Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 20 mai 2016 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
En 1918, Prokofiev s’éclipsa d’URSS en catimini pour séjourner aux États-Unis pendant une vingtaine d’années, mais rentra à Moscou avec toute sa famille peu avant la Deuxième Guerre mondiale : nostalgie sans doute, peut-être aussi quelques staliniennes promesses d’une belle vie derrière le Rideau de fer. Les deux Sonates pour violon et piano datent de cette époque de retour, alors que le compositeur était surtout occupé avec des partitions de grande ampleur pour le cinéma, la scène et l’orchestre. À l’inverse, ce genre de musique de chambre représente un indispensable contrepoids en termes de lyrisme instrumental et de masse sonore. La Première Sonate fut achevée en 1938, la Seconde a commencé son existence comme une Sonate pour flûte et piano (!) mais peu après la création de ladite sonate, Oistrakh suggéra à Prokofiev de la transcrire pour le violon et, baguette magique, voilà le résultat : une véritable Sonate pour violon et piano dont on ne soupçonnerait guère qu’elle a été écrite pour la flûte dont les moyens d’expression, il faut le dire (sans vouloir offenser la planète flûtistique), sont moins étendus. En complément de programme, la violoniste allemande Franziska Pietsch – lauréate du Concours Bach de Leipzig et du Maria Canals de Barcelone, entre autres distinctions – propose les Cinq mélodies Op. 35b, transcrites par le compositeur en 1925 d’après cinq pièces pour piano et voix sans paroles – des vocalises, si l’on veut – des années 20. Tout un pan du répertoire peu connu du compositeur. © SM/Qobuz
HI-RES12,24 €17,49 €(30%)
CD8,74 €12,49 €(30%)

Piano solo - Paru le 18 novembre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama