Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 26 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Formé au Royal College of Music de Londres en 1994, le Belcea Quartet a déjà une riche discographie, dont une intégrale des quatuors à cordes de Beethoven. Pour ce nouvel enregistrement, l’ensemble a choisi d'enregistrer trois quatuors de deux compositeurs emblématiques du XXe siècle, Leos Janáček & György Ligeti. Quinze après une première gravure chez Zig-Zag et alors que la composition de l'ensemble a évolué, ils ont choisi d'enregistrer à nouveau les deux quatuors de Janáček. Le premier s'inspire de la célèbre œuvre de Leon Toslstoï, La Sonate à Kreutzer : l'oeuvre en quatre mouvements suit la chronologie de la nouvelle, jusqu'au meurtre final. Le second quatuor est surnommé "Lettres Intimes", en hommage à Kamila Stösslova avec qui le compositeur eut une importante relation épistolaire dans ses dernière années, et qui marqua sa vie et son œuvre. Enfin, le premier quatuor de Ligeti est sous-titré "Métamorphoses nocturnes" en raison de sa forme : l'œuvre est décrite par le compositeur comme une sorte de thème et variations, mais sans "thème" spécifique qui soit ensuite varié. C'est plutôt un même concept musical qui apparaît sous des formes constamment nouvelles - c'est pourquoi les « métamorphoses » sont plus appropriées que les « variations ». © Alpha Classics
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 novembre 2015 | Alpha

Hi-Res Livret
Říkadla, ce sont des comptines, c’est également le titre de l’une des œuvres présentées par le Collegium Vocale Gent ; mais le présent album comporte bien d’autres splendeurs négligées de Janáček, pour petit ensemble vocal et/ou petit ensemble instrumental. Le Concertino pour piano et ensemble de chambre, écrit en 1925 – l’ultime grande maturité du compositeur donc –, rassemble trois cordes et trois vents autour du piano, pour une sorte de musique étonnamment discursive, presque une sorte de discussion entre les instrumentistes tour à tour tendre, animée, hargneuse, méchante même… un étonnant moment de musique de chambre. On y trouve aussi Janáček socialement engagé avec 1.X.1905, une pièce conçue pour le piano dont le compositeur avait lui-même détruit le manuscrit – mais le premier interprète en avait copié deux mouvements sur trois, de sorte qu’il nous en reste une trace ; Reinbert de Leeuw l’a adaptée pour un petit ensemble instrumental dans lequel intervient l’accordéon, une sorte de rappel que 1.X.1905 évoque la mort d’un ouvrier tué lors des manifestations en faveur d’une université tchèque à Brno (l’empire Austro-Hongrois imposait la germanophonie universitaire par la force ; l’Université ne fut fondée qu’en 1919, à la chute de la monarchie). Et bien sûr, l’on n’oubliera pas l’ouvrage majeur du CD, Říkadla, les comptines pour ensemble instrumental (on y entend même l’ocarina !) et chœur, un sommet dans l’art du compositeur. © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 février 2017 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La composition des trois quatuors enregistrés par le magnifique Quatuor Voce s’échelonne sur quelque vingt ans, mais tous trois sont nés en Europe centrale. Bartók écrivit son premier quatuor vers 1909, dans une sorte de sillage formel des derniers quatuors de Beethoven, même si le langage oscille entre le chromatisme post-wagnérien et les influences folkloriques chères au compositeur. Le contraste est saisissant avec le dernier quatuor de Janáček, écrit l’année même de sa mort en 1928, intitulé par le compositeur lui-même Lettres intimes en allusion à son singulier amour pour une femme de trente-huit ans sa cadette ; l’ouvrage représente en quelque sorte une lettre musicale faisant pendant aux quelque sept cent lettres que le compositeur et la jeune femme s’échangèrent au cours des dix dernières années de la vie du musicien. Enfin, les Cinq pièces d’Erwin Schulhoff, de 1924, reprennent divers styles allant du tango à la valse viennoise, de la tarentelle au folklore tchèque, dans un langage moderne et d’une grande qualité d’écriture. Le Quatuor Voce, l’un des plus fameux jeunes ensembles français d’aujourd’hui, permet à ces œuvres de jaillir avec spontanéité et fougue ; on notera qu’il n’y a pas de « premier violon » dans le quatuor, les deux violonistes passant du premier au second violon d’une œuvre à l’autre. © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 25 août 2015 | Alpha

Hi-Res Livret
Jos van Immerseel célèbre ses soixante-dix ans, et pour l'occasion, Alpha Classics (qui résulte de la fusion des marques Alpha et Zig-Zag Territoires, qui fut depuis plusieurs années son label attitré) prévoit plusieurs parutions pour fêter ce grand anniversaire. La première le présente à la tête de son ensemble, Anima Eterna Brugge, dans des œuvres de Dvořák et Janáček, pour un voyage en Europe Centrale. Immerseel et ses musiciens poursuivent ici leur exploration des grandes pages du grand répertoire classique, en le revisitant avec leurs instruments si particuliers, dans un désir d'en retrouver l'authenticité sonore. Ravel, Poulenc, Rimski-Korsakov, Mozart, Orff, Debussy ont déjà bénéficié de ce traitement de faveur. Aujourd’hui, Immerseel s’embarque pour deux partitions parmi les plus emblématiques du répertoire tchèque, gravées en leur temps par de nombreux grands chefs d’orchestre « nationaux », Ancerl, Sejna, Neumann, Talich, et on en passe ! Il s’agit de la 9è Symphonie de Dvořák, la fameuse « Du nouveau Monde », et la Sinfonietta de Janáček. Ce nouvel album nourrira-t-il des débats à propos de la démarche d’Immerseel toujours aussi passionnés ? Pour le savoir, écoutez ! © Qobuz