Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

186 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Channel Classics Records et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Rachel Podger (violon & direction) - Judith Steenbrink (2e violon) - Holland Baroque Society
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 novembre 2002 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Les Pièces de clavecin en concerts sont-elles la partition de Rameau la plus enregistrée ? C'est très probable. [...] tous les grands clavecinistes ont chéri un recueil où leur instrument se taille la part du lion et jouit d'une écriture formidablement bien sonnante à condition d'en maîtriser les codes – Rameau précise d'ailleurs dans sa préface que la partie de clavier se suffit à elle-même et invite à la jouer seule. [...] Seize pièces hautes en couleurs : cahier idéal pour le concert comme pour le disque. C'est par cette porte qu'il faut découvrir Rameau et entrevoir ses opéras. [...] Trevor Pinnock, dans cet enregistrement, revient à un compositeur dont il avait marqué la discothèque trente ans plus tôt. [...] Quand il se décide enfin à graver les Pièces en concerts, son Rameau n'a pas changé d'un poil et n'a pas pris une ride. Un clavecin opulent et subtil, classique non par sa réserve mais par sa confiance dans chaque effet. [...] Pinnock a réuni deux coloristes hors pairs. À la viole, Jonathan Manson, expert dans les métamorphoses que lui demande Rameau (tantôt basse d'orchestre résonante et un peu "grasse", tantôt ténor svelte). Au violon, luxe suprême, Rachel Podger. [...] » (Diapason)
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique concertante - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Ce nouvel enregistrement, venu du Pays de Galles, sous la direction de la violoniste Rachel Podger et de ses amis musiciens du Brecon Baroque, est dans la continuité du précédent consacré aux concertos pour violon de Bach. Cette fois, ce sont les doubles et triple concertos très proches des Concertos Brandebourgeois dans leur écriture, où chaque voix devient soliste à son tour. Une version lumineuse, intimiste, de la musique de chambre avec un seul musicien par partie dans le ripieno. Prise de son pleine de chaleur et de naturel. FH
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Les intégrales des œuvres de Beethoven se succèdent à un rythme effréné à l’horizon de 2020, à l’occasion des 250 ans de la naissance de l’immortel bien aimé. Quand on aime, on ne compte pas, certes. Mais on se demande ce que feront les éditeurs en 2027 pour le bicentenaire de la mort du grand compositeur avec des musiciens qui seront peu ou prou les mêmes qu’aujourd’hui… Depuis le début de l’histoire du disque chaque chef veut laisser sa trace avec plus ou moins d’intérêt dans l’interprétation des Neuf Symphonies. Rien de plus excitant pour le critique et le mélomane que de suivre les diverses tendances de l’interprétation. Le chemin parcouru depuis Arthur Nikisch est passionnant mais mal aisé ; il n’est pas linéaire et ne propose pas, à part la qualité de restitution, d’évolution, notion inconnue en art comme chacun le sait.Chaque enregistrement est le miroir de son époque avec ses vedettes, ses artistes injustement méconnus, ses adeptes d’un romantisme exacerbé ou d’une vision décantée, intellectuelle, voire abstraite. La version d’Ivan Fischer (ici les Symphonies 1 & 5) est avant tout remarquable par la qualité exceptionnelle du Budapest Festival Orchestra qu’il a fondé en 1983 avec son compatriote, le regretté Zoltan Kocsis. Constitué par la fine fleur des jeunes musiciens sortis des prestigieux conservatoires hongrois, cet orchestre a vite été classé dans le peloton de tête des grandes phalanges européennes grâce à un travail rigoureux et la pratique du travail d’orchestre avec l’exigence de la musique de chambre. La souplesse virtuose des cordes, la personnalité des pupitres de vents, la force des cuivres et le rebond rythmique dansant donnent à cette intégrale en cours un charme tout à fait particulier. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 septembre 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 16 septembre 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Éternelle question quant à l’interprétation de L’Art de la fugue : ces fugues étaient-elles même destinées à être jouées ou étaient-elles un corpus abstrait, à quels instrument(s) Bach pensait-il en l’écrivant, et quid de l’ordre des pièces… Ce que l’on sait, c’est que le Cantor avait initialement conçu dès 1742 un ensemble de quatorze pièces, douze fugues et deux canons, et qu’il avait ensuite remis son ouvrage sur le métier, sans avoir pu l’achever, nous léguant encore quatre fugues dont une inachevée – était-elle conçue comme la dernière, avec sa « signature » du nom de Bach entremêlé dans la trame fuguée, était-elle même destinée au recueil, l’état d’inachèvement était-il volontaire ? L’ensemble Brecon Baroque a choisi de les présenter par ordre de complexité : les cinq fugues simples, suivies des fugues doubles, ensuite les fugues par mouvement contraire, et pour finir les triple et quadruple fugues. La fugue inachevée n’est pas incluse dans l’enregistrement, pour plusieurs raisons dont la principale est qu’aucun des trois sujets qu’elle tisse dans son discours n’est apparenté au sujet principal des dix-huit autres fugues ; on dispose donc ici des dix huit pièces complètes. Le choral « Vor deinen Thron » avec lequel se referme certains enregistrements, et dont on sait qu’il n’est qu’un ajout posthume de fiston Bach, n’est bien sûr pas inclus. Brecon Baroque fait appel aux cordes solo, parfois doublées d’un clavecin pour varier les sonorités. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 septembre 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Rachel Podger, « la reine du violon baroque » selon le Sunday Times, s’est fermement établie comme une des interprètes majeures des ères baroque et classique. Programmatrice de talent, elle est également fondatrice du Brecon Baroque Festival et de l’ensemble Brecon Baroque, avec lequel elle vient d’enregistrer le présent album rassemblant quatre violonistes-compositeurs, trois Italiens et un Allemand, tous nés pendant le dernier quart du XVIIe siècle, et morts aux alentours des années 1760 hormis Vivaldi qui s’éteignit quelque années plus tôt. Ces œuvres explorent le royaume de ce qui était alors la forme révolutionnaire de la sonate pour violon et continuo, qui entrelace les anciennes danses stylisées avec la tradition « préludante » plutôt germanique, un monde stupéfiant d’inventivité. Selon Rachel Podger : « Les liens personnels entre ces quatre compositeurs sont un vrai roman populaire ! Veracini et Pisendel, virtuoses émérites, eurent un différent tel que Veracini s’enflamma au point de se jeter par la fenêtre de rage, se brisant le pied au passage. Veracini étonna Tartini avec sa technique d’archet d’une étonnante fluidité, de sorte que Tartini se retira quelques temps pour travailler sa propre technique. Pisendel avait étudié avec Tartini et Vivaldi… ». Ajoutons que l’une des sonates de Vivaldi ici présentée est dédiée à Pisendel. Podger confère une grande unité à ces œuvres écrites aux quatre coins des royaumes européens à une époque où de puissantes influences musicales croisées changeaient sans cesse les styles et les modes. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 mars 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 26 août 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Il est de bon ton d’affirmer que Telemann fut un robinet d’eau tiède baroque, du haut de ses quelque 1750 cantates, 50 passions, 50 opéras et quelque 700 œuvres instrumentales. C’est aussi faux et idiot que de prétendre que Vivaldi écrivit cinq cent fois le même concerto… La vérité est bien différente : s’il existe sans nul doute des ouvrages moins intéressants chez Telemann comme chez tout le monde, la quantité de répertoire disponible permet de faire son choix et de s’arrêter sur les chefs-d’œuvre, ce qui laisse toujours de quoi jouer des dizaines d’heure de superbe musique ! C’est le cas de cet album où l’Ensemble Florilegium a sélectionné quelques concertos de toute beauté, dans lesquels Telemann se fait un malin plaisir à brouiller les cartes. Un concerto en mi majeur, ce n’est déjà pas trop fréquent, la tonalité étant un peu inconfortable pour les instruments de l’époque ; mais un concerto pour flûte, hautbois d’amour et viole d’amour, voilà qui est des plus rares. C’est que le compositeur a compris que, pour ces instruments solistes moins éclatants, autant choisir une tonalité qui oriente vers des sonorités plus tendres. On remarquera les accents polonais de nombreux passages, une caractéristique très telemannienne, rien de plus normal lorsque l’on sait qu’il vécut deux années à Sorau (l’actuelle Żary), en terre polonaise. Le deuxième concerto de l’album s’adresse à la douce flûte à bec et à une viole de gambe soliste – et extrêmement virtuose. Suit l’une des 1750 cantates du compositeur, puis deux autres concertos non moins étonnants d’écriture et d’effectif, pour se terminer avec une de ces très grandes suites-ouverture dont Telemann a le secret, fusion de tant d’influences française, allemande, italienne, polonaise, ancienne et moderne. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Anna Fedorova s’épanouit dans le répertoire russe et plus généralement romantique. Ses prestations avec l’orchestre de la Nordwestdeutsche Philharmonie – données dans la Grande Salle du Concertgebouw royal et visibles sur sa chaîne YouTube – en témoignent. Les concertos de Tchaïkovski et Rachmaninoff, entre autres, montrent une musicienne passionnée et dotée d’une imparable technique. Au disque, Anna Fedorova se mue en conteuse, en storyteller, annonce le titre de son dernier enregistrement, le deuxième pour le label Channel Classics Records. Le précédent, Four Fantaisies, s’appuyait déjà sur le pouvoir de l’imaginaire romantique. Placée sous la triple tutelle de Chopin, Liszt et Scriabin, la pianiste ukrainienne se fait l’aède de récits devenus musique. Ballades et sonnets aux charmes épiques, parfois dansants, souvent contemplatifs, et toujours habités d’une puissante voix poétique. Les « feuilles d’album » qu’Anna Fedorova prélève chez ces trois compositeurs sont autant d’épisodes d’une grande geste dont le piano est le héraut. Si le versant épique de ces œuvres est particulièrement mis en relief, la pianiste n’en ignore pas la dimension poétique. Elle donne ainsi de la Quatrième Sonate, Op. 30 de Scriabin une version exaltée et exaltante. En moins de 9 minutes de musique, un monde s’invente (Andante) puis se déchaîne dans une formidable tempête (Prestissimo volando). Anna Fedorova dompte cette partition complexe : la mélodie émerge avec une évidente clarté des flots où l’auditeur, conquis, peut chavirer avec délice. De Chopin à Scriabin, on assiste à l’évolution d’un langage vers toujours plus d’abstraction et d’inventivité harmonique tout en lisant le roman de formation d’une musicienne. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Quatuors - Paru le 12 avril 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret