta, Inc.

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 avril 2014 | TACET Musikproduktion

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 2 juin 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Quel dommage que Mozart n’ait pas plus écrit de Quatuors avec flûte ! Mais gageons que s’il avait connu une flûtiste de la trempe de Juliette Hurel, première soliste de l’Orchestre de Rotterdam aux côtés de l’excellent Yannick Nézet-Séguin, il n’aurait pas manqué de l’abreuver de nouveautés de la plus grande facture. Hélas, on ne connaît donc que cette poignée d’œuvres, dont la majorité date de 1777 à 1781, écrites pour le célèbre flûtiste Dejean, celui qui a également permis la naissance des Concertos pour flûte. Plus proche du style de la sérénade concertante que d’un quatuor où chaque musicien est l’égal de l’autre, ce sont quand même là de superbes ouvrages que l’on ne se lasse jamais d’écouter. Le Quatuor K. 298 semblerait plutôt dater de la fin de la vie du compositeur, aux alentours de 1787, sans doute conçu pour un cercle d’amis de grand niveau instrumental. Mozart s’y amuse à parodier des mélodies populaires ou des airs d’opéras célèbre, dans une débauche d’idées toutes plus brillantes les unes que les autres. © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 octobre 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
L’altiste Lise Berthaud se joint ici au Quatuor Voce, un brillant ensemble fondé voici une dizaine d’années et qui s’est depuis hissé aux plus hauts sommets internationaux, pour deux des plus considérables Quintettes à cordes du répertoire : le K. 515 de Mozart, écrit en 1787 – un véritable monument aux dimensions symphoniques – et le très tardif Op. 111 de Brahms, composé un siècle plus tard, en 1890. Curieusement, les dimensions du Quintette de Brahms semblent plus concises, surtout pour le Brahms de l’ultime maturité ; le compositeur distille ici la quintessence de son écriture, sans le moindre superflu, tandis qu’il évolue dans un monde qui semble encore assez insouciant, ou du moins raisonnablement optimiste. Même l’élégiaque deuxième mouvement résiste à la morosité ! Lise Berthaud et les Voce, en parfaite symbiose, nous offrent une lecture d’une intense profondeur. © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 novembre 2015 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 juin 2016 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 1 juillet 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
L’un des signes particuliers du Quatuor van Kuijk, fondé en 2012, c’est son nom néerlandais fortement imprononçable et d’orthographe redoutable, qui le distingue des autres quatuors français. Eh oui, français ! Les quatre compères ont étudié auprès des quatuors Berg, Artemis et Ysaÿe avant de se lancer dans l’aventure des concours – et de remporter le Concours de Quatuors de Wigmore Hall à Londres. Autre signe particulier, c’est son exquise musicalité, ainsi que le démontre cet enregistrement de trois quatuors de Mozart, dont le fameux « Dissonances » (appartenant au cycle des quatuors dédiés à Haydn) et son début de premier mouvement bourré, comme son nom l’indique, d’invraisemblables dissonances dans une quasi-absence de tonalité. Les Van Kuijk nous donnent également un Divertimento, de ceux que l’on appelle communément « symphonies salzbourgeoises » même si elles sont réellement écrites pour quatuor, ainsi que l’un des autres quatuors dédiés à Haydn et écrit lors de ses premières années de liberté viennoise. Notez bien ce nom : Quatuor van Kuijk, il fait déjà parler de lui – et ce n’est que le début d’une trajectoire sans doute brillante. © SM/Qobuz« Des idées, de l’audace, de la personnalité, le jeune quatuor français a tous les atouts en main. Son premier disque, consacré à Mozart, nous surprend de plage en plage.» (Diapason, septembre 2016 / Jean-Luc Macia)« [...] Avec une folle énergie, une somptueuse sonorité et une technique hors norme, ils offrent une interprétation impressionnante de justesse et de maturité pour un premier disque. [...] Le degré de cohésion du groupe fait instantanément forte impression dès l'unisson du premier quatuor. Sans forcer le trait, ils parviennent dans cet album à donner une force incroyable à cette musique. [...] (Classica, septembre 2016, Edouard Niqueux)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 janvier 2017 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 février 2017 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 2 février 2018 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
Comme les pianoforte Stein, la copie d’après un Walter et fils (pianoforte viennois dont Mozart posséda un exemplaire) jouée ici par Maxim Emelyanychev possède une genouillère, ancêtre de la pédale « forte ». Nul doute que Mozart fut inspiré par les timbres, et les possibilités dynamiques et harmoniques de ce nouvel instrument : la Fantaisie en ut mineur qui débute cet album fait montre de cette envergure orchestrale, quasi-opératique, et dans sa profusion de thèmes, elle décline les contrastes les plus saillants pour atteindre une grande densité expressive. On retrouve les mêmes accents dans la Sonate en ut mineur K. 457, tandis que la Sonate en ut majeur, K. 545 offre un répit dramatique. Cette « petite sonate pour débutants » vit le jour en 1788, précédant la symphonie « Jupiter », elle aussi en ut majeur : une jolie perle juste avant l’œuvre monumentale. Son anodine mélodie ravive les souvenirs d’enfance des débuts au piano. Enfin, la Sonate en ré majeur, K. 576 fut conçue comme la première d’un cycle : « Six sonates faciles pour la princesse Frederika de Prusse ». Composée en 1789 et en réalité d’une grande difficulté, elle fut la dernière sonate qu’écrivit Mozart. Le facteur de pianos Anton Walter se fit connaître à Vienne dès 1778. Comme de nombreux créateurs, il ne cessa d’expérimenter : alors que d’autres ateliers produisaient des pianos en série, Walter cherchait le « son idéal » ; chaque instrument se distinguait du précédent par de nombreux détails et des nouveautés toujours plus hardies. Il construisit environ sept cent instruments ; Emelyanychev joue une copie réalisée par Paul McNulty, grand spécialiste du fortepiano et du piano ancien, qui peut s’enorgueillir d’avoir déjà créé quelque deux cent copies d’instruments d’après Stein, le présent Walter, Hofman, Graf et Pleyel. © SM/Qobuz« Dans l'illustre voie mozartienne pavée par Currentzis, Maxim Emelyanychev s'élance dans un tourbillon d'émotions. L'étoffe d'un grand. » (Classica, mars 2018 / Philippe Venturini)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 avril 2018 | Klanglogo

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 juin 2018 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 juillet 2018 | Foghorn Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 19 octobre 2018 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le nouvel album du pianiste Fabrizio Chiovetta réunit une sélection de pages solistes où Mozart, à différents moments de sa vie, s’est confié au piano. Ces confidences musicales nous plongent dans le laboratoire intime de la création mozartienne. Les Sonates K. 282, K. 332, K. 310 et le Rondo K. 511 sont la caisse de résonance de l’évolution esthétique du compositeur. De l’immédiate sensibilité de la jeunesse au tragique plus intérieur et techniquement plus exigeant du musicien épanoui, le pianiste Fabrizio Chiovetta joue au plus près de l’émotion. Un disque en forme d’hommage à l’art de Mozart, génie aux multiples facettes. © Aparté