Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 3 mars 2014 | Avie Records

Hi-Res Livret
Voilà un couplage passionnant et risqué, car le mélomane peu curieux passera à côté par peur de la nouveauté. Pourtant, le Concerto Concentric Paths (Chemins concentriques) écrit par le compositeur britannique Thomas Adès, en 2005, est d'un langage qui ne fera peur à personne. Reprenant des figures de style et des formes classiques (chaconne, rondo) utilisées par Mozart dans le ballet de son opéra Idoménée, Adès fait montre d'un lyrisme hors d'âge qui frôle le néo-classicisme, dans une orchestration raffinée qui ne couvre jamais le violon. Augustin Hadelich joue avec conviction cette habile partie de cache-cache entre le passé et les modes de jeu d'aujourd'hui. Son interprétation du Concerto de Sibelius ne manque pas d'intérêt, mais c'est vraiment la partition d'Adès qui fait tout le sel de cet album. FH