Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

173 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Franz Liszt et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 11 août 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
On trouvera ici Nelson Freire en 1966, âgé de vingt-deux ans pour ses « débuts » radiophoniques allemands (en l’occurrence la RIAS de Berlin), dans un répertoire quelque peu inhabituel : les Pièces lyriques de Grieg, assez éloignées de toute notion de virtuosité, puis quelques moments de Liszt parmi les plus éclatants – la Rhapsodie hongroise n° 5 que le compositeur avait lui-même appelée « Héroïde-élégiaque », et celle qui circule sous le nom légèrement plus sobre de Preludio. Vingt ans plus tard, toujours à Berlin mais en 1986, le même Freire donnait le Second Concerto de Saint-Saëns, accompagné du Radio-Sinfonieorchester Berlin devenu entre-temps le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, que dirigeait Ádám Fischer ; il s’agit d’un concert radiophonique capté en public et diffusé en direct, donc aucune tricherie possible – non pas que Freire, d’ailleurs, soit un grand adepte du traficoton. Ce sont là de fascinantes archives qui montrent le pianiste brésilien déjà en pleine possession de ses phénoménaux moyens à vingt-deux ans, et en belle maturité pourtant toujours juvénile et enjouée dans Saint-Saëns. © SM/Qobuz
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Piano Classics

Hi-Res
C’est l’un des thèmes les plus souvent variés du répertoire, si l’on excepte La Folia qui reste une vraie folie : le 24e Caprice de Paganini a ainsi été saisi par Liszt, Lutosławski, Rachmaninov, Szymanowski, Ysaÿe et même Benny Goodman, ainsi bien sûr que Brahms qui écrivit rien moins que deux cahiers de variations sur ce thème en 1863. Vingt-huit variations que Clara Schumann avait surnommées « les variations de la sorcière », pour les raisons que l’on imagine. Et voici que le sorcier pianistique Alexander Gavryluk, né en Ukraine en 1984 et désormais citoyen australien, décide de les enregistrer : sorcière + sorcier = étincelles ! Pour mémoire, Gavryluk fut lauréat des concours Rubinstein et Horowitz. Et il complète son interprétation des Variations de Brahms avec quelques moments non moins ensorcelés de Liszt, que sont la célèbre Méphisto-Valse, la Tarentelle et la Danse macabre d’après Saint-Saëns, réarrangée par Horowitz pour pimenter un peu le propos… Et pour se consoler de tant d’infernale magie, Gavryluk propose en contrepoids le Liebestod d’Isolde d’après Wagner, et une Consolation de Liszt –l’une des pièces les moins virtuoses qui soient du maître. © SM/Qobuz
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 3 janvier 2016 | Piano Classics

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 2 décembre 2019 | Orpheus

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Challenge Classics

Hi-Res

Classique - Paru le 26 septembre 2013 | COBRA RECORDS

Livret
Téléchargement indisponible
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Franz Liszt : Première année de pèlerinage : Suisse (extraits) - Berlioz : Symphonie Fantastique (transcription Liszt) / Roger Muraro, piano
HI-RES15,49 €
CD10,99 €
300

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2010 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2016 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Récompensée pour son récital Mozart d’un Qobuzissime, la soprano Regula Mühlemann poursuit son chemin discographique chez Sony avec un album consacré à une thématique éminemment romantique. Lieder der Heimat est un programme musical ambitieusement conçu puisqu’il mêle pièces maîtresses (Schubert, Liszt), œuvres inattendues (Rossini) et raretés (Baumgartner, Frey et la plus française Marguerite Roesgen-Champion) autour d’un concept typiquement germanique. Si l'on peut traduire Heimat par “patrie”, on néglige la part affective que contient le terme allemand, où défilent les paysages de l’enfance. Le lied est le lieu privilégié de l’expression des sentiments et des atmosphères qui s’y rapportent. Schubert en a fait un art dont la sophistication mélodique et harmonique se fait oublier dans le naturel d’une poésie qui parle directement au cœur. L’album s’ouvre d'ailleurs avec lui, au son de l’instrument pastoral par excellence, la clarinette, ici de Daniel Ottensamer. Sa sonorité veloutée de coin du feu ménage l’entrée de Regula Mühlemann. Le programme se déroule sans qu’on y prenne garde tant sa voix chaude et claire sied à ce répertoire – en allemand, en français, en italien ou en langue alémanique. On est tout de même tiré de nos rêveries quand s’élève Das Alte Guggisberger-Lied (La Vieille Chanson de Guggisberg). La chanteuse modèle son timbre pour lui donner une couleur spéciale grâce à des inflexions souples et un vibrato presque effacé. Cette parenthèse a cappella, d’abord à une voix, s’étoffe d’une deuxième puis d’une troisième – on regrette que le livret ne donne pas plus de détails sur les participantes supplémentaires. Quoi qu’il en soit, Regula Mühlemann forme avec la pianiste Tatiana Korsunskaya un duo parfait. Cette dernière a aussi son solo avec une page ondoyante des Années de pèlerinage : Le Lac de Wallenstadt. Si Konstantin Timokhine signale le retour de Schubert en cours de randonnée avec la sonorité alpine du cor naturel (Auf dem Strom, D. 943), c’est sur deux pièces plus opératiques que se referme le disque. La Pastorella al prato de Schubert s’enchaîne avec évidence et gourmandise avec une des Soirées musicales de Rossini, La Pastorella dell’Alpi. Le compositeur de Guillaume Tell (encore la Suisse !) offre une conclusion plus volage à l'enregistrement. Incroyable Regula Mühlemann à qui, décidément, vont tous les costumes ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
En arrangeant pour piano seul des Lieder de Beethoven, Schubert ou Chopin, Franz Liszt a, en quelque sorte, inventé le lied sans voix. Ce grand « IN » de l’histoire de la musique a tout réduit à son instrument pour le plus grand bonheur des pianistes virtuoses ou amateurs qui peuvent ainsi jouer des symphonies, des opéras ou des œuvres vocales seuls devant leur clavier. Les transcriptions de Liszt sont souvent si habiles et si réinventées, qu’elles sont devenues des œuvres à part entière. C’est le grand cycle de Beethoven À la Bien-aimée lointaine (An die ferne Geliebte) qui donne son titre à cet album imaginé par le pianiste allemand Alexander Krichel, né à Hambourg en 1989. Dans sa transcription de 1849, rarement jouée, du cycle vocal de Beethoven, Liszt ne s’est permis que de très rares libertés et suit au contraire avec fidélité l’original, se contentant de valoriser l’accompagnement par endroits. Transcriptions encore avec deux pièces virtuoses de Kreisler revues par Rachmaninov et la Mort d’Isolde de Wagner par son ami Liszt. C’est une autre bien-aimée, Clara, qu’on retrouve bien sûr en filigrane dans les Études symphoniques, Op. 13 de Schumann qu’Alexander Krichel a enregistrées ici avec les cinq variations posthumes rétablies par Brahms dans son édition de 1873. Laissées à la convenance des pianistes quant à leur position dans l’œuvre, ces variations sont ici insérées entre les Études VII et VIII. Un choix qu’explique le jeune pianiste allemand : « la 7e Etude est une pièce très sauvage et après cela, je disparais en jouant les cinq Variations. Après ces dernières qui vous aspirent loin de la réalité, c’est la 8e Etude qui vous ramène à la réalité avec une incroyable gravité. C’est exactement le sens de ces pièces faites de brusques changements de direction semblables à ce qui peut vous arriver en art, en musique et dans la vie. » © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 février 2007 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 novembre 2010 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | CAvi-music

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Piano solo - Paru le 22 septembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 22 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret