Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 15 octobre 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Un CD envoûtant et élégiaque qui rend hommage à Montserrat Figueras en même temps qu'à la sublime musique d'Arménie. Le chant du duduk et du kamantcha nous fait chavirer l'âme par sa douceur et sa mélancolie. Le premier est un instrument à anche double (ancêtre du hautbois) remonte à la nuit des temps et semble très proche de l'aulos que l'on voit sur certains vases ou fresques antiques. Quant au second, c'est un instrument à cordes frottées d'origine iranienne qui peut se comparer aux rebecs, viole et vièle à archet de notre Moyen-Âge, joués ici par Jordi Savall et trois des musiciens de l'Ensemble Hèsperion XXI qui se fondent admirablement dans le style et le jeu des quatre musiciens arméniens auprès desquels ils ont appris à jouer et à partager ces musiques "si pleines d'amour et si porteuses de paix et d'harmonie." (Jordi Savall)FH
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2013 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 19 novembre 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
Réalisé en l’église romane de Saint-Lambert-des-Bois, en décembre 1975, cet opus dédié aux Pièces de viole de Couperin, qui lança à l'époque le label Astrée fondé par Michel Bernstein, demeure l'un des actes fondateurs du mouvement baroque. L’œuvre ultime de François Couperin bénéficie ici d'une interprétation admirable, humaine et intense. Soutenu avec élégance et finesse et surtout une infinie tendresse par Ton Koopman et Ariane Maurette, toujours soucieux de maintenir des équilibres sonores et expressifs et - si ! - fragiles, Jordi Savall nous livre des phrasés rayonnants, d'une fluidité imperturbable.
HI-RES10,49 €
CD7,49 €

Classique - Paru le 3 juin 2013 | Alia Vox

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Villancicos & Ensaladas (El Cançoner del Duc de Calàbria, Mateu Fletxa & Bartomeu Càrceres) - Missa Pro Defunctis & Missa de Batalla (Joan Cererols)
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 16 décembre 2013 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Pour réaliser ce programme, Jordi Savall a invité et travaillé avec 40 chanteurs et musiciens de croyances diverses ; musulmane, chrétienne ou juive, provenant de 14 pays différents. En chant soliste ou ensemble, ils nous interprètent une ample sélection de musiques issues des nombreuses traditions vivantes de cet immense mosaïque de cultures musicales que sont les peuples des Balkans et leurs diasporas tsiganes et sépharades. Pour pouvoir les écouter dans un ordre poétique et bien structuré, les chansons et nouvelles musiques sont répartis dans les six différents moments des «Cycles de la Vie et de la nature». Cette magnifique idée originale de Montserrat Figueras, fut préparée et travaillée durant les années 2009/2011, pour aboutir enfin à un programme de concert, dédié aux «Cycles de la vie : les Chemins de la Diaspora Sépharade», programme qui fut présenté à Barcelone le 31 mai 2010 et au Festival de Fontfroide le 18 juillet 2011. Grâce à cette structure vitale, les différents chants et musiques instrumentales du projet Bal?Kan s’organisent et alternent d’une manière très organique à l’intérieur des six parties principales du programme.
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2014 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Rien de plus naturel et organique que de réunir sur un même CD Vivaldi et Bach. L’autre admirait l’un, l’un ne connaissait sans doute pas même le nom de l’autre, mais considérez : de son vivant, Vivaldi publia des dizaines d’œuvres, en France, aux Pays-Bas et en Angleterre, tandis que Bach ne vécut la publication que d’une dizaine de pièces, dans un circuit confidentiel ; et c’est Bach qui rendit un admiratif hommage à son contemporain vénitien en transcrivant une dizaine de ses concertos. La juxtaposition de leurs ouvrages « similaires » est des plus fascinantes : sombre mais mélodique Magnificat en sol mineur de Vivaldi contre éclatant mais contrapuntique Magnificat en ré majeur de Bach, Concerto en ré mineur pour clavier de Jean Sébastien contre Concerto en sol mineur pour deux violons et gambe d’Antonio, on assiste là à une sorte de joute aimable entre deux conceptions plus ou moins contemporaines l’une de l’autre certes, mais distantes d’années-lumière en termes de vision musicale. Et pourtant si complémentaires… Aux commandes, Jordi Savall et ses acolytes pour nous donner un véritable cours de musique comparée. (MT)
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 7 mai 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
Comme à peu près tous les pionniers du mouvement baroque (Nikolaus Harnoncourt, Gustav Leonhardt, Trevor Pinnock, Christopher Hogwood), Jordi Savall enregistra les 4 Ouvertures de Bach, en l'occurence à la Grande Salle de l’Arsenal à Metz, en août 1990. C'est l'époque du Concert des Nations des Biondi, Bernardini, Grazzi, ou Hantäi. Le son est voluptueux, très contrôlé, l'élan rythmique mesuré, l'équilibre sonore d'une indicible clarté. Un enregistrement à redécouvrir.
