Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

258 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique de chambre, 24 bits / 96 kHz - Stereo et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Musique de chambre - À paraître le 24 avril 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - À paraître le 17 avril 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Duos - À paraître le 17 avril 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - À paraître le 17 avril 2020 | Affetto Recordings

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 avril 2020 | Ondine

Hi-Res Livret
Violoniste atypique, Christian Tetzlaff parvient à cumuler une carrière de soliste international de haut niveau et la pratique régulière du quatuor à cordes, deux activités à part entière qui sont habituellement nettement dissociées. Son amour de la musique de chambre l’a incité à fonder un nouveau quatuor en 1994 devenu l’un des plus appréciés sur la scène internationale. Enregistré à Brême en automne 2019, leur dernier album est consacré à deux des plus longs et des plus novateurs Quatuors de Beethoven. Composé en 1825, le 13e Quatuor en si bémol majeur, Op. 130 prend encore un peu plus ses distances avec la forme traditionnelle que Beethoven avait déjà mise à mal dans ses œuvres précédentes. On sait qu’il se concluait dans sa première version par la Grande fugue Op. 133, retirée ensuite par le compositeur au profit d’un finale plus court et d’accès moins difficile. La tendance actuelle est de redonner sa forme primitive à ce quatuor qui dès lors atteint facilement la durée monumentale de quarante-cinq minutes. C’est l’option choisie ici par le Quatuor Tetzlaff. Elle est parfaitement convaincante grâce à leur interprétation lumineuse. L’architecture de l’œuvre en devient ainsi plus lisible avec un premier et un dernier mouvement d’une durée presque identique encadrant une succession de quatre pièces de plus modeste dimension. À peine plus court que l’Opus 130-133, le 15e Quatuor en la mineur, Op. 132 est une œuvre de crise composée alors que Beethoven se battait contre une grave maladie. On en trouve l’écho dans le merveilleux Molto adagio, sous-titré par lui « Chant de reconnaissance à la divinité », qui est une sorte d’offrande et de gratitude d’un convalescent frôlé par les ailes lugubres de la mort. L’interprétation parfaitement sereine et décantée que nous en offre le Quatuor Tetzlaff est proprement saisissante. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 mars 2020 | Genuin

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 février 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Dans le cadre de la collection créée en collaboration avec l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, Alpha soutient les nouveaux talents. Fondé en 2016, le Quatuor Esmé est composé de quatre musiciennes coréennes. Basées en Allemagne, elles ont reçu les conseils de Günter Pichler de l’Alban Berg Quartett et de Heime Müller de l’Artemis Quartett entre autres. Lauréates du Prix de l’académie du Festival d’Aix, elles ont également remporté le Wigmore Hall International String Quartet Competition à Londres. Elles présentent ici un programme qui mêle musique classique et musique contemporaine : le Premier Quatuor de Beethoven côtoie la pièce ParaMetaString, un quatuor « avec bande magnétique » que le Kronos Quartet commanda à leur compatriote Unsuk Chin en 1996. Les Novelletten du compositeur anglais Frank Bridge (1904) font office de liant entre ces deux œuvres et contribuent également à dresser un aperçu de ce que la musique de chambre a fait de mieux ces deux cents dernières années. © Alpha Classics
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 février 2020 | 7 Mountain Records

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 14 février 2020 | Divine Art

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Duos - Paru le 7 février 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Isabelle Faust et Alexander Melnikov font revivre sur instruments d’époque ces “sonates pour clavier avec accompagnement de violon ˮ, une tradition que Mozart a su renouveler de l’intérieur, ouvrant la voie à un Beethoven, un Schubert ou un Schumann. Le premier volume avait reçu de nombreux éloges : “à écouter en boucle, en attendant avec impatience le prochainˮ. (CHOC de Classica) “Cette lecture audacieuse, servie par une violoniste s'impliquant sans retenue, mérite le détour (Diapason) © harmonia mundi 
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Piano solo - Paru le 7 février 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Le pianiste français Adam Laloum rejoint la prestigieuse écurie harmonia mundi avec un album consacré à Schubert. On y retrouve ce qui fait le prix de ce jeune artiste attachant : un art de faire chanter le piano à travers une vision d’une poésie intensément mélancolique avec un toucher moelleux et incarné. Moins connue que les grandes sonates de la trilogie finale, la Sonate en sol majeur, D. 894 fut une des rares œuvres publiées du vivant du compositeur. Schumann la considérait comme la plus parfaite de toutes sur le plan de la forme, et Liszt lui vouait un intérêt tout particulier. Éditée dix ans après la mort de Schubert, la Sonate en ut mineur, D. 958 date de l’automne 1828, quelques semaines avant la mort d’un compositeur rongé par la syphilis, en proie à ses démons intérieurs et à ses questionnement angoissés, face à la mort qu’il voit clairement s’avancer face à lui. Adam Laloum traduit à merveille le côté fraternel du cher Franz qui semble s’excuser d’une gravité ponctuée de quelques éclaircies, petites parcelles d’insouciance – ou de fatalisme – à l’automne d’une vie prématurément interrompue. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 février 2020 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Piano solo - Paru le 31 janvier 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Après un premier enregistrement des Variations Diabelli de Beethoven acclamé par la critique ("Diapason d’Or", BBC, The Guardian, Le Monde,...), Filippo Gorini, disciple d’Alfred Brendel et lauréat du Premier Prix et du Prix du public du Concours Beethoven de Bonn en 2015, poursuit une carrière en pleine expansion. Il creuse ici son sillon beethovénien et s'attaque à la périlleuse Sonate n° 29, "Hammerklavier", dont Beethoven lui-même disait qu’elle donnerait du fil à retordre aux générations futures, avant de graver la Sonate n° 32 qui, selon Thomas Mann, représentait l'achèvement de la forme sonate. © Alpha Classics« [...] Son nouvel album livre un programme plutôt ambitieux et exigeant pour un virtuose d'à peine vingt-cinq ans. Non seulement il y fait preuve d'une technique exceptionnelle, mais il surprend toujours par la fraîcheur, l'intensité, la radicalité et cette liberté d'allure qui singularisait déjà son premier enregistrement. [...] » (Diapason, mars 2020 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 31 janvier 2020 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,19 €

