Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

6068 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Symphonies - Paru le 30 septembre 2016 | Berlin Classics

Hi-Res Livret
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 11 juillet 2014 | Sony Classical

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
" ... ce Falstaff, on en était privé depuis des lustres, alors que c'est tout simplement le plus cher à notre cœur [...] Sous la baguette plus que jamais sorcière de Bernstein, chaque pupitre des Wiener Philharmoniker s'esclaffe avec un sens du timing et une énergie burlesque qui emporte tout sur son passage. [...] Ce n'est plus un orchestre, c'est un immense éclat de rire. Et le plateau est à l'unisson, en particulier le Sir John de Fischer-Dieskau que l'on n'attendait pas dans ce rôle mais qui y réalise une de ses compositions les plus abouties. [...] Alentour, tous s'en donnent à cœur joie, se laissant griser par les extrémités auxquelles les pousse le chef. [...] Ces retrouvailles nous enivrent " (Diapason, janvier 2015 / Emmanuel Dupuy)
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
En 2019 sera commémoré le 500e anniversaire de la mort d’un des plus grands génies de l’humanité, Leonard de Vinci, scientifique, inventeur, peintre… et musicien. Doulce Mémoire, qui se consacre depuis trente ans aux répertoires de la Renaissance, a décidé de lui rendre hommage. Son directeur et fondateur, Denis Raisin Dadre, éminent spécialiste de la musique de cette époque et grand amateur d’art, a conçu un programme original : « plutôt que faire de la musique au temps de Leonard, je suis parti des tableaux eux-mêmes. J’ai travaillé sur ce que pouvait être la musique secrète des peintures, quelles musiques pouvaient suggérer ces tableaux… ». Il a choisi une quinzaine de tableaux, dont beaucoup sont au Louvre : Le Baptême du Christ, L’Annonciation, La Vierge aux rochers, Portrait d’Isabelle d’Este, La Belle ferronnière, Sainte Anne, Saint Jean-Baptiste… et bien sûr La Joconde - qu’il a mis en correspondance avec des musiques de Jacob Obrecht (1457-1505), de Josquin Desprez (1450-1521), des laudes consacrées à l’Annonciation, des frotolle, des chants sur des textes de Pétrarque, accompagnés par la lira da braccio, instrument pratiqué par Vinci… Un riche livret accompagne cet enregistrement, avec la reproduction des tableaux de Vinci et des détails qui permettent d’entrer dans leur intimité et un texte de Denis Raisin Dadre expliquant ses choix. © Alpha Classics
HI-RES15,98 €
CD10,39 €

Classique - Paru le 12 mai 2012 | 2L

Hi-Res Livret
HI-RES15,98 €
CD10,39 €

Électronique ou concrète - Paru le 11 avril 2018 | 2L

Hi-Res
HI-RES15,98 €
CD10,39 €

Classique - Paru le 16 février 2013 | 2L

Hi-Res Livret
HI-RES15,98 €
CD10,39 €

Classique - Paru le 16 novembre 2015 | 2L

Hi-Res
HI-RES15,98 €
CD10,39 €

Classique - Paru le 15 janvier 2009 | 2L

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 avril 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les Vêpres de la Vierge de Monteverdi – Vespro della Beata Vergine – est un ouvrage composé de plusieurs ouvrages, si l’on veut. Le compositeur semble avoir mis dans cette publication vénitienne de 1610 tout ce qu’il avait à offrir, comme pour un immense catalogue de ce qu’il savait faire, dans l’ancien, le moderne, le strict, le flamboyant, l’instrumental, le vocal, le choral, le solo, la messe parodique, le magnificat, le psaume… Aurait-il voulu utiliser cet ouvrage au titre de dossier d’audition et de candidature pour Venise, où il devint effectivement maître de chapelle de 1613 ? Le fait que plusieurs passages soient conçus pour deux tribunes accueillant chacune un chœur pourrait militer dans ce sens. Toujours est-il que pour un dossier de candidature, Monteverdi a produit là l’un de ses plus impérissables chefs-d’œuvre, réalisant le pont entre la Renaissance finissante – avec les passages empruntés à la Prima practica, le style développé par Palestrina – et le baroque naissant et la Seconda practica chère à Monteverdi qui libéra la dissonance du carcan ancien. Pour cet enregistrement, Giuseppe Maletto a rassemblé les riches forces de La Compagnia del Madrigale et des ensembles Cantica Symphonia et La Pifarescha, car il faut beaucoup de beau monde pour se saisir des Vêpres en grand style. © SM/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 29 avril 2016 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
Dans la continuité des fondateurs que furent Lully et Delalande, Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville (1711-1772) poursuivit et développa la tradition du Grand motet sacré à la française. Pour mémoire, le Grand motet – des ouvrages religieux tout à fait spectaculaires – était le genre dominant à la Chapelle royale jusqu’à la Révolution, tout en atteignant aussi le public général ; et justement, Mondonville fut l’un des sous-maîtres de musique de ladite Chapelle dès 1740, grâce à l’excellence de son motet Venite exultemus Domino publié cette même année. Le Purcell Choir et l’Orfeo Orchestra, dirigés par György Vashegyi, nous proposent quatre de ces Grands motets : De profundis, Magnus Dominus, Cantate Domino et Nisi Dominus, parfaits témoignages de l’art du compositeur à brosser d’imposantes fresques chorales, vocales et orchestrales dans un surcroît de richesse mélodique. L’enregistrement a été réalisé à Budapest sous les auspices du Centre de musique baroque de Versailles ; les chanteurs adoptent principalement la prononciation du latin à la française, bien plus adaptée que la sempiternelle (et souvent encombrante, surtout dans ce genre de répertoire) prononciation à l’italienne. © SM/Qobuz« Ces grands motets de Mondonville, enregistrés à Budapest par une équipe franco-hongroise et publiés sous un label espagnol, comblent un vide discographique : si, depuis l’enregistrement pionnier de William Christie (Erato, 1996), certains ont été donnés régulièrement au concert, aucun ensemble baroque ne s’était risqué à les graver au disque. [...] Dans le De Profundis, les inflexions préromantiques de l’Orfeo Orchestra annoncent Gossec, voire Berlioz, là où Les Arts Florissants, d’une grande élégance, tiraient davantage cette musique vers Lalande. [...] A l’exception d’Alain Buet au souffle un peu court (« Fiant aures »), les solistes se caractérisent par leur souveraine maîtrise et une interprétation, sans doute concertée, d’une grande force émotionnelle, comme pour conjurer la solennité des récits du compositeur narbonnais. Les interventions de Mathias Vidal, à cet égard, sont un modèle d’équilibre et d’expression. Saluons aussi la diction distinguée de Daniela Skorka et Jeffrey Thompson. Une réussite collégiale. » (Classica, juin 2016 / Jérémie Bigorie)
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 29 mars 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
Le compositeur tchèque Viktor Kalabis est un des acteurs principaux de la vie musicale praguoise jusqu’aux évènements de 1968 qui vont précipiter sa chute. Évincé de son poste de directeur de la Radio Tchécoslovaque de Prague suite à l’intervention des troupes soviétiques, il se voue complètement à la composition dès 1972. C’est après la Révolution de velours de 1989 qu’il peut relever la tête et reprendre des fonctions officielles. Grand admirateur de son compatriote Bohuslav Martinů, il est aussi dans la sphère d’influence de compositeurs comme Bartók, Honegger et Stravinski. Kalabis est avant tout un symphoniste, auteur de cinq symphonies et d’une dizaine de concertos pour divers instruments. Ce premier enregistrement intégral de sa musique de piano fait suite à un album consacré à trois sonates de Kalabis, ainsi qu’à un disque très remarqué consacré à des œuvres symphoniques qui a reçu les récompenses des revues Classica (France) et Gramophone (Grande-Bretagne). C’est grâce à la ténacité de son épouse, la grande claveciniste Zuzana Růžičková, disparue depuis, que cette série d’enregistrements a pu voir le jour. Ce nouvel opus regroupe un travail de cinquante ans de création, depuis la première sonate d’après-guerre jusqu’aux miniatures écrites à la lisière de notre XXIe siècle. On retrouve du début à la fin les qualités de Kalabis, avec ce mélange d’extrême rigueur qui s’éloigne des schémas traditionnels tout en utilisant un contrepoint très savant, avant d’atteindre l’épure au travers d’un style de plus en plus personnel. Diplômé de l’Académie des Arts de Prague, le pianiste Ivo Kahánek a également étudié avec Christian Zacharias et Alicia de Larrocha. Actuellement, il se consacre surtout aux musiciens de son pays pour le label Supraphon, et collabore régulièrement avec la Radio-Télévision Tchèque. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 29 septembre 2014 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 octobre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Après six ans de silence, la comédienne et réalisatrice revient à la chanson avec un superbe album doté d’une flamme intérieure surpuissante. C’est le succès de Rio Paris en 2014, album partagé avec Natalie Dessay et Helena Noguerra, qui a redonné à Agnès Jaoui le feu sacré, le désir d’enregistrer ce disque… Enregistrement aux couleurs intensément latines, Nostalgias est chanté en espagnol mais aussi en hébreux, en arabe et en français. Jaoui s’entoure ici de sa famille de musiciens avec lesquels elle travaille depuis des années, qu’ils soient argentins, cubains, espagnols ou français. Elle chante les Passionarias en hommage aux femmes qui ont marqué son enfance. Avec son groupe, le Quintet Official, elle continue d'explorer les répertoires sud-américains, mais aussi le Maghreb avec Fairouz, ou Israël avec Hava Alberstein. © CM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 octobre 2015 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Note : Les pistes 1 à 4 sont masterisées en 24/48, les pistes 5 à 7 sont masterisées en 24/96.Sept ans séparent la composition des deux concertos pour violoncelle de Chostakovitch, 1959 pour le Premier, 1966 pour le Second, tous deux créés par Rostropovitch qui, après avoir conseillé le compositeur dans certains détails techniques, s’en fit par la suite l’infatigable champion tout autour de la planète musicale. C’est ici Gautier Capuçon qui se charge d’entretenir le flambeau, au cours de deux concerts publics, l’un donné Salle Pleyel à Paris en décembre 2013, l’autre au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg en juin 2014, toujours en compagnie de Valery Gergiev et le somptueux Orchestre du Mariinsky. Les interprètes « rentrent » dans la musique avec délices et le brin de férocité parfois nécessaire, une jubilation sans bornes. Partagez ces superbes moments de magie du concert. © SM/Qobuz
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2009 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,74 €
CD10,49 €