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 25 août 2014 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Ce splendide album que Jordi Savall et ses musiciens consacrent à Marc-Antoine Charpentier est le fruit d'une compilation d'enregistrements réalisés en trois périodes distinctes. Tout d'abord en 1988 (Canticum ad Beatam Virginem Mariam), sous l'instigation de Philippe Beaussant et de Vincent Berthier de Lioncourt, responsables, en ses années héroïques, du renouveau de la musique baroque française à Versailles. Une autre partie date de 2004 (Missa Assumpta est Maria) et un dernier enregistrement de 2013 (Concert pour les violes) est totalement nouveau et donc inédit. C'est pour nous - dit Jordi Savall - une façon de rendre hommage à l'un des plus grands musiciens de sa génération qui assura, comme Purcell en Angleterre, la transition entre la modalité et la tonalité et enrichit ses oeuvres d'émouvants chromatismes. Sa profonde spiritualité et la somme de tout ceci, fait que sa musique devient l'exemple idéal des "goûts réunis". SH
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2013 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 septembre 2015 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Écoutez bien la deuxième piste de la Battalia « Die liederliche Gesellschaft » ; puis la quatrième, « Der Mars », ou encore la septième « Die Schlacht ». Oui, vous entendez bien : six ou sept tonalités différentes simultanées – et totalement dissonantes – dans le premier, un violoncelle préparé (« avec des bouts de papier entre les cordes ») dans le suivant, des pizzicati « Bartók » dans le dernier. Ce n’est pas le plus récent Boulez, mais tout simplement La Battalia (1673) de Heinrich Ignaz Franz von Biber, le meilleur compositeur baroque avant Bach si l’on en croit Hindemith, Biber qui fut un extravagant défricheur de nouvelles techniques en tout genre, qu’elles soient instrumentales, compositionnelles ou architecturales. Jordi Savall s’en donne à cœur joie avec son superbe ensemble pour donner vie à cette musique foudroyante. Outre La Battalia, on pourra découvrir la somptueuse Missa Salisburgensis de 1682, écrite pour rien moins que cinquante-trois voix. Une partition extravagante, foisonnante, irrésistible, à découvrir sans attendre un seul instant. © SM/Qobuz« Jordi Savall n'est pas le premier à porter au disque cette messe déjà enregistrée, notamment par Paul McCreesh et Reinhard Goebel (Archiv) et Ton Koopman (Erato), mais il y appose sa signature inimitable qui avait déjà marqué le Requiem et la Missa Bruxellensis (Alia Vox) de Biber. La plénitude de la sonorité ne masque pourtant pas la clarté des épisodes contrapuntiques et elle s'adapte toujours aux différents temps de la messe, de l'éclat du Gloria au recueillement de l'Agnus Dei. En complément, le musicien réédite sa fameuse Bataille à 10, pièce instrumentale hautement descriptive dans laquelle Savall et les siens s'en donnent à cœur joie.» (Classica, décembre 215 / Philippe Venturini)
HI-RES17,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 juillet 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Montserrat Figueras, chant - La Capella Reial de Catalunya, Hespèrion XXI - Jordi Savall, direction
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 3 novembre 2014 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de Son d'Exception
La Lira d’Espéria, c’est l’instrument à cordes de l’Hespérie – le nom que l’Antiquité grecque donnait aux deux péninsules occidentales de la Méditerranée, l’italique et l’ibérique. Jordi Savall a choisi pour ses explorations trois instruments anciens : le rebec, la vielle ténor et le rabâb arabo-andalou, soutenu par les percussions de Pedro Estevan. Le répertoire médiéval pour instruments d’archet et composé de musiques provenant des diverses cultures chrétiennes, juives et arabo-andalouses, présentes alors dans les territoires ibérique et italique, mais c’est plus précisément en Hespérie ibérique que l’on trouve les premières traces d’instruments à archet. Selon Savall lui-même, le concept d’idéal sonore de ces époques devait fortement différer de celui d’aujourd’hui : seules les sonorités et les techniques de certains instruments populaires actuels tels qu’on les joue en Crète, en Macédoine, au Maroc ou même en Inde peuvent donner une idée approximative de ce qu’étaient les musiques de danse ou populaires : un son archaïque et parfois primitif mais plein d’énergie vitale. Voici un magnifique essai de reconstitution de l’atmosphère musicale médiévale. (MT)
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 5 novembre 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 décembre 2018 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
C’était le temps où la France était regardée comme le modèle européen en matière d’art et de culture. Ce symbole de raffinement et de sophistication est ici brillamment représenté par le Concert des Nations dirigé par Jordi Savall dans un accord franco-allemand de rêve unissant les musiques de Jean-Fery Rebel et de Georg Philipp Telemann, qui s’expriment dans un langage musical supranational formant une sorte d’apothéose de la danse baroque. Savall donne la pleine mesure des fastes insouciants du règne de Louis XV avec ces suites de ballets rococos dans lesquelles on imagine sans peine des pas de danse étourdissants représentés dans les peintures de Watteau, Lancret ou Hallé. L’interprétation de Jordi Savall est à la fois opulente, savante et d’un rare raffinement. Tout le vocabulaire de la danse et des convenances est contenu dans ces partitions utilisant les rythmes à la mode du temps : menuet, gigue, rigaudon, passepied ou gavotte sans exclure parfois une certaine nostalgie héritée du siècle précédent dans le souvenir de la fin du règne du grand roi. C’est une plongée dans une fastueuse société de nantis vivant dans une bulle idéale que la Révolution allait brutalement réveiller à la fin de ce Siècle des lumières ; qui fut aussi celui de la réflexion politique et de l’émergence de l’idée de tolérance avant de se terminer en un bain de sang dans lequel allait naître le monde moderne. © François Hudry/Qobuz
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 26 janvier 2018 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
700-1797, voilà la durée de vie de la Sérénissime indépendante, de ses débuts dans le flou jusqu’au traité de Campo-Formio en 1797 qui rattachait la République de Venise à l’Italie. C’est ce millénaire qu’a choisi d’illustrer Jordi Savall, entouré bien sûr de ses propres troupes de Hespèrion XXI, de la Capella Reial de Catalunya et du Concert des Nations, mais aussi de nombreuses guest stars venues des confins du monde méditerranéen – car on sait que Venise rayonna tour à tour commercialement, politiquement et militairement, ou se retrouva encerclée de forces hostiles allant de l’Empire ottoman, la France, l’Espagne à la Maison d’Autriche. On entendra donc aussi l’Ensemble vocal orthodoxe de Thessalonique, le chantre juif Lior Elmaleh pour l’apport judaïque, les Musiciens d'Orient pour toutes les influences arabes, maures, ottomanes, Haïg Sarikouyoumdjian pour l’Arménie entre autres, pour un tour d’horizon d’une ampleur réellement extraordinaire. Les œuvres vont donc des chants byzantins jusqu’à une assez cocasse adaptation signée Luigi Bordese pour chœur d’hommes à quatre voix et orgue sur un texte d’Adolphe Joly, d’après la musique de Beethoven. En passant par Mozart dont La Marche turque est délicieusement réécrite par Savall, ou encore Monteverdi, Vivaldi, les musiques classiques ottomanes, Rosenmüller qui travailla longtemps à Venise (après avoir fui Leipzig pour une sombre histoire de jeunes garçons… on était un brin moins regardant à Venise à ce sujet, semble-t-il), Janequin illustrant Marignan, Dufay et sa Prise de Constantinople, les Croisades et leurs âpres chants, bref, tout ce qui peut s’imaginer. Un somptueux livret explique les tenants et les aboutissants de toute l’affaire. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 août 2018 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les vingt pièces qui forment la collection musicale du Codex Trujillo du Pérou (compilé aux alentours de 1780 par Baltasar Jaime Martínez Compañón, chantre à Lima puis évêque à Trujillo), représentent un cas exceptionnel dans l’histoire des musiques autochtones du Nouveau Monde. Cet ensemble de Tonadas, Cachuas, Tonadillas, Bayles, Cachuytas et Lanchas, nous permet de connaître le répertoire propre aux traditions du pays, comme l’indique le texte d’une des Cachuas, « al uso de nuestra tierra » (« selon les usages de notre terre ») et très spécifiquement aux chants et danses qu’affectionnaient les habitants de la Vice-royauté du Pérou à la fin du XVIIIe siècle. Ces chants sont conçus pour être dansés en chantant, d’où le titre de l’album Para baylar cantando. La plupart des textes sont en langue castillane, avec des déformations typiques des autochtones péruviens, mais on y trouve aussi des textes en Quechua. Tous ces éléments expliquent le style très particulier de ces chansons, très différentes des musiques d’Espagne mais aussi de celles d’autres régions du Nouveau Monde de la même époque. Le sous-titre « Fiesta Mestiza en el Perú », « Fête métisse au Pérou », marque la symbiose entre Naturels et Hispaniques. Dans la fête symbolique ici célébrée avec ce merveilleux Codex, participent toutes les variantes de peuplades et de castes vivant ensemble dans la société très riche et très stratifiée. Lorsque les Espagnols arrivèrent au Pérou dans le sillage de Francisco Pizarro, à partir de 1532, la société indigène originale avait déjà connu, depuis plus de 2000 ans, des cultures très riches. Par conséquent, les pratiques musicales en cette seconde moitié du XVIIe siècle représentent une fusion entre les traditions locales et l’influence étrangère, ibérique mais aussi africaine. Aux commandes, Jordi Savall menant le Tembembe Ensamble Continuo avec moult instruments natifs andins, auquel se mêlent l’Ensemble Hespèrion XXI et les voix de La Capella Reial de Catalunya. © SM/Qobuz
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 11 novembre 2013 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Lachrimae or Seaven Teares Figured in Seaven Passionate Pavans with divers other Pavans, Galiards, and Almands, set forth for the Lute, Viols or Violons (Pleurs ou Sept larmes représentées par sept pavanes passionnées...) se compose de vingt et une pièces pour le whole consort de violes (deux dessus, deux ténors et basse) et luth dont le matériau musical est en grande partie emprunté à des œuvres antérieures comme l'illustre la fameuse pavane Lachrimae qui donne son nom au recueil et sur laquelle Dowland adaptera les paroles "Flow My Tears". La gravité chaleureuse de l'interprétation de Jordi Savall, entouré de ses amis dont Christophe Coin, n'est pas loin de nous tirer des larmes.
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 1 décembre 2017 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Cet album « In excelcis Deo », avec deux œuvres sacrées écrites au temps de la Guerre de Succession d’Espagne, présente « en miroir » la Missa Scala Aretina à quatre chœurs du compositeur catalan Francesc Valls (1671-1747) d’une part, et la Messe à deux chœurs et deux orchestres du compositeur français Henry Desmarest (1661-1741). Ces deux chefs-d’œuvre exceptionnels sont étroitement connectés dans le temps, puisque l’un date de 1701, l’autre de 1704. Pour mémoire, la Guerre de Succession d’Espagne sévit de 1701 à 1714, et ce fut l’ultime guerre d’ampleur que mena Louis XIV ; cet effroyable conflit européen avait pour enjeu la succession au trône d'Espagne à la suite de la mort sans descendance du dernier Habsbourg espagnol Charles II (épileptique, syphilitique de naissance par sa mère [si, si, ça existe…], stérile) et, à travers lui, la domination politique et commerciale en Europe. En fin de compte, l’Espagne y perdra plus ou moins toutes ses possessions européennes – en Italie, aux Pays-Bas, en Sardaigne, et même chez elle puisque Gibraltar passera sous contrôle britannique –, les Bourbon seront installés sur le trône espagnol (et y sont encore) tandis que Barcelone est « reprise » – la Catalogne avait précédemment embrassé la cause de l’Autriche et ses Habsbourg… Un sac de nœuds dont certaines retombées ne sont pas encore retombées ! Le présent album, musicalement très œcuménique grâce au talent de Jordi Savall, juxtapose des œuvres de musiciens de pays alors ennemis, dont les messes furent données l’une à Barcelone, l’autre à Versailles. À l’auditeur de se faire sa propre opinion quant à savoir si entre les très catholiques Français et les très catholiques Catalans, la musique est si différente ! © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 février 2014 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2013 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Aujourd'hui en europe occidentale, la culture « balkanique », popularisée par les films d'emir kusturica ou par la musique de goran Bregoviç, semblerait être devenue une valeur sûre. les festivals de musique des Balkans se multiplient, les concerts de la fanfare Ciocârlia ou de Boban Markovic font salle comble. la musique