Musique de chambre - Paru le 31 janvier 2020 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Musique de chambre - Paru le 31 janvier 2020 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 31 janvier 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Piano solo - Paru le 24 janvier 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Pour son premier album chez harmonia mundi, le jeune et brillant pianiste belge Julien Libeer a jeté son dévolu sur un incongru tandem Bach-Bartók. C’est par hasard qu’il a découvert les affinités secrètes reliant ces deux compositeurs en travaillant simultanément des pièces de chacun d’eux. « Il y a chez les deux une âpreté, un refus de tout maniérisme, mais aussi une qualité extraordinaire de l’écriture polyphonique et un rapport au rythme, qui les rend, sinon identiques, du moins complémentaires » explique l’interprète. Avouons que le projet fonctionne plutôt bien. C’est par le biais de la suite de danse que Julien Libeer a opéré ce rapprochement. La Suite française n° 5 et la Partita n° 2 de J. S. Bach sont confrontées ici à la Suite Op. 14 et la suite En plein air, chef-d’œuvre de la musique de piano de Bartók proposant cinq visions campagnardes telles qu’on pouvait les vivre dans la Hongrie des années 1920. Comme toujours, le génie de Bartók transcende les influences folkloriques en les intégrant magistralement dans la modernité de son propre langage. Parallèlement à ses activités de soliste et de concertiste, Julien Libeer participe à des projets pédagogiques visant à partager la musique au-delà de sa représentation en concert ou en disque, notamment auprès de neuf écoles dans le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, où il a créé une chorale de haut niveau avec son ami Zeno Popescu dans le but d’instiller le virus de la musique aux jeunes du quartier. © François Hudry/Qobuz 2020
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 17 janvier 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Les qualités de ces huit partitions rarement jouées du dernier tiers du XIXe siècle et l'entrain de leur interprétation nous conquièrent sans peine. L'invention mélodique y est permanente [...] Au plaisir de la découverte s'ajoute le charme d'une interprétation peaufinée, qui jongle continuellement avec la ligne mélodique. Les couleurs variées et soyeuses de la flûte de Juliette Hurel s'apparient à merveille au piano élancé d'Hélène Couvert, à la richesse de ses nuances et à la chaleur de sa sonorité. Un superbe panorama de la flûte au féminin.» (Diapason, mars 2020 / Jérôme Bastianelli)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Quatuors - Paru le 17 janvier 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason découverte
« Révélation du quatuor Kitgut mené par Amandine Beyer dans un programme made in England où le Consort de Purcell croise la maturité de Haydn. [...] Le titre de leur premier disque provient de la passacaille de King Arthur. [...] Kitgut joue l'effacement des frontières : conversation plutôt que "symphonie" chez Haydn, mais lyrisme plutôt qu'exercice polyphonique chez Purcell. On ne revient d'ailleurs pas de l'unité sonore où parviennent déjà (leur quatuor a été fondé il y a cinq ans) des musiciens (Amandine Beyer, Naaman Sluchin, Josèphe Cottet, Frédéric Baldassare) que rien par leurs études ou leurs trajets ne devait rapprocher. [...] On croirait tout du long un unique instrument à seize cordes — en boyau et frottées par des archets anciens, d'où cette lumière tendre, ces tons lunaires, ce frémissement continu sans pudeur ni effet de manche. [...]» (Diapason, mars 2020 / Ivan A. Alexandre)