Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Plus distingués et filtré par Classique, Anne Delafosse, Ricercar et 24 bits / 88.2 kHz - Stereo
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Ricercar

Hi-Res Livret
Une trentaine de pièces, notées sur un précieux manuscrit du début du XIVe siècle – le Roman de Fauvel¬ –, voilà l’unique source que l’on connaît actuellement pour les pièces composées par Jehan de Lescurel (dates inconnues ; il fut actif entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle, et la légende selon laquelle il aurait été pendu en 1303 pour débauche semble des plus infondées). Ce sont des chants monophoniques – sauf un, polyphonique – dont il convient donc d’improviser l’accompagnement, mais mélodies et textes sont bel et bien notés dans le manuscrit en question, une rareté à cette époque. Lescurel se situe, historiquement, entre la fin de l’ère des trouvères et le début de l’Ars Nova (que l’on place entre le Roman de Fauvel et la mort de Machaut en 1377) ; cette source est donc pour nous un très précieux enseignement sur ce qu’a pu être l’art des derniers trouvères méridionaux. L’ensemble Céladon nous offre la tout première intégrale de l’intégralité de l’œuvre connu de Lescurel, dans une lecture à la fois très vivante, respectueuse de ce que l’on pense savoir de l’époque, et « libre » de par le fait que certaines monophonies ont été agrémentées par Céladon de contrepoints – car l’on peut imaginer que l’unique exemplaire à trois voix dans le manuscrit de Fauvel était non pas une exception mais un modèle permettant de développer les autres mélodies de la même manière. Théorie très tentante, et dont la démonstration est réalisée avec éclat par l’ensemble. Enregistré en septembre 2015 à l’église Notre-Dame de Centeilles (Hérault), un petit bijou du XIIIe siècle construit sur une base encore plus ancienne du Xe siècle, avec la sonorité que l’on imagine. © SM/Qobuz