Électronique ou concrète - Paru le 13 septembre 2019 | Editions Mego

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | Glossa

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Opéra - Paru le 7 janvier 2014 | Glossa

Hi-Res Livret
Après les récents succès de leurs disques dédiés à la musique sacrée qui leur est si proche (Bouteiller, Striggio, Le Prince), Hervé Niquet et Le Concert Spirituel reviennent à leur autre grande spécialité, la tragédie lyrique, avec la découverte de cet ample ouvrage de Johann Christoph Vogel, contemporain de Mozart, qui mourut comme lui prématurément. Précurseur d’un naturel tourmenté, Vogel aspira à prolonger la révolution lyrique entreprise par Gluck dans les années 1770. Créée en 1786 à l'Opéra de Paris, La Toison d'or témoigne de cette recherche d'un art expressif qui impose aux interprètes une implication totale et apporte à la musique une intensité parfois insoutenable pour le public de l'époque. L’expression du désespoir du personnage de Médée porte déjà les mêmes accents que l’héroïne plus tardive de Cherubini (1797). Pas étonnant donc que Berlioz ait vu en Vogel l'un des pionniers du romantisme français. Marie Kalinine, Judith Van Wanroij et Jean-Sébastien Bou incarnent à la perfection ces figures mythologiques si chères au public français du 18e siècle. Cet opéra surprendra certainement les auditeurs d'aujourd'hui par son influence germanique évidente qui découle, en fin de compte, de la nationalité de son auteur !
HI-RES15,74 €
CD10,49 €

Électronique ou concrète - Paru le 25 novembre 2016 | Editions Mego

Hi-Res