traditionnelle balkanique, ou du moins l'idée que s'en font les occidentaux, a désormais sa place dans le rayon world music de tout bon disquaire. on connaît en revanche très peu le répertoire moins « folklorique » qui ne répond pas aux projections mentales du public occidental. il faut rappeler que l'essentiel de la musique balkanique a subi une forte influence de la culture rom (voir l'article de Javier Pérez Senz « Musiques avec âme rom »), ce que semblent d'ailleurs oublier tous les musicologues de la région, qui parlent de musiques « serbes », « bulgares » ou « macédoniennes », sans mentionner que leurs sources et leurs interprètes sont très souvent « tziganes ». Quelques-uns des plus grands musiciens des différentes cultures de cette partie de l'europe orientale, les solistes d'Hespèrion xxi et moi-même, avons voulu aborder cet extraordinaire légat musical historique, traditionnel et même moderne, pour l'étudier, le sélectionner et l'interpréter ensemble, en créant en même temps un véritable dialogue interculturel entre ces différentes cultures souvent déchirées par des conflits dramatiques et très anciens.La sélection des musiques de cet enregistrement à été faite sur la base de nos recherches sur les répertoires sépharades et ottomans, conservés dans les principales villes des Balkans, et surtout à partir des propositions des différents musiciens et des ensembles spécialisés comme : Bora Dugic, tcha limberger, Nedyalko Nedyalkov, Dimitri Psonis, gyula Csík et Moslem Rahal, invités à travailler sur le projet. A tous nous adressons nos remerciements pour leur formidable engagement et leurs merveilleuses interprétations musicales qui par leur variété et leur diversité contribuent à donner forme et sens à cet « esprit des Balkans ». Musiques d'anciennes et de modernes traditions, musiques rurales et urbaines, musiques de célébrations (la pièce No 14 Ciocârlia a été composée et interprétée à l'occasion de l'inauguration de la tour eiffel en 1889) ou d'évocations : chants et danses d'origines très diverses, allant de la Bulgarie à la Serbie, de la Macédoine à la turquie des confins ottomans, de la Roumanie à la frontière hongroise, de la Bosnie à la grèce, des musiques sépharades aux traditions tsiganes. Véritable mosaïque, ces musiques sont interprétées sur les instruments d'origine de chaque culture : kaval, gûdulka (lire bulgare), tambura, lira grecque, kemancha, kanun, oud, tambur, Ney, Santur, Saz, Violon et Contrebasse, Frula, Cymbalum, Accordéon, orgue et guitare, etc. l'ensemble de ces musiques nous permet d'évoquer une véritable carte multiculturelle des traditions musicales de cette riche partie de l'europe orientale, qui surprennent et captivent par leur vitalité et leur passion, mais aussi par leur beauté et leur spiritualité. on constate alors qu'en dépit des caractéristiques nationales des différents peuples de la Péninsule balkanique, très souvent les mêmes traits les relient au plus profond niveau. Ce premier enregistrement Esprit des Balkans est un prélude au grand projet de livre/Cd Miel & Sang sur la musique et l'histoire de cette région, que nous préparons pour la fin de l'année. La consolidation de la Paix dans cette péninsule, est encore une entreprise pleine de difficultés, très accentuées notamment dans les régions qui ont été les plus touchées par les guerres : la Bosnie et le kosovo. Mais l'entente et l'intégration entre les différents peuples des Balkans, ne pourront se faire que par une véritable réconciliation - semblable à celle qui a été réalisée, il y a un demi-siècle, entre les peuples français et allemands - et l'intégration de tous les pays de la péninsule dans l'union européenne. Comme souligne Paul garde, « ils n'ont pas à devenir européens, ils le sont ». Mais « l'Ange de l'histoire » avance en regardant derrière son épaule, ce qui implique un important processus de réconciliation entre les identités et les passés de chacun, en intégrant toutes les strates de l'histoire balkanique, notamment l'héritage ottoman. Comme le soulignent Jean-Arnault Dérens et laurent geslin, nous croyons aussi que « c'est dans cette redécouverte de leur propre histoire et de leurs identités multiples, que les peuples des Balkans pourront enfin redevenir pleinement maîtres de leur destin, tout en dessinant une autre manière d'être européens, qui n'en finira pas d'étonner et d'émerveiller les occidentaux ».D'après Jordi Savall - (c) Alia Vox 2013