Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 1 octobre 2018 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2015 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Difficile de ne pas passer l’épreuve du feu du Concerto d’Aranjuez de Joaquin Rodrigo lorsqu’on envisage de se faire un nom dans le monde de la guitare classique. Le chef d’œuvre le plus populaire du grand compositeur espagnol est justement au cœur de ce troisième album de Milos Karadaglic enregistré avec le London Philharmonic Orchestra dirigé par le charismatique Yannick Nézet-Séguin... Quelques années seulement ont suffi au virtuose monténégrin fraichement trentenaire pour devenir l’un des guitaristes classiques les plus populaires de sa génération. Un talent indéniable, une belle gueule, la voix royale s’ouvre pour un musicien qui se considère encore comme un « bébé » et qui rêve de créer l’œuvre qui sera le Concerto d’Aranjuez de demain. © MD/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 23 septembre 2016 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 24 février 2017 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Le « Homeland » - mère-patrie – évoqué par le titre de cet ample album est celui d’origine des quatre compositeurs ici abordés, même si les éventuels exils des uns et des autres n’étaient pas forcés. Dvořák s’installa quelques années aux États-Unis, tenté par les mille possibilités qu’offrait le poste de directeur du Conservatoire de New York, tandis que Walton avait choisi d’habiter sur l’île d’Ischia au large de Naples pour des raisons de plaisir personnel, de soleil et de liberté. Quant à l’Ukrainien Alexey Shor, il vit dorénavant à New York, de son propre choix. Seul Bartók, en vérité, se retrouva aussi à New York en un exil forcé par la Seconde guerre ; et son Concerto pour alto, commande de William Primrose, resta en plan à la mort du compositeur. Les brouillons et esquisses furent rassemblés en ce concerto qui reste malgré tout une « œuvre en progression », puisque la première reconstitution – constitution, plutôt – de la plume de Tibor Serly en 1949 fut suivie de maints remaniements, dont celle du fils de Bartók lui-même quelque cinquante ans plus tard ! L’enregistrement propose la première vision, celle de Serly. De Dvořák, l’altiste David Aaron Carpenter présente sa propre réécriture du célèbre Concerto pour violoncelle. Enfin, les pièces de Shor se situent dans un cadre tonal, néo-romantique, mélodique, qui ignore résolument tout ce qui a pu se faire à partir des années 1900, un choix qui de nos jours est enfin admis alors que voici quelques décennies, il aurait été catalogué dans la catégorie « musique facile » ou « musique légère ». © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
En baptisant son album « The Golden Age » (« L’Age d’or »), le violoniste Ray Chen souhaitait évoquer une époque où les violonistes Fritz Kreisler et Jascha Heifetz parcouraient le monde tandis que l’encre des partitions de Claude Debussy, Erik Satie, Max Bruch, Cyril Scott et George Gershwin était à peine sèche. Chen a conçu son bouquet comme une grande effloraison majeure bordée de fleurs plus petites, mais dont la taille cache souvent une perfection des plus exquises. Ainsi le Premier Concerto de Max Bruch, un ouvrage certes majeur mais musicalement très classique de 1866, est-il entouré de quelques perles de Gershwin, Ponce ou Scott réécrites par Heifetz et Kreisler, sans oublier les délicieux clins d’œil de Stephan Koncz (né en 1984) à Satie dans The New Satiesfaction ou Debussy dans sa réécriture du Clair de lune. C’est Stephan Koncz lui-même, par ailleurs violoncelliste au Philharmonique de Berlin, qui tient la partie de violoncelle dans les réécritures pour quatuor à cordes. Quant à Ray Chen, il remporta en 2008 le Concours Menuhin et l’année suivante le Concours Reine Elisabeth de Bruxelles, deux somptueux sésames pour la grande carrière internationale qu’il mène désormais en inséparable compagnie du Stradivarius ayant appartenu à Joseph Joachim. © SM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2015 | Nonesuch

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2017 | Universal Music Spain S.L.

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 octobre 1997 | UNIVERSAL MUSIC LLC

Hi-Res
Deux cinéastes ont évidemment une place prépondérante dans cette compilation de thèmes et suites signés Joe Hisaishi et revisités pour le London Symphony Orchestra. On trouvera tout d’abord des œuvres tirées de films réalisés par l’un de ses metteurs en scène fétiche, Takeshi Kitano : le minimaliste – mais lyrique – Sonatine, ainsi que le thème principal de A Scene at the Sea. Cette dernière BO est assez typique du style Hisaishi, lequel est très souvent constitué de mélodies sucrées et innocentes, avec un fond de nostalgie et une sensibilité à fleur de peau. Imprégnée par la musique française du début du XXe siècle, cette reprise orchestrale de A Scene at the Sea se trouve à des années-lumière des synthés et du piano épuré de la version originale (lequel était toutefois très proche de l’esprit d’un Satie, il est vrai).L’autre grand complice du Maestro Hisaishi se nomme Hayao Miyazaki, et c’est lui aussi l’un des piliers de l’album. Deux films d’animation cultes du cinéaste se taillent la part du lion : le poème symphonique tiré de la BO de Nausicaä, d’une part (mélange de couleurs arabo-andalouses et de musique baroque façon Haendel), et la danse frénétique de Porco Rosso (Madness), d’autre part. Miyazaki et Kitano sont tellement indissociables de l’œuvre de Hisaishi qu’on oublierait presque que ce dernier a également travaillé avec d’autres cinéastes, comme Nobuhiko Obayashi. Connu pour ses films sur le passage de l’enfance à l’âge adulte – parfois mâtinés d’un certain surréalisme – Obayashi possède un univers qui s’accorde lui aussi idéalement à celui de Joe Hisaishi. Sorte de pavane mélancolique inspirée par l’Infante défunte de Maurice Ravel, Two of us met l’accent sur les bois, la harpe et les cors, tandis que For you est une musique tendre dans laquelle le violoncelle dialogue avec une flûte traversière. Ces deux thèmes sont tirés de films de Obayashi datant du début des années 1990 – un cinéma peu connu en occident et dont la musique, par le biais de cet album merveilleux, pourra constituer pour certains une première approche. ©Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES25,49 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 1973 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | Everest

Hi-Res