Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Ondine

Hi-Res Livret
Selon ses propres termes, le compositeur finlandais Magnus Lindberg (né en 1958) n’a pas hésité à remettre des genres sur le métier qu’il avait déjà abordés des décennies auparavant, car il ne cherchait pas particulièrement à ne faire « qu’un seul concerto » pour chacun des instruments possibles ou imaginables. De la sorte, vingt ans séparent les deux concertos pour piano, quinze ceux pour violoncelle, dix les deux pour violon. C’est pour Frank Peter Zimmermann qu’il a écrit le Second Concerto pour violon ici donné par le dédicataire lui-même ; comme tant de compositeurs ayant commencé leur parcours lors de la deuxième moitié du XXe siècle, il y a chez Lindberg un évident « retour en arrière » vers des langages plus harmoniques ou du moins harmonieux, après quelques incursions chez Boulez ou la musique concrète ou le minimalisme ou les possibilités offertes par l’électronique, caractérisées par des œuvres plutôt râpeuses et féroces. Point de telle férocité dans le très lyrique Concerto pour violon, pas plus d’ailleurs que dans Tempus fugit de 2017, un somptueux poème symphonique en cinq parties renouant en quelque sorte avec des impressions quasiment romantiques, même si le langage harmonique et orchestral (une richissime palette) est des plus contemporains. Pour quiconque pense ne pas aimer les premières œuvres de Lindberg, il convient de ne surtout pas rejeter cette sorte de renaissance du compositeur, autrement plus proche des cœurs et des oreilles – et aussi de l’esprit, pour ceux que ses modèles architecturaux des plus complexes peuvent intéresser, en dehors du discours purement musical. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | Haenssler Classic

Hi-Res
L’intérêt particulier de cet enregistrement, signé du violoniste allemand Frank Peter Zimmermann, est de juxtaposer deux concertos « originaux » de Bach pour violon, et deux concertos « reconstruits » d’après des versions que l’on sait postérieures, mais dont la version antérieure est perdue. C’est le cas du Concerto en ré mineur BWV1052R (« R » pour « reconstruit »), que tout le monde connaît comme l’un des plus fameux concertos pour clavier de Bach, mais dont l’écriture de base pour violon saute aux yeux. Le Concerto BWV1060R, lui, s’est frayé un chemin dans les consciences collectives comme « concerto pour violon et hautbois », alors que l’ouvrage initial semble avoir été conçu pour deux violons. Dans ce dernier cas, Zimmermann est rejoint par Zimmermann – non, non, pas en « re-recording » : il s’agit de son fiston Serge, violoniste lui-même de son état. Des interprétations alertes, très vivantes, aux tempos fougueux, donnent à toute cette musique un air de modernité. L’accompagnement est assuré par les impeccables Berliner Barocksolisten, les musiciens l’orchestre de chambre baroque issu du Philharmonique de Berlin. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 décembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2016 | Haenssler Classic

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 3 février 2015 | Haenssler Classic

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
" Franck Peter Zimmermann nous propose des lectures élégantes et naturelles qui reposent sur la beauté des sonorités et une verve narrative irrésistible. [...] La direction raffinée du chef polonais tisse une trame sonore en osmose parfaite avec le jeu du soliste, agrémentée de nuances dynamiques, de variations de textures et d'articulations, sans excès ni afféterie. [...] Une très belle lecture. (Classica, mai 2015 / Jean-Noël Coucoureux)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 juin 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Une très heureuse surprise que cet album consacré aux oeuvres pour violon de Paul Hindemith qui fait toujours un peu peur aux Français. L'excellent violoniste Frank-Peter Zimmermann interprète le Concerto pour violon avec un jeu brillant et délicat accompagné avec soin par Paavo Järvi. Ce Concerto, si émotionnel et passionné, devait subir les foudres nazies et représente à la fois le sommet des oeuvres pour violon du compositeur allemand (lui-même excellent violoniste et altiste) en même temps que le sommet de sa disgrâce. Les Sonates pour violon et piano ou pour violon seul, écrites antérieurement, sont lyriques et expressives et semblent ouvrir la voie au Concerto qui reste le chef-d'oeuvre de Hindemlith pour le violon. Une redécouverte qui vient à point nommé réparer une injustice. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 août 2010 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
Enregistré en studio à la suite d'une série de concerts que le violoniste allemand Frank Peter Zimmermann donna à Helsinki du Concerto op. 47 de Sibelius en novembre 2008. Complétée par des interprétations fines et enthousiastes du Barde et du plus rare Nymphe des Bois, le Concerto pour violon séduit ici par son ton rêveur.